Archives de Catégorie: Descriptive

Financement à l'acte : est-ce le modèle approprié pour Québec?

Depuis 2004, le principal mode de gestion financière des établissements de santé (ES) français est la tarification à l’activité, appelée T2A en France. Il y a quelques années, au Québec, le Ministre de la Santé et des Services Sociaux (MSSS) a annoncé son intention d’adopter un financement à l’acte pour l’ensemble du réseau québécois de la santé.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une étude descriptive transversale dans le but de décrire les modalités d’application de la T2A pour ensuite pouvoir les comparer aux modalités prévues au Québec dans le cadre du financement à l’activité.

Le mode de gestion financière mis en place en France est complexe et comporte au moins cinq modalités de financements : financement par séjour comportant deux sous-catégories que sont les suppléments et les bornes extrêmes, le financement par prestation, le finance-ment en sus, le financement par dotation et le financement par forfait annuel. Plusieurs rapports et experts questionnent le modèle actuel français qui évolue depuis maintenant 14 ans. Cette étude permettra un avis critique sur l’implantation d’un tel système de gestion financière au Canada dans les années à venir.

On peut consulter notre article publié dans le Pharmacien Hospitalier et Clinicien.

Commentaires fermés sur Financement à l'acte : est-ce le modèle approprié pour Québec?

Classé dans Article original, Descriptive, Pharmacoéconomie, URPP

Recherche évaluative : est-elle plus documentée en officine ou en hôpital?

En 2012, une plate-forme sur les rôles et les retombées des activités du pharmacien a été mis en place à des fins pédagogique et scientifique par l’Unité de Recherche en Pratique Pharmaceutique (URPP). À travers celle-ci, l’URPP vise à soutenir l’évolution de la pratique pharmaceutique en milieu hospitalier, communautaire ou autrement.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une étude descriptive rétrospective dans le but de décrire et comparer les données relatives aux rôles et retombées de l’activité du pharmacien par milieu de pratique (hospitalier et communautaire).

Pour voir les résultats, on peut consulter notre affiche dans le cadre de la 8e Colloque du Réseau Québécois de recherche sur les médicaments le 19 et 20 octobre 2018, Montréal, Qc, Canada et la 7e éditions du Rendez-vous de la recherche pharmaceutique, 6 décembre 2018, Faculté de pharmacie, Montréal, Qc, Canada.

Commentaires fermés sur Recherche évaluative : est-elle plus documentée en officine ou en hôpital?

Classé dans Article original, Descriptive, Pédagogie en santé, URPP

Petite histoire : Henry Robert Gray (1838-1908) et son ordonnancier

L’année 2019-2020 marque le 100e anniversaire de la Faculté de pharmacie de
l’Université de Montréal, alors que l’année 2020 marque le 150e anniversaire de l’Ordre des Pharmaciens du Québec (OPQ). Afin de souligner ces anniversaires, nous nous sommes intéressés à l’ordonnancier d’Henry Robert Gray, pharmacien et troisième président de l’Association pharmaceutique de la province de Québec (APPQ) de 1875 à 1877 et de 1891 à 1893.

Ainsi, dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une étude descriptive rétrospective dans le but de décrire et de situer le contenu de son ordonnancier dans le contexte de l’époque.

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec – Grand Forum 2019, le 28 et 29 mars 2019 Québec, Qc, Canada.

Commentaires fermés sur Petite histoire : Henry Robert Gray (1838-1908) et son ordonnancier

Classé dans Descriptive, Histoire de la pharmacie, URPP

Pharmacovigilance : portrait de la pratique en établissement de santé au Québec

Tout établissement de santé se doit de déclarer les réactions indésirables graves à un produit thérapeutique en vertu des changements apportés à la loi sur les aliments et drogues (Loi de Vanessa).

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une étude descriptive transversale dans le but de décrire l’organisation pratique de la pharmacovigilance en établissement de santé au Québec et la perception des chefs de départements de pharmacie. Nous avons également comparé les pratiques des établissements universitaires à celles des établissements non universitaires.

Pour voir les résultats, on peut consulter notre affiche dans le cadre de la 8e Colloque du Réseau Québécois de recherche sur les médicaments le 19 et 20 octobre 2018, Montréal, Qc, Canada et la 7e éditions du Rendez-vous de la recherche pharmaceutique, 6 décembre 2018, Faculté de pharmacie, Montréal, Qc, Canada.

