archive

Archives de Tag: oncologie

Au Québec, les médicaments utilisés en oncologie représente 38% de tous les médicaments utilisés dans les hôpitaux. Des procédures de manipulation et de protection sont nécessaires afin de protéger la santé des professionnels de la santé en contact avec ce type de médicament.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une étude descriptive impliquant 48 hôpitaux canadiens. Pour chaque hôpital, douze échantillons ont été prélevés afin d’analyser la présence de cyclophosphamide, ifosfamide et méthotrexate.

Pour l’année 2015, 34% des échantillons étaient positifs au cyclophosphamide, 8% au ifosfamide et 6% au méthotrexate. Au fils des ans, nous avons observé une diminution de la contamination des surfaces.

expoprof26

On peut maintenant consulter notre article dans le Journal of oncology pharmacy practice.

On peut également consulter notre affiche présentée dans le cadre du Hopipharm du 10 au 12 mai 2017 à Nancy, France

Publicités

Les professionnels travaillant dans le domaine de l’oncologie sont exposés aux médicaments antinéoplasiques. Cette exposition peut mener à certains effets indésirables. Dans l’objectif de réduire cette exposition, la contamination des surfaces de travail devrait être maintenue à son plus bas.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons mesuré la contamination environnementale avec le cyclophosphamide, l’ifosfamide et le méthotrexate dans les pharmacies d’oncologie ainsi que dans les unités de soins d’oncologie de plusieurs hôpitaux Canadiens.

Au total, 66 hôpitaux Canadiens ont participés à l’étude.

  • 43.4% des échantillons étaient contaminés par le cyclophosphamide
  • 13.2% étaient contaminés par l’ifosfamide
  • 6.9% étaient contaminés par le méthotrexate

expoprof30

Cette étude a montré un faible niveau de contamination parmi les 66 hôpitaux Canadiens. Une surveillance régulière de l’environnement est à privilégier afin de maintenir un faible niveau de contamination.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du 22e congrès de l’European Association of Hospital Pharmacists du 22 mars au 24 mars 2017 à Cannes, France.

On peut consulter notre article publié dans le Journal of Occupational and Environmental Hygiene.

Texte rédigé par Jean-François Bussières

ALGERJean-François Bussières, chef du département de pharmacie et de l’Unité de recherche en pratique pharmaceutique au CHU Sainte-Justine et professeur titulaire de clinique à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal a été invité à présenter dans le cadre des 2ème journées internationales de pharmacie oncologique d’Alger.

Nous tenons à remercier M. Reda Kassal pour son invitation. La présentation « Éducation thérapeutique du patient cancéreux : point de vue pharmaceutique canadien » peut être consultée sur YouTube. Salutations à nos collègues algériens et à une prochaine.

De plus en plus de tâches sont nécessaires en soutien à la recherche clinique, notamment au département de pharmacie. Nous avons fait un projet pilote de 12 mois pour évaluer un poste de coordonnatrice de recherche clinique en oncologie.

Proportion du temps passé par la coordonnatrice de recherche clinique d'oncologie sur six mois

Proportion du temps passé par la coordonnatrice de recherche clinique d’oncologie sur six mois

Au cours des six premiers mois, la coordonnatrice a géré 6 visites de monitoring, 3 audits ainsi que 3 protocoles mis en place. La majeure partie de son temps a été passé à rédiger un guide de commandes.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au Rendez-Vous de la recherche pharmaceutique à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal, le 4 décembre 2014.

Dans la foulée de nos études multicentriques québécoises réalisées respectivement en 2008-2010, en 2012 et en 2013, nous avons effectué une courte étude additionnelle sur la contamination de surface retrouvée dans la clinique externe d’oncologie. Deux des douze prélèvements réalisés à la clinique externe se sont avérés positifs au méthotrexate. Aucun prélèvement positif n’a été obtenu pour le cyclophosphamide ou l’ifosfamide.

Compte tenu du nombre restreint de prélèvements effectués à la clinique externe, nous avons choisi de ne pas soumettre ces résultats pour publication dans une revue. Nous désirons néanmoins rendre ces résultats disponibles afin de contribuer aux données de surveillance environnementales publiées dans la littérature.

Vous pouvez consulter notre article dans les Annales de l’Unité de recherche en pratique pharmaceutique.

Nous avons réalisé une étude pilote dont l’objectif était d’évaluer le niveau d’accord de pharmaciens français et québécois, avant et après la présentation de données probantes démontrant l’impact du pharmacien en oncologie. L’objectif secondaire était de mettre en évidence les facteurs influençant le développement de la pratique pharmaceutique en oncologie.

Un total de 89 pharmaciens ont accédé au site et 64 ont complété le questionnaire (27 pharmaciens français et  37 pharmaciens québécois). Le questionnaire était complété une première fois. Les participants avaient ensuite accès aux données probantes supportant les affirmations, ou étaient informés de l’absence de données probantes pour une affirmation.

Le niveau d’accord moyen était de 81%. L’absence de données probantes a réduit le niveau d’accord des pharmaciens pour trois énoncés. Les trois principaux facteurs ayant influencé le développement de la pratique pharmaceutique étaient : perception de l’impact favorable des activités sur la prestation sécuritaire de soins, demande médicale de présence pharmaceutique pour ce secteur et perception de l’impact favorable des activités sur les dépenses de santé. L’influence des données probantes sur le développement de la pratique pharmaceutique en oncologie demeure faible au 10ème rang sur 12.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au congrès de l’Association de pharmaciens d’établissement de santé du Québec, les 1-3 juin 2012 à Rivière-du-Loup.