Le 6 décembre 2018 se tenait le 16ème Séminaire de gestion pharmaceutique à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal. Ce séminaire est organisé dans le cadre du cours de Gestion pharmaceutique en établissement de santé (PHA6302) du programme de maîtrise en pharmacothérapie avancée.  On peut consulter le programme du Séminaire.

  • Des équipes de 3-4 résidents sont formés durant l’année de rotations cliniques 
  • Chaque équipe est invitée à réfléchir et résoudre une controverse de gestion pharmaceutique proposée par l’équipe de gestion de l’établissement auquel sont affecté les résidents
  • Lors du séminaire, les résidents sont invités à présenter sur le sujet en résumant brièvement la problématique, l’état des connaissances, les solutions envisagées, la solution retenue, les conditions de succès et les perspectives d’avenir ; chaque controverse profite d’un échange avec l’auditoire
  • L’édition 2018 a attiré plus de 130 participants principalement du milieu hospitalier
  • À noter que l’activité est accréditée par l’Ordre des pharmaciens du Québec et peut être déposée dans le portail Maestro 
  • Bravo à tous les pharmaciens résidents conférenciers ; merci aux équipes de gestion de soutenir les résidents dans leur exposition à la gestion pharmaceutique
  • Certains de ces travaux feront l’objet d’une publication dans la chronique Gestion du Pharmactuel ; soulignons que le Pharmactuel célèbre son 50ème anniversaire cette année et qu’un article soulignant l’évolution de la chronique Gestion sera publié dans le numéro 4 de cette année en fin décembre 2018

L’URPP s’intéresse à l’évaluation des pratiques pharmaceutiques, une dimension fondamentale en gestion pharmaceutique. Planifier, organiser, diriger mais bien sûr contrôler, ont proposé plusieurs théoriciens de la gestion au siècle dernier. Quatre membres de l’équipe de l’URPP étaient présents à cet événement.  Soulignons la présentation des résidents du CHU Sainte-Justine (Émilie Mégrourèche, Flavie Petterson-Coulombe, Jean-Simon Labarre et Pauline Rault) qui ont présenté sur la Loi de Vanessa et les nouvelles dispositions juridiques entourant la déclaration obligatoire des effets indésirables médicamenteux graves.  Grâce à leur initiative, une nouvelle communauté de pratique en pharmacovigilance hospitalière est née.

A l’an prochain. 

On retrouve ci-dessous la cohorte 2017-2018 des résidents en pharmacothérapie avancée.

JF Bussières, professeur responsable du volet gestion à la Faculté de pharmacie – U de M

Publicités

Depuis 2006, la réalisation du BCM aux points de transition des soins est une pratique organisationnelle requise par Agrément canada. Mais est-ce que son utilisation est optimale?

Au total, 100 patients ont été inclus dans notre étude descriptive. Dans 94% des cas, il y avait la présence d’un formulaire du meilleur schéma thérapeutique possible. Cependant, nous avons constaté que toutes les sections du formulaire ne sont pas remplies lors de sa rédaction. Ainsi, nous constatons que son utilisation n’est pas encore optimale.

On peut consulter notre article publié dans le Pharmactuel accessible en ligne.

 

Pour plusieurs acteurs du domaine de la santé, la pression financière se fait de plus en plus ressentir. Les décisions qui doivent être prises au sujet la gestion du budget des médicaments sont difficiles.

Au CHU Sainte-Justine, nous avons développé et implanté une nouvelle politique afin de mieux gérer les décisions concernant ces nouveaux médicaments dispendieux. Nous avons donc procédé à une évaluation et une analyse des demandes durant une période de 12 mois.

On peut consulter notre article publié dans le  Journal canadien de la pharmacie hospitalière disponible en ligne.

emmergent3

En ce 22 novembre 2018, l’Unité de recherche en pratique pharmaceutique souligne son 16 ème anniversaire avec plusieurs des étudiants actuellement en formation.  16 ans, ce n’est pas encore l’âge adulte ….  mais on s’en approche. Il nous reste tant à découvrir et tout plein d’autres étudiants à former !

