Archives d’Auteur: carlakarame

« Raisonnable » et termes apparentés : dénombrement dans les textes juridiques et normatifs relatifs à la pharmacie au Québec

Chaque jour, les professionnels de la santé sont appelés à faire des choix. Le législateur et les différentes autorités en santé ont eux aussi à prendre des décisions. Parmi les choix qu’ils ont pris, baliser le caractère raisonnable des divers dimensions applicables à la pratique des professions de la santé y figure.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une étude descriptive dans le but de dénombrer et commenter l’usage du terme « raisonnable » et des termes apparentés dans les textes juridiques et normatifs au Québec, et ce, sur une période allant du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2017. Le site Web de l’Institution canadien d’information juridique (CanLII) et la 13e édition de l’ouvrage Législation et système de soins nous ont servi de textes de référence.

  • Site Web CanLII sous l’onglet :
    • « Décisions » : 137 970 fois le terme « raisonnable » ou les termes apparentés provenant des jugements rendus entre le 1er janvier et le 31 décembre 2017.  
    • « Législations » : 4136 fois ces termes
  • 13e édition de Législation et systèmes de soins : 64 mentions du terme et 36 extraits incluant le terme.

Tous pharmaciens et chefs de départements de pharmacie devraient être familiarisés avec le terme « raisonnable », étant donné que chaque geste posé et chaque décision entreprise doivent respecter les limites de leur caractère raisonnable.

On peut consulter notre article publié dans le Pharmactuel disponible en ligne.

Poster un commentaire

Classé dans Descriptive, Législation pharmaceutique, URPP

Diversité des termes utilisés pour décrire les produits thérapeutiques : une confusion pour le personnel des pharmacies

Le circuit du médicament implique l’utilisation de différents produits thérapeutiques mettant à risque le personnel exposé lors des manipulations. Plusieurs termes menant à la confusion sont utilisés pour adresser ces produits.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons recensé les différents types de produits utilisés en pharmacie accompagnés des termes et des risques qui leurs sont associés. C’est à partir des lois et des règlements canadiens et québécois, ainsi que des sites gouvernementaux applicables que nous avons effectué la recherche des termes. Les termes rassemblés ont permis l’estimation du nombre de produits dans le marché canadien et des principaux risques applicables à ces derniers.

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre de la 14ème colloque annuelle de l’Association étudiante de l’École de santé publique de l’Université de Montréal (AEESPUM), le 2 mai 2019, Montréal, Québec, Canada

Poster un commentaire

Classé dans Article original, Bon usage des médicaments, Circuit du médicament, Descriptive, Santé et sécurité au travail, Soins pharmaceutiques, URPP

Analyser les défaillances majeures du circuit du médicament : quelle méthode utiliser?

Le circuit du médicament comprend des processus complexes qui nécessite une analyse systémique et proactive des risques pouvant déterminer les défaillances majeures. L’analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité (AMDEC) permet d’appliquer une telle méthode.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une revue de la littérature dans le but d’identifier les articles impliquant l’usage de l’analyse des modes de défaillance et de leurs effets (AMDE), de l’AMDEC et de l’AMDEC en santé (AMDECS) dans le cadre du circuit du médicament.

Parmi les 171 articles identifiés, 39 ont été maintenus pour une analyse plus profonde. 32 de ces articles décrivent l’approche AMDE ou AMDEC, alors que sept décrivent l’utilisation de l’approche AMDECS. Tout dépendant de l’étude publiée, les rechercheurs ont identifier entre 4 et 378 modes de défaillances. Un tableau-synthèse a été élaboré dans le but de permettre une meilleure discussion de l’état d’utilisation des analyses de type AMDEC.

Suite à cette revue de la littérature, il faut promouvoir l’utilisation de l’approche AMDE, AMDEC ou AMDECS dans l’évaluation du circuit du médicament.

On peut consulter notre article publié dans le Canadian Journal of Hospital Pharmacy disponible en ligne.

Commentaires fermés sur Analyser les défaillances majeures du circuit du médicament : quelle méthode utiliser?

Classé dans URPP

Abréviations inopportunes utilisées en hôpital

Tout établissement de santé doit se soumettre aux Pratiques Organisationnelles Requises (POR) émises par Agrément Canada. Parmi ces POR figure une liste d’abréviations qui ne doivent pas être utilisées. Ces abréviations sont associées à des évènements indésirables.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une étude descriptive rétrospective dans le CHU Sainte-Justine dans le but de déterminer la conformité des ordonnances de médicaments à cette POR.