On peut consulter notre article publié dans le Pharmactuel.

Commentaires fermés sur Pharmacovigilance : portrait de la pratique en établissement de santé au Québec

Classé dans Descriptive, Effets indésirables, Législation pharmaceutique, Transversale, URPP

Codification : impact des effets indésirables médicamenteux sur les séjours hospitaliers

Le séjour des patients est codifié par les archivistes médicaux à partir de logiciels. Cette codification génère notamment un indice de gravité (IG) variant de 1 à 4, un indice de mortalité (IM) variant de 1 à 4 et un niveau d’intensité relative des ressources utilisées (NIRRU) variant de 0 à 99. Ces indicateurs donnent un indice de la lourdeur des cas : la lourdeur augmente si la valeur des indicateurs augmente. Ils pourraient même éventuellement influencer le financement axé sur les patients.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une étude descriptive dans le but de dépeindre l’impact de différents effets indésirables médicamenteux (EIMs) sur des séjours hospitaliers en simulant huit scénarios et en calculant leur IG, IM et NIRRU respectif.

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec – Grand Forum 2019, le 28 et 29 mars 2019 Québec, Qc, Canada.

Commentaires fermés sur Codification : impact des effets indésirables médicamenteux sur les séjours hospitaliers

Classé dans Bon usage des médicaments, Descriptive, Effets indésirables, URPP

Documentation des interventions pharmaceutiques dans le dossier du patient : quelles sont les modalités?

Chaque pharmacien se doit de documenter ses interventions dans le dossier de ses patients, et ce pour assurer une meilleure réalisation, continuité et évaluation de ses actes. La SPFC définie une intervention pharmaceutique comme étant : « toute proposition de modification de la thérap[ie] en lien avec un/des produits de santé initiée par le pharmacien ».

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une étude descriptive dans le but de décrire les modalités de documentation des interventions pharmaceutiques dans le dossier du patient en France et au Québec, ainsi que leurs enjeux.

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre du SNPHPU 2019, Marseille France.

Commentaires fermés sur Documentation des interventions pharmaceutiques dans le dossier du patient : quelles sont les modalités?

Classé dans Descriptive, Législation pharmaceutique, URPP

Pharmacovigilance : détermination des bonnes pratiques en pharmacie hospitalière au Québec

Les prestataires de soins ont à leur disponibilité plusieurs lignes directrices décrivant les meilleures façons de gérer les effets indésirables médicamenteux (EIMs) d’un patient. Or, il existe très peu de lignes directrices orientant la façon de promouvoir et gérer les EIMs identifiés dans les hôpitaux.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une étude descriptive de type Delphi dans le but de déterminer les bonnes pratiques de pharmacovigilance en pharmacie hospitalière tout en répondant aux exigences de la Loi de Vanessa.

Pour voir les résultats, on peut consulter notre affiche dans le cadre de la 8e Colloque du Réseau Québécois de recherche sur les médicaments le 19 et 20 octobre 2018, Montréal, Qc, Canada et la 7e éditions du Rendez-vous de la recherche pharmaceutique, 6 décembre 2018, Faculté de pharmacie, Montréal, Qc, Canada.

On peut consulter notre article publié dans le Pharmacoepidemiology & Drug Safety.

Commentaires fermés sur Pharmacovigilance : détermination des bonnes pratiques en pharmacie hospitalière au Québec

Classé dans Bon usage des médicaments, Descriptive, Effets indésirables, Soins pharmaceutiques, Soins pharmaceutiques, URPP

Substances désignées : profil de consommation en établissement de santé français et québécois

Bien que la consommation d’opioïdes en Europe soit quatre fois plus faible que celle rapporté en Amérique du Nord, il n’empêche qu’une tendance à la hausse des prescriptions d’opioïdes et de la mortalité est également observée. L’Europe n’est point protégé de la « crise des opioïdes » que subit l’Amérique du Nord. En effet, elle est en pleine émergence dans le continent européen. Les hôpitaux sont souvent à l’origine de l’initiation de ces traitements.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une étude descriptive rétrospective dans le but de comparer les consommations de substances désignées (i.e.; stupéfiants, drogues contrôlées et benzodiazépines) entre un hôpital français (HF) et un hôpital québécois (HQ).

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre de la 14ème colloque annuelle de l’Association étudiante de l’École de santé publique de l’Université de Montréal (AEESPUM), le 2 mai 2019, Montréal, Québec, Canada.

