Archives d’Auteur: carlakarame

Antimicrobiens : Revue d’utilisation en pédiatrie d’un centre hospitalier mère-enfant universitaire de 2015-2016 et de 2018-2019

Il existe une relation, bien documentée dans la littérature, entre la consommation d’antibiotique et l’émergence de résistances bactériennes. Pour remédier à ce problème, on peut se pencher sur la surveillance de l’utilisation des anti-microbiens. En effet, avec cette dernière, on peut évaluer l’efficacité d’un système de gérance des anti-infectieux nouvellement (ou pas) mis en place. Ainsi, pour ces différentes raisons, Agrément Canada a fait de la surveillance de l’utilisation des anti-microbiens, une pratique organisationnelle requise.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une étude descriptive rétrospective transversale dans le but de décrire l’évolution de l’utilisation d’anti-microbiens en pédiatrie au sein d’un centre hospitalier universitaire mère-enfant.

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre de la 14ème colloque annuelle de l’Association étudiante de l’École de santé publique de l’Université de Montréal (AEESPUM), le 2 mai 2019, Montréal, Québec, Canada.

Poster un commentaire

Classé dans Bon usage des médicaments, Descriptive, Soins pharmaceutiques, Soins pharmaceutiques, URPP

Conformité des notes d'intervention pharmaceutique à la politique et procédure dans un CHU

La prise en charge d’un patient en établissement de santé demande souvent l’implication d’une équipe interdisciplinaire, incluant le pharmacien. Il intervient à la fois auprès de l’équipe traitante et des patients. Il collige également les notes d’intervention au dossier du patient.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une étude descriptive rétrospective dans le but de vérifier la conformité des notes d’intervention pharmaceutique consignées au dossier des patients.

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre de la 14ème colloque annuelle de l’Association étudiante de l’École de santé publique de l’Université de Montréal (AEESPUM), le 2 mai 2019, Montréal, Québec, Canada.

Poster un commentaire

Classé dans Circuit du médicament, Descriptive, URPP

Préparations magistrales en pédiatrie: quels sont les problèmes rencontrés?

Encore aujourd’hui, plusieurs médicaments fréquemment utilisés ne sont pas disponibles dans des formulations adaptées aux enfants. Ainsi, les pharmaciens se doivent d’adapter les formulations adultes disponibles en créant des préparations magistrales liquides. L’utilisation de magistrales est associée à une hausse du risque d’erreurs. Un sous- ou surdosage du principe actif peut induire un échec thérapeutique ou une intoxication menant à une hospitalisation ou même à la mort.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une étude descriptive observationnel prospective dans le but de dépeindre le problème auquel sont confrontés les jeunes patients et leurs parents au moment d’obtenir et d’utiliser des préparations magistrales.

Ainsi, nous avons contacté les parents de 71 jeunes patients (entre 0 à 21 ans, âge médian 6,9 mois) ayant reçu au moins une prescription d’une préparation magistrale pour faire un suivi téléphonique, et ce, sept à dix jours post-congé. Nous avons également contacté les pharmacies distributrices pour obtenir de l’information additionnel sur leur préparation magistrale. Sur 314 éléments détectés, 252 ont été considérés comme étant de réels problèmes : 9 problèmes majeurs et 243 problèmes mineurs avec de réels ou potentiels conséquences.

À travers cette étude, il a été possible d’identifier plusieurs problèmes associés à l’utilisation des préparations magistrales indiquant ainsi que les standards de pratiques actuelles sont insuffisants. Des actions devraient clairement être entrepris pour améliorer l’utilisation et la distribution de préparations magistrales.

On peut consulter notre article publié dans le Paediatrics & Child Health.

Commentaires fermés sur Préparations magistrales en pédiatrie: quels sont les problèmes rencontrés?

Classé dans Bon usage des médicaments, Circuit du médicament, Descriptive, Effets indésirables, Erreurs, Mortalité, Observations, Soins pharmaceutiques, URPP

Profil des pratiques de préparations centralisées des médicaments non dangereux dans les hôpitaux du Québec

Au Québec, la préparation de plusieurs médicaments destinés à l’administration parentéral est centralisé dans les pharmacies des établissements de santé. Or, le nombre de médicaments avec préparation centralisée n’est pas documenté dans la littérature.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une étude descriptive transversale dans le but d’établir un profil des pratiques de préparations centralisées des médicaments non dangereux dans les départements de pharmacie du Québec établissements de santé.

Pour ce faire, nous avons demandé à plusieurs chefs de département de pharmacie des établissements de santé québécois d’estimer le pourcentage de doses parentérales de médicaments préparées au centre de la pharmacie, le nom de chaque médicament préparé ainsi, les critères utilisés pour sélectionner les médicaments et les barrières d’une telle pratique.

