archive

Devis

Dans la littérature, on observe une contribution croissante du personnel technique. Des données suggèrent la présence d’environ deux préparateurs pour un pharmacien sur l’ensemble du marché canadien, tant en officine qu’en établissement de santé.

En consultant la plateforme Impact Pharmacie, on peut retrouver plus de 40 articles comportant une description des rôles et retombées du personnel technique.

Ainsi, le travail du personnel technique devient de plus en plus indispensable.

Les pharmaciens s’intéressent-ils suffisamment à l’avenir de leurs collègues préparateurs?

On peut consulter notre article publié dans le Pharmacien Hospitalier et Clinicien.

Publicités

Il existe une sous-déclaration des effets indésirables médicamenteux. Les établissements de santé doivent donc optimiser ces déclarations.

Afin d’améliorer le système de pharmacovigilance local de notre établissement, un service de pharmacovigilance a été créé en 2006 et plusieurs mesures ont été mises en place progressivement.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons comparé l’incidence annuelle moyenne des effets indésirables médicamenteux du 1er avril 1989 au 31 mars 2010 (période 1) et du 1er avril 2010 au 31 mars 2015 (période 2). Nous avons également déterminé les classes thérapeutiques de médicaments associées aux effets indésirables en fonction de l’âge ainsi que la proportion des effets indésirables médicamenteux déclarés à Santé Canada.

Nous avons trouvé que le nombre moyens d’effets indésirables médicamenteux par année avait été de 225,7 au cours de la période 1 et de 429,6 au cours de la période 2. L’incidence annuelle moyenne des effets indésirables avait été de 1,64% au cours de la période 1 contre 3,17% au cours de la période 2. De plus, seulement 37% des effets indésirables ont été déclarés durant la période 1 contre 41% au cours de la période 2.

On peut consulter notre article publié dans les Archives de Pédiatrie.

EIM3

Il existe différents modes de dissémination des résultats de travaux scientifiques. Cependant, aucun mode n’a encore été identifié comme optimal. Certains auteurs proposent de recourir à des résumés visuels (visual abstract). Ce sont des représentations visuelles simplifiées, maximisant le recours à des symboles et utilisant un nombre limité de mots.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons établit des règles de conception et de rédaction de résumés visuels. Nous avons ensuite comparé la préférence de différents scénarios et les perceptions d’un panel d’experts en pharmacie.

Nous avons établi dix étapes de création de résumés visuels. Cependant, notre étude ne met pas en évidence de préférence pour un format particulier de résumé visuel. Toutefois, les participants apprécient cette stratégie de dissémination.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès annuel de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES) et l’Évènement des pharmaciens le 2 juin 2017 à Québec, Canada.

On peut consulter notre article publié dans le Pharmacien Hospitalier et Clinicien disponible en ligne.

KT8

Pour plusieurs acteurs du domaine de la santé, la pression financière se fait de plus en plus ressentir. Les décisions qui doivent être prises au sujet la gestion du budget des médicaments sont difficiles.

Au CHU Sainte-Justine, nous avons développé et implanté une nouvelle politique afin de mieux gérer les décisions concernant ces nouveaux médicaments dispendieux. Nous avons donc procédé à une évaluation et une analyse des demandes durant une période de 12 mois.

On peut consulter notre article publié dans le  Journal canadien de la pharmacie hospitalière disponible en ligne.

emmergent3

La validation des ordonnances est une des étapes cruciale du circuit du médicament. Compte tenu de la complexité du circuit du médicament, des risques inhérents à l’utilisation des médicaments et des coûts importants associés à la pharmacothérapie, la validation pharmaceutique est incontournable.

Nous avons comparé les réponses de résidents en pharmacie concernant les éléments nécessaires à la validation d’ordonnance selon deux situations distinctes. Nous avons également analysé l’ordre préférentiel de réalisation des éléments et nous l’avons comparé à une séquence optimale.

Quarante-et-un résidents ont participé à l’activité. La majorité des résidents ont affirmé que leur formation sur la validation était insuffisante, que les pharmaciens validaient différemment et qu’il était impossible de valider les 22 éléments proposé pour chaque ordonnance.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du Congrès annuel de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES) le 14 avril 2016 à Trois-Rivières, Québec, Canada.

On peut consulter notre article publié dans les Annales Pharmaceutiques Françaises disponible en ligne.

 

La hausse des dépenses en santé est liée à plusieurs causes: vieillissement de la population, utilisation croissante des services de santé, hausses des dépenses liées à la rémunération des professionnels, etc. Dans ce contexte, en 2007, la France s’est tournée vers un financement des établissements basé sur la tarification à l’activité plutôt que sur l’historique des dépenses.T2A2

Au Québec, l’idée de tarification à l’activité fait l’objet de discussions et de recommandations depuis au moins deux décennies.

À Sainte-Justine, nous avons développé une démarche d’encadrement de l’utilisation de médicaments dits émergents (médicaments non approuvés au Canada, médicaments utilisés dans des indications non approuvées et médicaments très onéreux).

Nous avons donc comparé le financement des médicaments onéreux en France et le système mis en place dans notre centre.

On peut consulter notre article publié dans le  Journal canadien de la pharmacie hospitalière disponible en ligne.

 

Les pharmaciens sont responsables du circuit du médicament, un processus complexe dans les établissements de santé. Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons décrit et comparé la conformité du circuit du médicament de notre centre. TOURNEE5

De 2012 à 2016 la conformité globale était de 71%, 65%, 78%, 64% et 62%. Entre 2015 et 2016, on observe une diminution de la conformité pour 6 critères et une augmentation de celle-ci pour 2 critères.

Pour connaitre les résultats, vous pouvez consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès European Association of Hospital Pharmacists, du 22 au 24 mars 2017 à Cannes, France