archive

Archives de Tag: pharmacie hospitalière

Exercer la pharmacie en établissement de santé requiert des habiletés de gestion pharmaceutique hospitalière et repose sur de bonnes connaissances acquises à l’université et en pratique.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons comparé lors de l résidence en pharmacie hospitalière au Québec et en France la formation théorique et l’exposition à la gestion.

Les résidents en pharmacie hospitalière français ont plus d’opportunités d’exposition à la gestion que les résidents québécois. Cela en raison de la durée de la résidence, la diversité des stages et l’autonomie attendue pour les activités relatives à la gestion.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès annuel de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec et de l’événement des pharmaciens 2017  le 2 juin 2017, à Québec, Canada.

GESTION2.png

Publicités

En pharmacie hospitalière, l’ensemble du cadre législatif et normatif vise à offrir un circuit du médicament efficient, sécuritaire et sans contamination. Le chef du département de pharmacie et son équipe de gestion sont chargés de développer en collaboration avec le service d’hygiène et salubrité des procédures de travail pour prévenir la contamination biologique, particulaire ou chimique.

Une recherche documentaire a été menée afin de présenter l’état des lieux sur l’hygiène et la salubrité applicable à l’exercice de la pharmacie.HYGIENE1.png

Pour connaitre les résultats, vous pouvez consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès HOPIPHARM du 10 au 12 mai 2017 à Nancy, France.

La pharmacogénomique est l’étude de l’influence des gènes sur la réponse aux médicaments. Des tests sont disponibles afin d’identifier les polymorphismes génétiques des enzymes métabolisant les médicaments. Cependant, ceux-ci sont limités en pratique.

Nous avons évalué la perception et les attentes sur la pharmacogénomique des résidents en pharmacie et des pharmaciens exerçant dans les hôpitaux grâce à un sondage en ligne.

pharmacogenomique3

Pour connaître les résultats, vous pouvez consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès Personalized Healthcare, du 12-15 juin 2016 à Montréal, Québec, Canada

Tous les médicaments ne pouvant être au formulaire d’un hôpital, il faut recourir de façon exceptionnelle aux médicaments personnels, ou « en possession » des patients pour pouvoir assurer la continuité de leur traitement.POSSESSION1

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réévalué la pratique entourant la gestion des médicaments personnels des patients hospitalisés au CHU Sainte-Justine.

Une moyenne de 58 ± 54 recours aux médicaments en possession des patients ont eu lieu par année. Les incidents/accidents liés aux médicaments en possession représentent 0,21% des événements liés à la médication.

L’étude a permis de revoir la politique et procédure de l’établissement entourant la gestion de ces médicaments.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès annuel de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES) le 14 avril 2016 à Trois-Rivières, QC, Canada.

On peut consulter notre article publié dans le Pharmactuel disponible en ligne.

Afin de protéger les travailleuses des dangers réels que le milieu professionnel peut présenter pour la grossesse, le foetus ou le bébé allaité, le Québec s’est doté en 1981 du programme « Pour une maternité sans danger » (PMSD). Ce programme assure la réaffectation ou le retrait préventif des travailleuses enceintes. Depuis 1981, les assistantes-techniques et pharmaciennes peuvent bénéficier du PMSD.EXPOPROF25

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une revue de la littérature afin d’établir un état des lieux du PMSD et présenter son application dans le domaine de la pharmacie.

En pharmacie, une majorité des travailleuses pouvait être réaffectée sans qu’un retrait préventif soit requis, en raison de la diversité du travail. Douze recommandations sont proposées, telles qu’une réaffectation hors de la zone de préparation de médicaments dangereux ou le maintien à la prestation de soins en clinique si des mesures de protection sont prises.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès annuel de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES) le 14 avril 2016 à Trois-Rivières, QC, Canada.

On peut consulter notre article publié dans le Pharmactuel disponible en ligne.

Suite à des cas rapportés d’effets indésirables graves et de décès associés à l’utilisation de codéine à la  maison en période post-opératoire, la Food and Drug Administration, Santé Canada et l’European Medicines Agency ont recommandé de ne plus utiliser ce médicament chez les enfants dans ce contexte. Un changement de pratique de la codéine vers la morphine a été observé. Toutefois, peu de données existent sur cette utilisation.

Une étude de cohorte prospective a été réalisée au CHU Sainte-Justine dans le cadre du programme de Maîtrise en pharmacothérapie avancée. La majorité des 219 patients (85%) ont obtenu la morphine prescrite au congé à leur pharmacie communautaire. Dans un sous-groupe ayant reçu une prescription de morphine « au besoin », seulement 9% des doses prescrites ont été administrées. La majorité des participants a trouvé que la morphine était adéquate pour soulager la douleur chez leur enfant, mais certains participants ont exprimé des craintes par rapport à son utilisation. De plus, certains parents ont affirmé avoir reçu des informations contradictoires de la part de professionnels de la santé. De même, 44% des parents ont affirmé ne pas avoir conservé la morphine dans un endroit fermé à la maison, et 27% ne planifiaient pas retourner la morphine à la pharmacie à la fin du traitement.

Affiche présentée à la conférence annuelle de la Société Canadienne de Pédiatrie

Affiche présentée à la conférence annuelle de la Société Canadienne de Pédiatrie

L’étude a donc permis de constater qu’une proportion significative de la morphine prescrite aux enfants suite à une chirurgie n’est pas utilisée et demeure disponible à la maison pour une utilisation illicite ou des intoxications accidentelles

Vous pouvez consulter l’affiche qui a été présentée à la conférence annuelle de la Société Canadienne de Pédiatrie, les 24-27 juin 2015 à Toronto, Canada.

Rapport sur la pharmacie hospitalière canadienne 2013-2014

Rapport sur la pharmacie hospitalière canadienne 2013-2014

L’équipe de l’URPP collabore au comité éditorial sur les pharmacies hospitalières canadiennes depuis 1996. Notre participation à cette enquête bisannuelle inclut une contribution à la méthode de recherche, au recrutement des participants, à l’analyse des données et à la rédaction des chapitres du rapport (notamment, aux chapitres clinical pharmacy practice, future trends in pharmacy practice, frontline pharmacists survey, pediatric pharmacy services).

Il nous fait plaisir de vous informer que la version anglaise du rapport 2013-2014 (~ 150 pages) vient d’être publiée. La version française du rapport sera publiée en août prochain.