Vingt-sept des trente chefs de département de pharmacie sollicités ont répondu au sondage. Les répondants ont fourni des données utilisables pour 38 installations :

  • Préparation centralisée pour < 25 % des doses parentérales de médicaments : 17 des 38 institutions (45%)
  • Préparation centralisée pour [25, 49,9]% des doses parentérales de médicaments : 11 des 38 institutions (29%)
  • Préparation centralisée pour [50, 74,9]% des doses parentérales de médicaments : 7 des 38 institutions (18%)
  • Préparation centralisée pour ≥ 75% des doses parentérales de médicaments : 3 des 38 institutions (8%)
  • Un total de 232 médicaments individuels ont été préparés de façon centralisée dans une ou plusieurs institutions, pour une médiane globale de 22 médicaments par institution (min 1, max 100).

Ce sondage souligne les différences au niveau de la sélection des médicaments préparés de façon centralisée d’une institution à l’autre. Il serait pertinent de standardiser la pratique de préparations centralisées à travers tout le Québec.

On peut consulter notre article publié dans le Pharmaceutical Technology in Hospital Pharmacy.

Commentaires fermés sur Profil des pratiques de préparations centralisées des médicaments non dangereux dans les hôpitaux du Québec

Classé dans Circuit du médicament, Descriptive, Transversale, URPP

Troubles visuels secondaires à la prise de psychostimulants : cas pédiatrique

En pédiatrie, les symptômes du trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/TDAH) sont généralement traités avec des psychostimulants : méthylphénidate et amphétamine. Perte d’appétit, insomnie, douleur abdominal et maux de têtes sont les effets indésirables les plus fréquemment associés à la prise de psychostimulants. Les monographies rapportent également des effets indésirables oculaires : la sécheresse oculaire, la mydriase, des perturbations de l’accommodation et la vision brouillée. Malheureusement, la littérature pédiatrique documente rarement ces effets indésirables oculaires.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons rédigé un rapport de cas présentant un jeune patient, âgé de 9 ans, qui a manifesté une diminution significative de son acuité visuelle à deux reprises, et ce, après l’initiation de deux agents psychostimulants différents : méthylphenidate hydrochloride à libération contrôlée (Biphentin) and lisdexamfétamine (Vyvanse).

Cet effet indésirable inhabituel souligne l’importance de surveiller les changements au niveau de la vision suivant l’initiation d’un agent psychostimulant. Il met également en évidence l’importance de la pharmacovigilance, surtout en pédiatrie où les données sont limitées.

On peut consulter notre article publié dans le American Journal of Health-System Pharmacy.

Commentaires fermés sur Troubles visuels secondaires à la prise de psychostimulants : cas pédiatrique

Classé dans Bon usage des médicaments, Cas, Effets indésirables, Soins pharmaceutiques, URPP

Antibiogouvernance : relation entre la consommation des anti-infectieux et l'émergence de résistances en néonatalogie

L’émergence de résistances bactériennes aux antibiotiques, une priorité de la santé publique, pose un problème majeur. Ainsi, au Québec, un programme d’antibiogouvernance préconisant un usage raisonné des antibiotiques et l’étude des consommations d’antibiotiques en doses définies journalières (DDJ) et jours de traitement (JT) à des fins de surveillance a été mis en place par le gouvernement.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une étude rétrospective descriptive dans le but d’étudier la relation entre la consommation d’antibiotiques et l’émergence de résistances bactériennes dans un pôle de néonatalogie en centre hospitalier universitaire.

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre du congrès Hopipharm 2019 le 15 et 17 mai 2019, Marseille, France et le 34ème congrès des étudiants des cycles supérieurs et des post-doctorants en recherche au CHU Sainte-Justine – 24 mai 2019, CHU Sainte-Justine, Montréal, Québec, Canada.

Commentaires fermés sur Antibiogouvernance : relation entre la consommation des anti-infectieux et l'émergence de résistances en néonatalogie

Classé dans Bon usage des médicaments, Descriptive, Effets indésirables, Soins pharmaceutiques, URPP

Incidents et accidents médicamenteux : évaluation longitudinale des déclarations rapportées par le CHU Sainte-Justine

En 2002, le Québec devient la première province canadienne à rendre obligatoire, par voie législative, la déclaration des incidents et accidents (IA) survenus lors de la prestation de soins et services, et ce, à travers le formulaire AH-223. Annuellement, un rapport des données récoltées est rendu public et est utilisé pour mettre à jour un registre national. Certains de ces IA sont associés à l’utilisation de médicament. Peu de données sont publiées sur l’évaluation longitudinale des IA en établissement de santé, ainsi nous nous sommes intéressés à ce sujet.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une étude descriptive rétrospective dans le but de décrire les IA médicamenteux (IAM) survenus de 2011 à 2018 au sein du CHU Sainte-Justine.

