Archives pour la catégorie Descriptive

Effets indésirables et effets hémodynamiques de la nifédipine utilisée comme tocolytique

La prématurité, cause importante de morbidité et mortalité, a augmenté au cours des dernières décennies. La nifédipine, un bloqueur calcique commercialisé initialement pour ses propriétés NIFEDIPINE1hypotensives, est aussi actuellement utilisée pour retarder l’accouchement lors d’un travail prématuré, bien que cette utilisation ne fasse pas partie des indications reconnues.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons mené une étude rétrospective évaluative descriptive analysant les dossiers des femmes traitées par nifédipine selon le protocole de tocolyse du CHU Sainte-Justine (Montréal,Canada) entre le 1er janvier 2004 et le 1er mars 2007  afin de décrire les effets indésirables notamment cardiorespiratoires et hémodynamiques de la tocolyse par nifédipine sur la mère et son foetus.

  • Des effets indésirables ont été retrouvés chez 61 % des 213 femmes traitées avec nifédipine et des effets indésirables cardiorespiratoires chez 32,4 % des femmes.
  • Des effets indésirables cardiorespiratoires graves ont été notés chez 8,9 % des femmes, incluant 6 cas d’oedème aigu du poumon ou de surcharge pulmonaire.
  • Des effets indésirables autres que cardiorespiratoires ont été observés chez 46,9 % des femmes.

La nifédipine est un tocolytique dont l’utilisation peut être associée à des effets indésirables cardiorespiratoires justifiant une surveillance étroite.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction accessible sur PubMed.

Publicités

Évaluation de l’utilisation du fer intraveineux dans un département d’obstétrique-gynécologie

L’utilisation du fer intraveineux a été approuvée en 2006 à notre hôpital mère-enfant en gynécologie-obstétrique dans les cas d’intolérance ou de non-réponse aux VENOFERsuppléments oraux de fer, de contre-indication aux injections intramusculaire de fer, et dans les cas où une augmentation rapide de l’hémoglobine est désirée.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, une étude rétrospective a été réalisée afin de décrire les indications et les doses intraveineuses de fer utilisées en gynéco-obstétrique, d’évaluer la surveillance et de décrire le profil d’effets indésirables.

  • Un total de 164 prescriptions de fer IV ont été examinés pour un total de 128 femmes.
  • Les indications étaient l’anémie avant l’accouchement ( n = 76 ), l’intolérance ou l’absence de réponse au fer par voie orale (n=61), ou l’intolérance ou la contre-indication au fer IM (n=27).
  • Les effets indésirables, principalement la douleur au site d’injection, ont été rapportés à 18 occasions (11%).
  • Les doses prescrites étaient souvent trop basses, les tests pour l’obtention de valeurs de base de référence étaient souvent omis et les suivis, incomplets.
  • Le fer intraveineux était bien toléré.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Journal of Pharmacy Technology disponible en ligne.

Un jeu de simulation pour les leaders de la pharmacie hospitalière

Les pharmaciens travaillent dans un environnement complexe. Pour prendre de bonnes décisions dans un environnement changeant, les pharmaciens doivent être en mesure de juger de la qualité des informations disponibles.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une étude descriptive prospective afin d’évaluer la capacité de dirigeants en pharmacie à discerner l’information véridique de la fausse information dans un bulletin de nouvelles simulé. Les 40 participants ont été exposés à un bulletin de nouvelles de 20 manchettes d’une durée totale de dix minutes dont trois manchettes étaient fausses, quatre étaient partiellement vraies et 12 étaient vraies. On a demandé aux participants d’évaluer d’abord leur niveau de connaissance des sujets et d’évaluer ensuite la véracité du matériel présenté.

Dans la plupart des cas ( 13/20 ), les participants ont été incapables d’identifier le vrai du faux avec précision.

On peut consulter l’affiche présentée au congrès Professional Practice Conference de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux (SCPH/CSHP) du 30 janvier au 3 février 2016 à Toronto, Ontario, Canada.

headlines1

Rapport sur la pharmacie hospitalière au Canada-30ème anniversaire

La pratique pharmaceutique a considérablement changé au fil des années. Certains pays enquêtent sur la pratique de la pharmacie hospitalière.

