archive

Législation pharmaceutique

L’antibiogouvernance fait partie d’un plan ministériel 2015-2020 sur la prévention et le contrôle des infections nosocomiales au Québec. Le Québec fait notamment de la lutte contre l’antibiorésistance une de ses priorités. Une des cibles du plan est donc de développer la surveillance de l’usage des antibiotiques dans les établissements de soins de courte durée. Les volets qualitatif et quantitatif de la consommation sont au cœur de la surveillance du bon usage des antibiotiques.

Nous avons décrit le programme d’antibiogouvernance et illustrer les activités, les outils et les analyses effectuées dans le cadre du programme.

Pour connaître les résultats, vous pouvez consulter notre affiche présentée dans le cadre du colloque annuel du Réseau Québécois de Recherche sur les Médicaments, le 6 et 7 juin 2016 à Montréal, Québec, Canada

DDD17.png

Publicités

Certains patients nécessitent le recours à des traitements non approuvés par les autorités. Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons décrit et comparé les autorisations temporaires d’utilisation en France (ATU) et le programme d’accès spécial (PAS) au Canada.

En France, après accord, le médicament peut être obtenu et pris en charge. Au Canada, le laboratoire doit accepter ou non la distribution, sans prise en charge. L’implication du pharmacien hospitalier dans la démarche est plus soutenue en France (coresponsabilité avec le médecin). PASATU

Le système français semble plus souple et plus avantageux pour les patients comparé au PAS.

On peut consulter notre article publié dans le Pharmacien Hospitalier et Clinicien disponible en ligne.

Au Canada, la loi sur les aliments et drogues n’autorise pas la publicité des médicaments sous ordonnance. Cependant, à l’hôpital, les échantillons de médicaments sont généralement tolérés pour les patients des cliniques ambulatoires.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons estimé le nombre d’échantillons de médicaments disponibles dans les cliniques ambulatoires de notre centre en 2016 et nous l’avons comparé aux données de 2007, 2009 et 2012.echantillon6

Le nombre d’échantillons a atteint un sommet en 2016 avec 93 881 doses.

Pour connaître les résultats, on peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès European Association of Hospital Pharmacists, du 22 au 24 mars 2017 à Cannes, France.

L’exercice de la pharmacie est guidé par le Code de déontologie. L’éthique fait donc partie intégrante de la pratique pharmaceutique. Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons évalué la position de la communauté pharmaceutique québécoise sur des énoncés portant sur l’éthique pharmaceutique via un questionnaire.ethique2

347 étudiants et 398 pharmaciens ont répondus à l’enquête. Une différence statistiquement significative du niveau d’accord a été trouvée pour 28 des 43 énoncés.

Dans le blogue du 25 août 2016, nous vous avions présenté notre affiche.

Vous pouvez maintenant consulter notre article publié dans les annales Pharmaceutiques Françaises disponible en ligne.

La documentation des activités professionnelles est important dans l’exercice optimal de la pharmacie. Elle permet, entre autres, la communication entre professionnels, la continuité des soins, la détection de problèmes cliniques et administratifs et l’évaluation des pratiques.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons décrit et commenté les données recueillies dans le journal de bord des pharmaciens, complété quotidiennement par chaque pharmacien au CHU Sainte-Justine, du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2013.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès annuel de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES) le 14 avril 2016 à Trois-Rivières, QC, Canada.

On peut consulter notre article publié dans le  Journal canadien de la pharmacie hospitalière disponible en ligne.

JBORD1

L’exercice de la pharmacie ne peut se faire sans la connaissance du cadre juridique et normatif applicable. Nous avons développé un sondage en ligne auprès des étudiants en pharmacie et des pharmaciens exerçant au Québec afin d’évaluer l’exposition et la perceptions de ceux-ci sur la législation et sur les décisions juridiques entourant la pharmacie.

Dans le cadre de ce projet, nous avons créé le blogue lsspharmacie.wordpress.com. Nous vous invitons à vous y abonner afin dSTUDIUM4e rester à l’affût des décisions juridiques impliquant les pharmaciens!

Nous vous avions présenté notre affiche à ce sujet dans le blogue du 24 mars 2016.

On peut maintenant consulter notre article dans le Pharmacien Hospitalier et Clinicien

Un médicament biosimilaire est un produit similaire à un produit biologique de référence. À la différence des médicaments génériques, les médicaments biosimilaires présentent une complexité structurale et un processus de fabrication plus complexe.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons comparé le cadre juridique et les prises de position des principales agences réglementaires sur les médicaments biosimilaires. Santé Canada, la FDA, l’EMA et l’ANSM proposent tous un cadre juridique semblable. Cependant, la nomenclature et les règles de substitution automatique diffèrent.

PBUS1

Nous croyons que les pharmaciens doivent connaître les particularités juridiques entourant les biosimilaires afin d’assurer une substitution adéquate et un bon usage des produits biologiques.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès Professional Practice Conference de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux (SCPH/CSHP) du 4 au 8 février 2017 à Toronto, Ontario, Canada.