Archives pour la catégorie Cas-témoin

Pourquoi y a-t-il moins de ruptures d’approvisionnement de médicaments en France par rapport au Canada?

Considérant l’augmentation des ruptures d’approvisionnement de médicaments au Canada, nous avons développé une étude ayant pour objectif la comparaison de la situation actuelle au Canada et en France. Les données ont été extraites des bases de données en ligne de VendrediPM pour le Canada et de l’AFFSAPS et de l’Office Commercial Pharmaceutique (OCP) pour la France.

Dans le cadre du congrès de l’ESCP, une analyse des ruptures d’approvisionnement d’antimicrobiens a été réalisée. En date du 8 mars 2012, 11 antimicrobiens (7 dénominations communes) étaient en rupture en France, tandis que 47 antimicrobiens (20 dénominations communes) étaient en rupture au Canada.

En France, il est obligatoire de rapporter les ruptures planifiées ou potentielles, ce qui contribue probablement à diminuer le nombre de ruptures d’approvisionnement de médicaments. D’autres études seront nécessaires pour déterminer les causes.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au congrès de l’European society of clinical pharmacy, les 30 mai-1 juin 2012, à Leuven.

Impact des données probantes sur la perception de pharmaciens cliniciens en oncologie

Nous avons réalisé une étude pilote dont l’objectif était d’évaluer le niveau d’accord de pharmaciens français et québécois, avant et après la présentation de données probantes démontrant l’impact du pharmacien en oncologie. L’objectif secondaire était de mettre en évidence les facteurs influençant le développement de la pratique pharmaceutique en oncologie.

Un total de 89 pharmaciens ont accédé au site et 64 ont complété le questionnaire (27 pharmaciens français et  37 pharmaciens québécois). Le questionnaire était complété une première fois. Les participants avaient ensuite accès aux données probantes supportant les affirmations, ou étaient informés de l’absence de données probantes pour une affirmation.

Le niveau d’accord moyen était de 81%. L’absence de données probantes a réduit le niveau d’accord des pharmaciens pour trois énoncés. Les trois principaux facteurs ayant influencé le développement de la pratique pharmaceutique étaient : perception de l’impact favorable des activités sur la prestation sécuritaire de soins, demande médicale de présence pharmaceutique pour ce secteur et perception de l’impact favorable des activités sur les dépenses de santé. L’influence des données probantes sur le développement de la pratique pharmaceutique en oncologie demeure faible au 10ème rang sur 12.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au congrès de l’Association de pharmaciens d’établissement de santé du Québec, les 1-3 juin 2012 à Rivière-du-Loup.