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre du congrès Hopipharm 2019 le 15 et 17 mai 2019, Marseille, France.

Commentaires fermés sur Abréviations inopportunes utilisées en hôpital

Classé dans Circuit du médicament, Descriptive, Effets indésirables, Soins pharmaceutiques, URPP

Détection des erreurs par les pharmaciens mise à l’épreuve par une simulation

La validation des ordonnances est une des étapes cruciales du circuit du médicament. Pendant cette validation, le pharmacien doit garder un œil sur les erreurs pouvant être prévenues. Les interruptions inopportunes surviennent fréquemment et peuvent contribuer à la réduction de la détection des erreurs. De telles erreurs sont difficiles à anticiper et à étudier dans la pratique, par contre, la simulation aurait un potentiel intéressant dans ce domaine.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons simuler une validation d’ordonnance dans le but de déterminer le taux de détection des erreurs médicamenteux et l’effet des interruptions sur cette détection. Nous avons aussi mesuré le nombre de minutes nécessaire pour compléter la validation d’une page d’ordonnance. Huit pharmaciens seniors et cinq pharmaciens juniors avaient comme travail de valider trois pages d’ordonnance contenant au total 12 prescriptions et 17 erreurs. Trois appels, chacun cordonné avec une prescription de chaque page, interrompaient cette validation.  

Une corrélation significative entre les interruptions et la détection des erreurs a été remarqué. Les pharmaciens juniors ont pris plus de temps à valider la première page d’ordonnance (10 minutes 56 secondes vs 6 minutes 42 secondes). Ce temps supplémentaire leur a permis de détecter plus d’erreurs (95% vs 69%). Tous les participants ont réussi à détecter les erreurs majeures des ordonnances.  

On peut consulter notre article publié dans le Simulation in Healthcare disponible en ligne.

Commentaires fermés sur Détection des erreurs par les pharmaciens mise à l’épreuve par une simulation

Classé dans Circuit du médicament, Descriptive, Pédagogie en santé, Soins pharmaceutiques, URPP

Mise en place d’une communauté de pratique en pharmacovigilance en établissement de santé au Québec

Le département de pharmacie du CHU Sainte-Justine a mis en place, en 2006, des mesures permettant l’amélioration de la prévention, la détection, la prise en charge et la déclaration des évènements indésirables médicamenteux (EIM). Par contre, ce n’est qu’en 2014 que la sanction de la Loi de Vanessa a été acceptée. Cette loi a pour but de rendre obligatoire la déclaration des EIM graves par les hôpitaux, et ce, avant l’écoulement 30 jours.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons voulu établir une communauté de pratique en pharmacovigilance en établissement de santé au Québec.

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec – Grand Forum 2019, le 28 et 29 mars 2019 Québec, Qc, Canada.

Commentaires fermés sur Mise en place d’une communauté de pratique en pharmacovigilance en établissement de santé au Québec

Classé dans Bon usage des médicaments, Soins pharmaceutiques, Soins pharmaceutiques

Antinéoplasiques : efficacité de décontamination de différents produits et matériels

Quand on travaille dans le domaine de l’oncologie, l’exposition aux médicaments antinéoplasiques est un risque omniprésent. Qui dit exposition aux médicaments antinéoplasiques, dit possibilité d’effets indésirables. Ainsi, pour réduire ces risques, il faut s’assurer d’avoir une faible contamination des surfaces de travail.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons contaminé délibérément des surfaces avec la cyclophosphamide afin d’évaluer l’efficacité de divers types d’équipement (lingettes, semblants de tissu et serpières) et de produits de nettoyage (désinfectants, détergents et produits mixtes).

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre du congrès Hopipharm 2019 le 15 et 17 mai 2019, Marseille, France et le 34ème congrès des étudiants des cycles supérieurs et des post-doctorants en recherche au CHU Sainte-Justine – 24 mai 2019, CHU Sainte-Justine, Montréal, Québec, Canada.

Commentaires fermés sur Antinéoplasiques : efficacité de décontamination de différents produits et matériels

Classé dans Descriptive, Santé et sécurité au travail, Santé et sécurité au travail, URPP