archive

Soins pharmaceutiques

Nous avons publié un nouvel article dans les Annales de l’Unité de recherche en pratique pharmaceutiqueRôles et retombées du pharmacien en Afrique : une revue de la littérature.

Cet article a pour objectif d’identifier le rôle et les retombées du pharmacien en Afrique. Vingt-et un articles ont été rencensés dans cette revue de la littérature. Il s’agit d’un projet réalisé dans le cadre de Impact Pharmacie.

Extrait de Ferrand et al., 2018

Publicités

Dans le programme de Santé Intégré en Haïti (PSI), le CHU Sainte-Justine est responsable de l’implantation d’un programme d’amélioration de la qualité de la prestation des soins et services. Le Programme a notamment pour but de réorganiser et reconstruire l’Hôpital Saint-Michel de Jacmel. HAITI2a

Dans le cadre des travaux de l’URPP, une étude descriptive observationnelle a été réalisé afin de présenter une démarche de réorganisation des services et des soins pharmaceutiques. Une première mission de reconnaissance de 7 jours a eu lieu en 2013 et une seconde mission a été réalisée durant 18 jours en 2014 afin de procéder à la réorganisation.

Plusieurs recommandations ont été faites lors de la mission de 2013 (clarifier les règles de couverture des soins de santé prodigués, mettre en place un nouveau département de pharmacie arrimé avec la nouvelle structure de l’Hôpital, etc). En 2014, l’état des réalisations a été évalué et des actions ont été proposées afin de compléter la mise en place des recommandations.

Le ministère de la Santé publique et de la Population en Haïti fait usage d’une fiche d’inspection institutionnelle contenant des critères qui, pour la majorité, ne sont pas remplis. On note cependant une amélioration significative pour 25 des 110 critères suite à la mission de février 2014.

On peut consulter notre article publié dans le Journal canadien de la pharmacie hospitalière accessible en ligne.

L’optimisation du traitement des patients est une responsabilité partagée entre le pharmacien, les autres professionnels de la santé et le patient. D’après la définition de l’Ordre des pharmaciens du Québec, les soins pharmaceutiques consistent en « l’ensemble des actes et services que le pharmacien doit procurer à un patient, afin d’améliorer sa qualité de vie par l’atteinte d’objectifs pharmacothérapeutiques de nature préventive, curative ou palliative ». SATISFOBGYN1

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons évalué la perception et la satisfaction du personnel soignant concernant les soins pharmaceutiques en obstétrique-gynécologie au CHU Sainte-Justine. Les données ont été recueillies via un sondage en ligne rempli par 65 professionnels de la santé.

45% des participants ont soutenus la participation quotidienne des pharmaciens à la tournée médicale. De plus, le personnel soignant était satisfait de la contribution des pharmaciens au sein de l’équipe. Une grande majorité (87%) considérait qu’ils engendrent des retombées positives.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès annuel de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES) le 14 avril 2016 à Trois-Rivières, QC, Canada.

 

 

L’intégration de la pharmacogénomique dans la pratique de la pharmacie ne fait que commencer. De plus en plus, la réponse aux médicaments est associée à des polymorphismes génétiques. Cette précieuse information ouvre la voie vers des soins plus personnalisés pour les patients. PHARMACOGENOMIQUE4

Nous proposons ici une démarche en 4 étapes d’intégration de la pharmacogénomique en soins pharmaceutiques réalisée à partir des standards de pratique de l’OPQ. Les principales sociétés savantes et les ressources internet pertinentes de génomique ont également été identifiées.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès annuel de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES) le 14 avril 2016 à Trois-Rivières, QC, Canada.

L’utilisation du fer intraveineux a été approuvée en 2006 à notre hôpital mère-enfant en gynécologie-obstétrique dans les cas d’intolérance ou de non-réponse aux VENOFERsuppléments oraux de fer, de contre-indication aux injections intramusculaire de fer, et dans les cas où une augmentation rapide de l’hémoglobine est désirée.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, une étude rétrospective a été réalisée afin de décrire les indications et les doses intraveineuses de fer utilisées en gynéco-obstétrique, d’évaluer la surveillance et de décrire le profil d’effets indésirables.

  • Un total de 164 prescriptions de fer IV ont été examinés pour un total de 128 femmes.
  • Les indications étaient l’anémie avant l’accouchement ( n = 76 ), l’intolérance ou l’absence de réponse au fer par voie orale (n=61), ou l’intolérance ou la contre-indication au fer IM (n=27).
  • Les effets indésirables, principalement la douleur au site d’injection, ont été rapportés à 18 occasions (11%).
  • Les doses prescrites étaient souvent trop basses, les tests pour l’obtention de valeurs de base de référence étaient souvent omis et les suivis, incomplets.
  • Le fer intraveineux était bien toléré.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Journal of Pharmacy Technology disponible en ligne.

La nutrition parentérale est utilisée chez les nouveaux nés aux soins intensifs lorsque leurs besoins nutritionnels ne peuvent être entièrement comblés par la nutrition entérale. Cependant, les hépatopathies associées à la nutrition parentérale sont une complication connue.

URSORETRODans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons mené une étude de cohorte rétrospective entre 2004 et 2007 aux soins intensifs de notre hôpital chez les nouveau-nés présentant une hépatopathie associée à la nutrition parentérale. L’objectif était de vérifier l’effet de l’acide ursodésoxycholique (ursodiol) sur la durée de la maladie hépatique associée à la nutrition parentérale.

  • 64 patients sur 118 patients éligibles ont reçu l’ursodiol
  • Les cholestases ont duré plus longtemps dans le groupe recevant l’ursodiol (79 vs. 50 jours, p=0,001);
  • Le traitement était toutefois retardé de 24 jours (nombre de jour médian) après le début de la cholestase;
  • Des analyses multivariées utilisant les régressions de Cox n’ont pas démontré d’association entre l’utilisation de l’ursodiol et la durée des épisodes;
  • Le taux de déclin de la bilirubine conjuguée et la prise de poids étaient supérieurs chez les patients traités (respectivement, 0,084mg/dL/jour vs. 0,60 mg/dL/jour; p=0,009 et 22,8 vs. 17,7 g/kg/jour, p=0,010).

Vous pouvez consulter notre article paru dans le Journal of Pediatric Pharmacology and Therapeutics.

La procréation assistée représente un défi pharmacothérapeutique intéressant compte tenu de FIVla complexité et de la diversité des protocoles utilisés. Il existe cependant peu de données sur le rôle du pharmacien dans ce secteur d’activité.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé un article afin d’expliquer le programme québécois de procréation assistée et de comprendre le modèle de pratique du pharmacien d’établissement dans ce secteur. Le modèle de pratique proposé comporte les cinq modalités suivantes :

  1. Participer à la gestion de la pharmacothérapie pour la clientèle
  2. Favoriser l’enseignement de la pharmacothérapie utilisée en fertilité aux professionnels de la santé
  3. Participer à la gestion de la pharmacothérapie pour l’équipe traitante
  4. Participer à la mise en place d’un centre de documentation pharmaceutique
    sur la procréation assistée pour les professionnels de la santé et les patientes
  5. Participer à la recherche clinique

La procréation assistée représente un défi pharmacothérapeutique intéressant compte tenu de la complexité des protocoles prescrits ainsi que de la diversité des molécules pouvant être utilisées par la clientèle visée. Le modèle de pratique du pharmacien spécialisé dans le domaine est en plein essor.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Québec Pharmacie, partagé avec la permission de l’éditeur.