Au Canada, le Rapport sur la pharmacie hospitalière au Canada a célébré son 30eme anniversaire en 2015. Peu de professionnels de la santé peuvent compter sur une telle quantité de données concernant leurs activités. Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons mené une étude rétrospective afin de décrire l’évolution de ce rapport à travers les années en faisant ressortir les éléments clés suivants:

  • membres du conseil d’administration;
  • taux de réponses pour les rapports;
  • nombre de pages;
  • tendances des sujets clés;
  • stratégies de diffusion;
  • enjeux clés

On peut consulter l’affiche présentée au congrès Professional Practice Conference de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux (SCPH/CSHP) du 30 janvier au 3 février 2016 à Toronto, Ontario, Canada.

rapcan8-memento

Rapport sur l’usage à la maison de morphine dans un contexte postopératoire en pédiatrie

La gestion de la douleur postopératoire chez les patients pédiatriques connaît actuellement des changements importants. L’utilisation de la codéine est en baisse suite aux rapports de cas publiés et aux recommandations émises par les agences de réglementationsCUPIDOM des États-Unis, du Canada et e l’Europe. Dans notre hôpital universitaire pédiatrique de soins tertiaires, la morphine est maintenant utilisée dans ce contexte pour les patients hospitalisés, ainsi qu’à la maison après le congé.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons mené une étude prospective afin de décrire l’utilisation de la morphine à la maison dans un contexte de douleur postopératoire aiguë chez les enfants.

  • Un total de 243 sujets ont été recrutés.
  • 56 % des participants avec une prescription régulière de base ont reçu le médicament tel que prescrit.
  • Bien que 76 % des parents aient rempli la prescription de morphine en pharmacie lorsque prescrite au besoin, la plupart ont administré deux doses ou moins.
  • Dans un sous-ensemble de 77 sujets pour lesquels nous avons obtenu des données plus détaillées, seulement 9,2 % des doses prescrites ont été administrées.

Cette étude a révélé que de grandes quantités de morphine sont prescrites et dispensées au congé sans toutefois être administrées. Il est nécessaire de réévaluer la quantité de morphine prescrite et distribuée après les chirurgies en pédiatrie.

Vous pouvez consulter notre article publié dans The Journal of Pediatrics.

Étude de cas de ruptures d’approvisionnement de médicaments en établissements de santé

Les ruptures d’approvisionnement de médicaments ont des répercussions négatives sur les patients, les professionnels de la santé et le système de soins de santé de manière générale.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une étude afin de décrire la prise en charge de cas type de ruptures d’approvisionnement de médicaments afin d’illustrer la complexité et les risques inhérents à ces ruptures sur le circuit du médicament hospitalier et les patients traités.

RUPTURES2De septembre 2011 à août 2012, près de 1100 ruptures d’approvisionnement de médicaments
ont été rapportées sur le marché canadien. Au moins 52 dénominations communes ont été visées par une rupture d’approvisionnement au centre hospitalier universitaire Sainte-Justine pour au moins une présentation pharmaceutique canadienne durant la même période et au moins 234 actions correctrices locales ont été initiées. Compte tenu du nombre sans précédent de ruptures d’approvisionnement, différentes mesures incluant les actions correctrices ont été mises en place. Les trois cas type retenus pour notre analyse descriptive portent sur les présentations pharmaceutiques commerciales de phosphore, tobramycine et sulfate de magnésium.

Vous pouvez consulter notre article publié dans la revue Risques et Qualité disponible en ligne.

Évaluation des conséquences des ruptures d’approvisionnement en 2012 au sein de cinq CHU québécois

Les ruptures d’approvisionnement ont toujours existé. Toutefois, le nombre de ruptures de stocks survenues au cours des dernières années, leur durée et leurs effets ont pris une ampleur importante. C’est ce qui a amené cinq CHU québécois à unir leurs efforts afin de trouver des solutions pour garantir à la population du Québec un meilleur accès aux médicaments.

Afin d’appuyer les centres hospitaliers universitaires (CHU) dans leurs activités, le Programme de gestion thérapeutique des médicaments (PGTM) propose un état de la situation relatif aux conséquences des ruptures d’approvisionnement en 2012 dans les cinq CHU québécois.
Cette étude descriptiverupture11 transversale met en évidence l’importance de la crise provoquée par les ruptures d’approvisionnement dans les CHU québécois en 2012 en évaluant les conséquences économiques et cliniques de la pénurie de médicaments.

Vous pouvez consulter le rapport disponible en ligne.