Commentaires fermés sur Substances désignées : profil de consommation en établissement de santé français et québécois

Classé dans Bon usage des médicaments, Descriptive, URPP

Canadian Pharmacogenomics Network for Drug Safety : exposition des effets indésirables médicamenteux

Les effets indésirables médicamenteux (EIMs), un problème majeur à la médecine moderne, ont le quatrième taux de mortalité le plus élevé. Les tests pharmacogénomiques figurent parmi les méthodes les plus prometteuses de la gestion des EIMs. En 2005, le réseau de surveillance pancanadien des EIMs, Canadian Pharmacogenomics Network for Drug Safety (CPNDS), a été fondé par l’équipe de Burce Carleton et al. de l’Université de la Colombie-Britannique. Le CPNDS est un programme national qui vise la réduction des EIMs chez les enfants.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une analyse de l’information clinique et démographique du CPNDS incluant le nombre d’EIMs rapportés, le nombre de médicaments utilisés sans la manifestation d’un EIM, la date d’apparition de l’EIM, les médicaments suspectés, les médicaments consommés, ainsi que les cas de EIMs mortels, et ce, sur une période de 12 ans (15 mai 2005 au 9 mai 2017). Les bases de données du CPNDS comprenaient :

  • 93 974 rapports d’utilisation de médicament
  • 10 475 rapports d’EIMs
    • 72,6% de ces EIMs se sont manifestés chez des patients pédiatriques (≤ 21 ans)
    • 5 EIMs les plus fréquents : EIMs d’origine cutanée, neuropathie périphérique, cardiotoxicité, toxicité du système nerveux central et ototoxicité
    • 5 médicaments les plus suspectés : méthotrexate, vincristine, doxorubicin, cisplatin et L-asparaginase

Cette étude expose l’importance du CPNDS dans le réseau canadien de la santé et son soutient dans le développement de la médecine personnalisée.

On peut consulter notre article publié dans The Journal of Clinical Pharmacology.

Commentaires fermés sur Canadian Pharmacogenomics Network for Drug Safety : exposition des effets indésirables médicamenteux

Classé dans Bon usage des médicaments, Descriptive, Effets indésirables, Soins pharmaceutiques, URPP

Pénuries de médicaments : profil de cinq établissements de santé dans le monde

Les pénuries de médicaments, un problème mondial complexe, affectent autant les cliniciens que les patients, et ce, sur une base quotidienne.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une étude descriptive transversale dans le but de recenser, décrire et comparer les ruptures de médicaments sur une période de 4 semaines dans des établissements de soins de santé du Canada, de la France, de la Belgique, de l’Espagne et de la Suisse.

Ainsi, du 8 janvier au 2 février 2018, chaque hôpital a recueilli sur une base quotidienne les données relatifs aux pénuries, et ce, avec l’aide d’une grille et d’un processus normalisés :

  1. Hôpital canadien : 84 pénuries (durée médiane de 32 jours);
    • 28 fabricants étaient impliqués
  2. Hôpital français : 62 pénuries (durée médiane de 9 jours);
    • 30 fabricants étaient impliqués
  3. Hôpital belge : 46 pénuries (durée médiane de 37 jours);
    • 19 fabricants étaient impliqués
  4. Hôpital espagnol : 28 pénuries (durée médiane de 25 jours);
    • 16 fabricants étaient impliqués
  5. Hôpital suisse : 98 pénuries (durée médiane de 68 jours).
    • 42 fabricants étaient impliqués

Les pénuries ont affecté tant les fabricants de médicaments novateurs que ceux de médicaments génériques. La majorité des classes thérapeutiques a été touché par une pénurie. Les agents anti-infectieux (21,1 %), les médicaments agissant sur le système nerveux central (11,3 %) et les agents cardiovasculaires (8,2 %) ont par contre plus souffert de cette inopportunité que les autres classes.

Cette étude met en évidence la nécessité d’une meilleure prise en charge de la prévention et de la gestion des pénuries de médicaments par les différentes parties prenantes.

On peut consulter notre article publié dans le Canadian Journal of Hospital Pharmacy.

Commentaires fermés sur Pénuries de médicaments : profil de cinq établissements de santé dans le monde

Classé dans Circuit du médicament, Descriptive, Pharmacoéconomie, Transversale, URPP