archive

Descriptive

Il existe une sous-déclaration des effets indésirables médicamenteux. Les établissements de santé doivent donc optimiser ces déclarations.

Afin d’améliorer le système de pharmacovigilance local de notre établissement, un service de pharmacovigilance a été créé en 2006 et plusieurs mesures ont été mises en place progressivement.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons comparé l’incidence annuelle moyenne des effets indésirables médicamenteux du 1er avril 1989 au 31 mars 2010 (période 1) et du 1er avril 2010 au 31 mars 2015 (période 2). Nous avons également déterminé les classes thérapeutiques de médicaments associées aux effets indésirables en fonction de l’âge ainsi que la proportion des effets indésirables médicamenteux déclarés à Santé Canada.

Nous avons trouvé que le nombre moyens d’effets indésirables médicamenteux par année avait été de 225,7 au cours de la période 1 et de 429,6 au cours de la période 2. L’incidence annuelle moyenne des effets indésirables avait été de 1,64% au cours de la période 1 contre 3,17% au cours de la période 2. De plus, seulement 37% des effets indésirables ont été déclarés durant la période 1 contre 41% au cours de la période 2.

On peut consulter notre article publié dans les Archives de Pédiatrie.

EIM3

Publicités

Pour plusieurs acteurs du domaine de la santé, la pression financière se fait de plus en plus ressentir. Les décisions qui doivent être prises au sujet la gestion du budget des médicaments sont difficiles.

Au CHU Sainte-Justine, nous avons développé et implanté une nouvelle politique afin de mieux gérer les décisions concernant ces nouveaux médicaments dispendieux. Nous avons donc procédé à une évaluation et une analyse des demandes durant une période de 12 mois.

On peut consulter notre article publié dans le  Journal canadien de la pharmacie hospitalière disponible en ligne.

emmergent3

La hausse des dépenses en santé est liée à plusieurs causes: vieillissement de la population, utilisation croissante des services de santé, hausses des dépenses liées à la rémunération des professionnels, etc. Dans ce contexte, en 2007, la France s’est tournée vers un financement des établissements basé sur la tarification à l’activité plutôt que sur l’historique des dépenses.T2A2

Au Québec, l’idée de tarification à l’activité fait l’objet de discussions et de recommandations depuis au moins deux décennies.

À Sainte-Justine, nous avons développé une démarche d’encadrement de l’utilisation de médicaments dits émergents (médicaments non approuvés au Canada, médicaments utilisés dans des indications non approuvées et médicaments très onéreux).

Nous avons donc comparé le financement des médicaments onéreux en France et le système mis en place dans notre centre.

On peut consulter notre article publié dans le  Journal canadien de la pharmacie hospitalière disponible en ligne.

 

Les pharmaciens sont responsables du circuit du médicament, un processus complexe dans les établissements de santé. Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons décrit et comparé la conformité du circuit du médicament de notre centre. TOURNEE5

De 2012 à 2016 la conformité globale était de 71%, 65%, 78%, 64% et 62%. Entre 2015 et 2016, on observe une diminution de la conformité pour 6 critères et une augmentation de celle-ci pour 2 critères.

Pour connaitre les résultats, vous pouvez consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès European Association of Hospital Pharmacists, du 22 au 24 mars 2017 à Cannes, France

 

En pharmacie hospitalière, l’ensemble du cadre législatif et normatif vise à offrir un circuit du médicament efficient, sécuritaire et sans contamination. Le chef du département de pharmacie et son équipe de gestion sont chargés de développer en collaboration avec le service d’hygiène et salubrité des procédures de travail pour prévenir la contamination biologique, particulaire ou chimique.

Une recherche documentaire a été menée afin de présenter l’état des lieux sur l’hygiène et la salubrité applicable à l’exercice de la pharmacie.HYGIENE1.png

Pour connaitre les résultats, vous pouvez consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès HOPIPHARM du 10 au 12 mai 2017 à Nancy, France.

L’utilisation des médicaments émergents représente une alternative essentielle pour les patients pédiatriques étant donné que peu de médicaments sont indiqués pour cette population.

Les médicaments émergents sont définis comme regroupant les médicaments sans avis de conformité, les médicaments off-label et les médicaments coûteux.

Nous avons évalué l’utilisation des médicaments émergents au sein de notre centre de janvier 2013 à février 2014.

Cette étude décrit 26 médicaments émergents impliquant 99 prescriptions et les enjeux associés à leur utilisation.

Dans le blogue du 15 septembre 2016, nous vous avions présenté notre affiche.

Vous pouvez maintenant consulter notre article publié dans le Journal of Population Therapeutics and Clinical Pharmacology disponible en ligne.

EMERGENT2

L’antibiogouvernance fait partie d’un plan ministériel 2015-2020 sur la prévention et le contrôle des infections nosocomiales au Québec. Le Québec fait notamment de la lutte contre l’antibiorésistance une de ses priorités. Une des cibles du plan est donc de développer la surveillance de l’usage des antibiotiques dans les établissements de soins de courte durée. Les volets qualitatif et quantitatif de la consommation sont au cœur de la surveillance du bon usage des antibiotiques.

Nous avons décrit le programme d’antibiogouvernance et illustrer les activités, les outils et les analyses effectuées dans le cadre du programme.

Pour connaître les résultats, vous pouvez consulter notre affiche présentée dans le cadre du colloque annuel du Réseau Québécois de Recherche sur les Médicaments, le 6 et 7 juin 2016 à Montréal, Québec, Canada

DDD17.png