Archives pour la catégorie Santé et sécurité au travail

Protéger le personnel de la pharmacie et les patients lors de la manipulation des médicaments de chimiothérapie par voie orale dans la pratique communautaire

7La sensibilisation aux risques pour la santé des médicaments dangereux et la nécessité de protéger les travailleurs de la santé ont augmenté depuis la publication de l’alerte de l’Institut national pour la sécurité et la santé (NIOS ) en 2004 portant sur le sujet.expoprof23

Les pharmaciens, techniciens en pharmacie et autres acteurs impliqués dans le processus d’utilisation des médicaments doivent être conscients des risques potentiels associés aux médicaments dangereux et connaître les mesures préventives et correctives afin de réduire leur risque d’exposition. Un récent sondage auprès des pharmaciens communautaires à travers le Canada a souligné que la majorité des répondants n’utilisent pas de mesure de protection lors de la manipulation des médicaments anticancéreux par voie orale ; par exemple, seulement 6,8 % ( 24/352 ) utilisaient des gants et 27,3% ( 96/352 ) utilisaient un plateau de comptage séparé.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons publié un article mettant en évidence les lignes directrices publiées sur le sujet et décrivant les procédures que le personnel de la expoprof23-1pharmacie devrait suivre pour aider le personnel de la pharmacie à manipuler la chimiothérapie par voie orale et autres médicaments dangereux de façon sécuritaire et minimiser les risques. L’article aborde également la contamination de l’environnement par les médicaments dangereux dans les pharmacies communautaires, comment réduire le risque et comment surveiller la contamination. La manipulation sécuritaire de la chimiothérapie par voie orale par les patients est également brièvement mentionnée.

Nous croyons que les pharmaciens ont la responsabilité d’informer et de protéger leur travailleurs ainsi que de surveiller leur contamination locale.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Journal of Pharmacy Practice.

Publicités

Utilisation sécuritaire des gaz anesthésiques pour inhalation

Les gaz tels que l’isoflurane, le sévoflurane et le desflurane peuvent présenter des risques pour la santé des travailleurs. Lors de la réception, de l’entreposage et du transport de ces gaz, il existe un risque de bris accidentel. Au moment de l’anesthésie, lors de la connexion du contenant à son INHALE4bévaporateur, une certaine quantité de gaz peut s’évaporer. Pendant l’administration, des fuites sont possibles. À la fin de l’anesthésie, les patients exhalent des gaz pendant plusieurs heures. Un volume résiduel de gaz peut demeurer dans les contenants au moment où ceux-ci sont jetés.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons résumé les résultats d’études ayant mesuré le sévoflurane dans l’air et chez l’humain, un gaz anesthésique pour inhalation fréquemment utilisé. Nous présentons également des recommandations pour une utilisation sécuritaire de ces gaz.

Nous vous invitons à consulter notre article publié dans la revue Objectif prévention.

Exposition aux gaz anesthésiques pour inhalation

INHALE4aLes gaz anesthésiques pour inhalation peuvent présenter des risques pour la santé des travailleurs exposés. Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons décrit brièvement les caractéristiques de ces gaz, leurs risques ainsi que les limites d’exposition établies.

Ces gaz ne font pas partie de la liste des « médicaments dangereux » visés par le Guide de prévention de l’ASSTSAS.  Ils ne sont pas catégorisés dans le SIMDUT et le Centre international de recherche sur le cancer les catégorise comme « inclassables quant à leur cancérogénicité ». Néanmoins, les travailleurs doivent être conscients des risques associés à ces gaz.

Nous vous invitons à consulter notre article publié dans la revue Objectif prévention.

Étude multicentrique sur la contamination environnementale par le cyclophosphamide, l’ifosfamide et le méthotrexate dans 48 hôpitaux canadiens

Le personnel travaillant en oncologie est exposé aux agents antinéoplasiques. Cette exposition peut induire des effets néfastes sur la santé. Afin de réduire ce risque d’exposition, la contamination des surfaces devraient être surveillée et maintenue à son minimum. Des études antérieures sur la contamination ont été menées au Québec (2008-2010, 2012 et 2013) et au Canada (2014)expoprof26

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons mené une étude descriptive et comparative dans le but de surveiller la présence de contamination par le cyclophosphamide, l’ifosfamide et le méthotrexate dans les pharmacies d’oncologies et dans les aires de soins aux patients d’hôpitaux canadiens.

La concentration de médicaments antinéoplasiques mesurée sur les surfaces hospitalières au Canada est en décroissance. Certains sites sont encore fréquemment contaminés tels les hottes et les accoudoirs . Le suivi environnemental régulier est une bonne pratique pour maintenir la contamination à son plus bas. Tant qu’aucune limite concernant la santé est connu, les centres devraient surveiller leur contamination.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au congrès Professional Practice Conference de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux (SCPH/CSHP) du 30 janvier au 3 février 2016 à Toronto, Ontario, Canada.

 

Audit de l’étiquetage des médicaments dangereux sur le marché canadien

Il n’y a pas de lignes directrices concernant l’étiquetage commercial des médicaments dangereux au Canada. Toutefois, il est essentiel que ces médicaments puissent être clairement et facilement identifiés afin de prévenir l’exposition des professionnels de la santé à ces substances.

etiquette3Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons utilisé la liste des médicaments dangereux NIOSH et avons analysés les étiquettes externes et internes de ces médicaments afin de calculer la proportion d’étiquette conforme au niveau de risque.

Moins d’un quart des médicaments dangereux ont été évalués comme ayant des étiquettes conformes dans l’identification claire du risque d’exposition professionnelle.

Vous pouvez consulter notre article publié dans Le Journal canadien de la pharmacie hospitalière, accessible sur PubMedCentral. Vous pouvez également consulter notre affiche présentée au congrès Professional Practice Conference de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux (SCPH/CSHP) du 31 janvier au 4 février 2015 à Toronto, Ontario, Canada.

 

Rétrospective pour les 12 ans de l’URPP

Chronologie de l'URPP

Chronologie de l’URPP

Étudiants formés à l'URPP

Étudiants formés à l’URPP

Nous avons publié « 12ème anniversaire de l’URPP : rétrospective » dans les Annales de l’Unité de recherche en pratique pharmaceutique.

Cet article a été écrit à l’occasion du 12e anniversaire de l’URPP, célébré le 22 novembre 2014. Nous y décrivons une rétrospective des projets menés au cours des deux dernières années, soit de 2012 à 2014.

Depuis 1996, nous avons contribué à la formation de près de 200 étudiants, et comptons près de 900 publications, que ce soit des articles, des affiches ou des présentations!

Merci à tous nos collaborateurs et bonne lecture!