archive

Archives de Tag: rupture d’approvisionnement

De plus en plus, on voit une augmentation des pénuries de médicaments au Canada ainsi que partout dans le monde. Au quotidien, les professionnels de la santé et les patients sont confrontés à ce problème.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons décrit la situation canadienne pour les années 2016 et 2017.

Cette étude descriptive a montré une augmentation du nombre de pénuries au Canada. En effet, plus de 2129 médicaments ont été en rupture d’inventaire du 31 août 2016 au 4 septembre 2017. Les pénuries de médicaments durent en moyenne 118 jours.

Même si la cause des pénuries est souvent identifiée, les fabricants sont trop souvent impuissants face à ce problème.

RUPTURES26

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du Canadian Pharmacy Education and Research Conference le 13 et 14 juin 2018 à Ottawa.

Publicités

Plusieurs impacts négatifs sont associés aux pénuries de médicaments tant au niveau du système de soins de santé qu’au niveau des patients. Les causes de pénuries peuvent être nombreuses. Santé Canada cite notamment des problèmes d’approvisionnement, des problèmes de fabrication, des problèmes relatifs à la passation de marchés et des décisions économiques. Les pharmaciens ont un rôle à jouer lors des ruptures d’approvisionnement afin de préserver les meilleurs soins à leurs patients.RUPTURES21

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons comptabilisé par période de 12 mois les pénuries de médicaments de 2006 à 2015.

En moyenne, 630 médicaments sont en rupture de stock par année. Cela concerne un nombre moyen de 57 fabricants par année. Une grande proportion (79%) des pénuries proviennent de fabricants de médicaments génériques. De plus, la durée moyenne des ruptures est de 135 jours et est en hausse progressive. Ainsi, la situation ne s’améliore pas, ce qui est très préoccupant.

On peut consulter notre article publié dans le Pharmactuel accessible en ligne.

Depuis 2011, l’URPP a mis en place un site Internet de divulgation des pénuries de médicaments (VendrediPm.ca), faute de site canadien. Cette initiative a permis d’encadrer la divulgation en obligeant les fabricants de médicaments canadiens à déclarer les ruptures d’approvisionnement sur ce site dans le cadre de l’entente d’achats groupés avec SigmaSanté.

Sites Internet de déclaration de ruptures d'approvisionnement de médicaments

Sites Internet de déclaration de ruptures d’approvisionnement de médicaments

Dans l’intérim, les fabricants de médicaments canadiens ont mis en ligne un site Internet canadien (penuriedemedicaments.ca). En avril 2013, nous avons publié une lettre à l’éditeur dans laquelle nous avons observé un écart important entre les ruptures d’approvisionnement rapportées entre le site québécois et le site canadien. Cet écart a perduré jusqu’à la fermeture du site québécois en août 2014. Il est regrettable que le parlement canadien n’ait pas sanctionné le projet de loi C-523 déposé à l’automne 2013, lequel visait à rendre obligatoire la divulgation des pénuries de médicaments.

Texte rédigé par Jean-François Bussières

Vous pouvez consulter notre article publié dans Le Journal canadien de la pharmacie hospitalière, accessible sur PubMedCentral.

En réponse à la crise de ruptures d’approvisionnement de médicaments vécue depuis quelques années et particulièrement lors de l’année 2012, nous nous sommes intéressés à la gestion des risques associés aux ruptures d’approvisionnement de médicaments.  Notre objectif principal était de décrire la gestion des risques liée aux ruptures d’approvisionnement des produits injectables en établissement de santé.

Huit outils ont été mis en place en collaboration avec les parties prenantes, notamment la production d’une liste des produits en rupture d’approvisionnement et des taux de production anticipés chez Sandoz Canada, la gestion électronique des quantités hebdomadaires allouées par hôpital, la formation d’un comité local de crise, la mise en place d’un envoi courriel régulier pour informer le personnel soignant, l’instauration d’une section dédiée dans l’Intranet du département de pharmacie du CHU sainte-Justine indiquant le nombre réel de stock résiduel ainsi que les décisions prises par produit, la création d’un extranet avec fiches d’aides sur VendrediPM.ca et la production de bulletins d’information du comité des pharmaciens du groupe d’achat de SigmaSanté.

Huit actions ont été mises en place, notamment la tenue de réunions du comité local de crise avec réunion quotidienne, un arrimage avec autres groupes d’achats et parties prenantes, des modifications contractuelles lorsque possible, une révision des produits critiques devant être produits à 100%, un lobby auprès de Santé Canada afin de faciliter l’accès au programme d’accès spécial, la mise en place d’une règle des 7 jours comme limite minimale d’inventaire , la rédaction et le partage des demandes types au programme d’accès spécial à Santé Canada pour des médicaments ciblés et une révision des pratiques au CHU Sainte-Justine. Toutes les actions posées ont visé à minimiser les risques pour la clientèle.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au Colloque sécurité des soins au Québec, les 26-27 avril 2012, à Montréal.

Considérant l’augmentation des ruptures d’approvisionnement de médicaments au Canada, nous avons développé une étude ayant pour objectif la comparaison de la situation actuelle au Canada et en France. Les données ont été extraites des bases de données en ligne de VendrediPM pour le Canada et de l’AFFSAPS et de l’Office Commercial Pharmaceutique (OCP) pour la France.

Dans le cadre du congrès de l’ESCP, une analyse des ruptures d’approvisionnement d’antimicrobiens a été réalisée. En date du 8 mars 2012, 11 antimicrobiens (7 dénominations communes) étaient en rupture en France, tandis que 47 antimicrobiens (20 dénominations communes) étaient en rupture au Canada.

En France, il est obligatoire de rapporter les ruptures planifiées ou potentielles, ce qui contribue probablement à diminuer le nombre de ruptures d’approvisionnement de médicaments. D’autres études seront nécessaires pour déterminer les causes.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au congrès de l’European society of clinical pharmacy, les 30 mai-1 juin 2012, à Leuven.

Nous rapportons toutes les ruptures d’approvisionnement entre le 30 août 2010 et le 23 août 2011 et les comparons aux données recueillies depuis 2006.

Un total de 429 ruptures d’approvisionnement de médicaments a été rapporté en 2010-2011, contre 493 en 2006, 400 en 2007, 442 en 2008, 680 en 2009 et 385 pour les huit premiers mois de 2010. La durée moyenne des ruptures était similaire, avec une moyenne ± écart-type [min-max] de 103 ± 85 jours [8-363] en 2010 contre 108 ± 130 jours [5-1623] en 2006-2010. Un nombre plus faible de manufacturiers impliqués a également été noté.

Vous pouvez consulter notre affiche qui a été présentée au congrès de la CSHP – Professional Practice Conference (PPC) à Toronto du 4 au 8 février 2012. Le résumé est publié dans le Journal canadien de la pharmacie hospitalière, accessible sur Pubmed Central.