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre de 50th Professional Practice Conference – Canadian Society of Hospital Pharmacists le 2 au 5 février 2019, Toronto, ON, Canada.

Commentaires fermés sur Incidents et accidents médicamenteux : évaluation longitudinale des déclarations rapportées par le CHU Sainte-Justine

Classé dans Bon usage des médicaments, Descriptive, Erreurs, URPP

Manipulation sécuritaire des médicaments dangereux en établissement de santé: quoi penser du Guide de prévention?

Au Québec, l’encadrement de la manipulation sécuritaire des médicaments dangereux est géré par plusieurs organismes. L’Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur des affaires sociales a émis en 2008 le Guide de prévention – Manipulation sécuritaire des médicaments dangereux. Les recommandations ne se sont pas arrêtées là et de nouvelles ont été publiés depuis.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons mené une enquête auprès des chefs des départements de pharmacie des établissements de santé du Québec offrant des services en hémato-oncologie dans le but de recenser les pratiques relatives à la manipulation des médicaments dangereux par les travailleurs québécois des établissements de santé.

Sur 30 chefs de département contactés, 23 provenant de 41 installations différentes ont participé à l’enquête (73 %) ;

  • Satisfaction de la première édition du Guide : 90 % (37/41) se disait satisfait ou partiellement satisfait
  • Utilisation des mesures de précaution et de protection :
    • Médicaments du groupe 1 : généralement utilisées
    • Médicament du groupe 2 et 3 : peu utilisées
    • Modalités de nettoyage des surfaces : varie d’un établissement à l’autre

À partir des résultats de cette enquête, il a été possible d’évaluer le niveau de mise en oeuvre des mesures mentionnées dans le Guide. Quoique les pratiques ne cessent de s’améliorer depuis la publication du Guide en 2008, plusieurs des recommandations ne sont toujours pas mises en oeuvres en raison de contraintes en matière de ressources financières, matérielles et humaines.

On peut consulter notre article publié dans le Bulletin d’information toxicologique de l’INSPQ.

Commentaires fermés sur Manipulation sécuritaire des médicaments dangereux en établissement de santé: quoi penser du Guide de prévention?

Classé dans Article original, Santé et sécurité au travail, Santé et sécurité au travail, Satisfaction, URPP

Financement à l'acte : est-ce le modèle approprié pour Québec?

Depuis 2004, le principal mode de gestion financière des établissements de santé (ES) français est la tarification à l’activité, appelée T2A en France. Il y a quelques années, au Québec, le Ministre de la Santé et des Services Sociaux (MSSS) a annoncé son intention d’adopter un financement à l’acte pour l’ensemble du réseau québécois de la santé.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une étude descriptive transversale dans le but de décrire les modalités d’application de la T2A pour ensuite pouvoir les comparer aux modalités prévues au Québec dans le cadre du financement à l’activité.

Le mode de gestion financière mis en place en France est complexe et comporte au moins cinq modalités de financements : financement par séjour comportant deux sous-catégories que sont les suppléments et les bornes extrêmes, le financement par prestation, le finance-ment en sus, le financement par dotation et le financement par forfait annuel. Plusieurs rapports et experts questionnent le modèle actuel français qui évolue depuis maintenant 14 ans. Cette étude permettra un avis critique sur l’implantation d’un tel système de gestion financière au Canada dans les années à venir.

On peut consulter notre article publié dans le Pharmacien Hospitalier et Clinicien.

Commentaires fermés sur Financement à l'acte : est-ce le modèle approprié pour Québec?

Classé dans Article original, Descriptive, Pharmacoéconomie, URPP

Recherche évaluative : est-elle plus documentée en officine ou en hôpital?

En 2012, une plate-forme sur les rôles et les retombées des activités du pharmacien a été mis en place à des fins pédagogique et scientifique par l’Unité de Recherche en Pratique Pharmaceutique (URPP). À travers celle-ci, l’URPP vise à soutenir l’évolution de la pratique pharmaceutique en milieu hospitalier, communautaire ou autrement.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une étude descriptive rétrospective dans le but de décrire et comparer les données relatives aux rôles et retombées de l’activité du pharmacien par milieu de pratique (hospitalier et communautaire).

Pour voir les résultats, on peut consulter notre affiche dans le cadre de la 8e Colloque du Réseau Québécois de recherche sur les médicaments le 19 et 20 octobre 2018, Montréal, Qc, Canada et la 7e éditions du Rendez-vous de la recherche pharmaceutique, 6 décembre 2018, Faculté de pharmacie, Montréal, Qc, Canada.

Commentaires fermés sur Recherche évaluative : est-elle plus documentée en officine ou en hôpital?

Classé dans Article original, Descriptive, Pédagogie en santé, URPP