Avec ce 16 ème anniversaire, l’URPP est heureuse de souligner les réalisations suivantes :

  • Plus de 300 étudiants formés tant du Québec que de l’étranger
  • Plus de 800 projets réalisés
  • Plus de 1400 communications de notre activité dans la littérature scientifique (i.e. > 700 affiches, > 700 articles)

Au cours de la dernière année, nous sommes demeurés actifs dans tous les axes.  Notons que de nouveaux travaux nous ont permis d’explorer la perception et l’application de l’intelligence artificielle en pharmacie.

Chaque anniversaire est l’occasion de remercier les collaborateurs, tant pharmaciens que les autres professionnels impliqués, et surtout les étudiants et les personnes qui contribuent au rayonnement de nos travaux scientifiques. 

Bonne fête URPP.

On retrouve devant le grand sapin du CHU Sainte-Justine en 1ère rangée, Jean-François Bussières (ou Angel Chiu), Amélie Duhamel, Suzanne Atkinson, en 2ème/3ème rangées, Cynthia Tanguay, Valérie Clermont, Pauline Rault, Amélie Chabrier Marie Palimini, Bénédicte Franck, Denis Lebel, Annaelle Soubieux, Sébastien André, Éléonore Ferrand et Mar Saavedra et dans le désordre ci-desssous !

La validation des ordonnances est une des étapes cruciale du circuit du médicament. Compte tenu de la complexité du circuit du médicament, des risques inhérents à l’utilisation des médicaments et des coûts importants associés à la pharmacothérapie, la validation pharmaceutique est incontournable.

Nous avons comparé les réponses de résidents en pharmacie concernant les éléments nécessaires à la validation d’ordonnance selon deux situations distinctes. Nous avons également analysé l’ordre préférentiel de réalisation des éléments et nous l’avons comparé à une séquence optimale.

Quarante-et-un résidents ont participé à l’activité. La majorité des résidents ont affirmé que leur formation sur la validation était insuffisante, que les pharmaciens validaient différemment et qu’il était impossible de valider les 22 éléments proposé pour chaque ordonnance.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du Congrès annuel de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES) le 14 avril 2016 à Trois-Rivières, Québec, Canada.

On peut consulter notre article publié dans les Annales Pharmaceutiques Françaises disponible en ligne.

 

La hausse des dépenses en santé est liée à plusieurs causes: vieillissement de la population, utilisation croissante des services de santé, hausses des dépenses liées à la rémunération des professionnels, etc. Dans ce contexte, en 2007, la France s’est tournée vers un financement des établissements basé sur la tarification à l’activité plutôt que sur l’historique des dépenses.T2A2

Au Québec, l’idée de tarification à l’activité fait l’objet de discussions et de recommandations depuis au moins deux décennies.

À Sainte-Justine, nous avons développé une démarche d’encadrement de l’utilisation de médicaments dits émergents (médicaments non approuvés au Canada, médicaments utilisés dans des indications non approuvées et médicaments très onéreux).

Nous avons donc comparé le financement des médicaments onéreux en France et le système mis en place dans notre centre.

On peut consulter notre article publié dans le  Journal canadien de la pharmacie hospitalière disponible en ligne.

 

Dans le cadre du 25ème anniversaire des Éditions du CHU Sainte-Justine, Marie-Sophie Brochet a lancé la 2ème édition du Guide en infertilité qu’elle a dirigé et co-rédigé avec de nombreux experts et auteurs impliqués dans ce domaine.  On peut se procurer l’ouvrage en ligne sur le site des Éditions du CHU Sainte-Justine.

Marie-Sophie fait partie de l’équipe mère-enfant du département du CHU Sainte-Justine et exerce en obstétrique-gynécologie, au centre de procréation assistée et au centre IMAGe.

On retrouve ci-dessous Marie-Sophie, puis une photo de membres de l’équipe mère-enfant (i.e. Josiane Malo, Marie-Sophie Brochet, Ema Ferreira, Charles-Olivier Chiasson, Caroline Morin et Jean-François Bussières, chef du département de pharmacie)

     

Enfin, soulignons deux autres ouvrages publiés par des membres de l’équipe mère-enfant, soit la 2ème édition du Guide thérapeutique – Grossesse et allaitement, sous la direction d’Ema Ferreira, Brigitte Martin et Caroline Morin.  Enfin, notons la 1ère édition du Pharmaguide, grossesse et allaitement, à l’intention des femmes enceintes et qui allaitent.  On retrouve ci-dessous les deux co-auteurs du Pharmaguide, Ema Ferreira et Lauriane Ginefri.