archive

Archives de Tag: CHU Sainte-Justine

La nutrition parentérale est grandement utilisée dans les hôpitaux chez les patients qui ont une contre-indication à l’alimentation entérale. Chez les enfants, plusieurs facteurs font varier les besoins nutritionnels et doivent être considérés lors de la prescription de  la nutrition parentérale, dont le poids, l’âge et la prématurité.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une analyse critique du processus de la nutrition parentérale au CHU Sainte Justine afin de déterminer les effets indésirables potentiellement liés à ce processus et ceux qui doivent être priorisés afin de développer des mesures correctives.

ameliore1

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès de l’ASPEN, Nutrition and science & Practice Conference, du 25 au 28 janvier 2018 à Las Vegas aux États-Unis.

On peut maintenant consulter notre article dans le Nutrition in clinical practice.

Publicités

Dans le cadre du Programme Intégré de Santé en Haïti (PIS), entièrement subventionné par la Croix-Rouge Canadienne (CRC), le CHU Sainte-Justine est notamment responsable de l’implantation d’un programme d’amélioration de la qualité de la prestation des soins et services, incluant la pharmacie.

Sept missions pharmaceutiques ont été réalisées entre octobre 2013 et janvier 2017. Nous avons décrit le profil des constats, des recommandations et des réalisations de ces 7 missions.

Quatre constats ont été identifiés :

  • La nécessité de réorganiser l’ensemble de l’établissment
  • La nécessité de réorganiser le circuit patient
  • La nécessité de réorganiser le circuit du médicament
  • La nécessité de réorganiser le département de pharmacie

Plusieurs recommandations ont ensuite découlés de ces constats. Au 31 janvier 2017, la plupart des 115 recommandations proposées par le pharmacien en mission ont été complétées.

Pour en savoir plus, on peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès Hopipharm du 10 au 12 mai 2017 à Nancy, France

IMG_7170

Vue extérieure de la pharmacie

Plusieurs étapes du circuit du médicament reposent sur un encadrement structuré de l’entreposage et de l’utilisation des médicaments dans les secteurs de soins. Pour ce faire, le département de pharmacie propose des politiques et procédures d’entreposage et d’entretien ainsi que des outils, incluant un intranet pour soutenir le personnel soignant.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons évalué la conformité des lieux d’entreposage et de la connaissance des outils de soutien au circuit du médicament par le personnel soignant.

Pour connaitre les résultats, on peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du 7ème colloque annuel du Réseau québécois de recherche sur les médicaments du 30 septembre au 1er octobre 2017 à Québec, Canada.

tournee6

Au CHU Sainte-Justine, un journal de bord est utilisé depuis 1998 dans le but de décrire et de mesurer la charge de travail des pharmaciens.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons extraits les données du journal de bord afin de calculer les indicateurs de performance en pharmacie clinique.

Les quatre indicateurs suivants ont été calculés : la proportion de patients recevant une conciliation médicamenteuse à l’entrée et à la sortie, le nombre de problèmes pharmaco-thérapeutiques résolus par un pharmacien et la proportion de patients recevant une éducation thérapeutique à la sortie.

JBORD2

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du 22e congrès European Association of Hospital Pharmacists du 22 mars au 24 mars 2017 à Cannes, France et de Hopipharm 2018 du 16 au 18 mai 2018 à Bordeaux, France.

Il existe une sous-déclaration des effets indésirables médicamenteux. Les établissements de santé doivent donc optimiser ces déclarations.

Afin d’améliorer le système de pharmacovigilance local de notre établissement, un service de pharmacovigilance a été créé en 2006 et plusieurs mesures ont été mises en place progressivement.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons comparé l’incidence annuelle moyenne des effets indésirables médicamenteux du 1er avril 1989 au 31 mars 2010 (période 1) et du 1er avril 2010 au 31 mars 2015 (période 2). Nous avons également déterminé les classes thérapeutiques de médicaments associées aux effets indésirables en fonction de l’âge ainsi que la proportion des effets indésirables médicamenteux déclarés à Santé Canada.

Nous avons trouvé que le nombre moyens d’effets indésirables médicamenteux par année avait été de 225,7 au cours de la période 1 et de 429,6 au cours de la période 2. L’incidence annuelle moyenne des effets indésirables avait été de 1,64% au cours de la période 1 contre 3,17% au cours de la période 2. De plus, seulement 37% des effets indésirables ont été déclarés durant la période 1 contre 41% au cours de la période 2.

On peut consulter notre article publié dans les Archives de Pédiatrie.

EIM3

Pour plusieurs acteurs du domaine de la santé, la pression financière se fait de plus en plus ressentir. Les décisions qui doivent être prises au sujet la gestion du budget des médicaments sont difficiles.

Au CHU Sainte-Justine, nous avons développé et implanté une nouvelle politique afin de mieux gérer les décisions concernant ces nouveaux médicaments dispendieux. Nous avons donc procédé à une évaluation et une analyse des demandes durant une période de 12 mois.

On peut consulter notre article publié dans le  Journal canadien de la pharmacie hospitalière disponible en ligne.

emmergent3

La hausse des dépenses en santé est liée à plusieurs causes: vieillissement de la population, utilisation croissante des services de santé, hausses des dépenses liées à la rémunération des professionnels, etc. Dans ce contexte, en 2007, la France s’est tournée vers un financement des établissements basé sur la tarification à l’activité plutôt que sur l’historique des dépenses.T2A2

Au Québec, l’idée de tarification à l’activité fait l’objet de discussions et de recommandations depuis au moins deux décennies.

À Sainte-Justine, nous avons développé une démarche d’encadrement de l’utilisation de médicaments dits émergents (médicaments non approuvés au Canada, médicaments utilisés dans des indications non approuvées et médicaments très onéreux).

Nous avons donc comparé le financement des médicaments onéreux en France et le système mis en place dans notre centre.

On peut consulter notre article publié dans le  Journal canadien de la pharmacie hospitalière disponible en ligne.