archive

Circuit du médicament

De plus en plus, les cabinets automatisés décentralisés sont utilisés dans les hôpitaux canadiens pour assurer la distribution des médicaments. Au CHU Sainte-Justine, les cabinets ont commencés à être implantés en 2009.

Nous avons comparé les scores de conformité des cabinets entre août 2015 et avril 2010 afin d’évaluer l’efficacité et la sécurité du circuit du médicament. Les lignes directrices de l’Institut pour la sécurité des médicaments aux patients du Canada (ISMP) contiennent 89 critères d’évaluation répartis en 12 processus. Nous avons attribué un pointage à chaque critère selon une échelle mesurant l »implantation.

CABINETS2

95 points résiduels se trouve principalement dans les processus d’affichage des données à l’écran (18 points), de remplissage (17 points) et de sécurité du système (13 points).

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès annuel de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES) le 14 avril 2016 à Trois-Rivières, QC, Canada.

On peut consulter notre article publié dans le  Journal canadien de la pharmacie hospitalière disponible en ligne.

Publicités

La traçabilité est la possibilité de retracer l’historique des échanges de chaque dose du médicament à chaque étape du circuit du médicament. Cette pratique permet de sécuriser le circuit qui comporte habituellement au moins 54 étapes.

TRACABILITE1

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons situé, par une revue de la littérature, les exigences réglementaires et normatives en matière de traçabilité du médicament en Europe, aux États-Unis et au Canada.

Les exigences réglementaires sont plus élevées aux États-Unis et en Europe. En effet, la traçabilité d’un médicament se fait par sérialisation par dose et par format, respectivement. Au Canada, les dispositions relatives à la traçabilité des médicaments reposent sur la Loi sur les aliments et drogues. Aucune sérialisation n’est exigée. En effet, l’utilisation des codes-barres 1D avec GTIN est la pratique qui est maintenue.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès annuel de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES) le 14 avril 2016 à Trois-Rivières, QC, Canada

De nombreuses lois et réglementations fédérales et provinciales, lignes directrices, standards et normes existent afin d’encadrer la pratique de la pharmacie. TOURNEE4

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons comparé la conformité du circuit du médicament sur les unités de soins au CHU Sainte-Justine durant une période de quatre ans. Une liste de 26 critères a été utilisée pour évaluer la conformité. En 2015, dix nouveaux critères ont été ajoutés.

À chaque année 27 unités ont été audités. La conformité globale a été de 71% en 2012, 65% en 2013, 78% en 2014 et 64% en 2015.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès annuel de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES) le 14 avril 2016 à Trois-Rivières, QC, Canada.

 

English will follow

Nous avons complété notre plus grande étude multicentrique de surveillance environnementale! En 2017, 83 hôpitaux à travers le Canada ont participé à notre étude. 953 échantillons ont été analysés pour la présence de 10 antinéoplasiques : cyclophosphamide, ifosfamide, méthotrexate, cytarabine, gemcitabine, 5-fluorouracile, irinotécan, docétaxel, paclitaxel et vinorelbine. Autre nouveauté cette année, les participants avaient accès à leurs résultats à partir d’un site web leur permettant de consulter leurs résultats historiques ainsi que de se comparer au reste du Canada. Il n’existe pas de limite sécuritaire d’exposition aux médicaments antinéoplasiques pour les travailleurs; nous permettons à nos centres participants d’identifier quels sites de prélèvement sont à cibler (c’est-à-dire ceux dont les concentrations mesurées étaient supérieures au 75e ou au 90e percentile mesuré à partir des résultats canadiens).

Les résultats ont été présentés au congrès Midyear Clinical Meeting de l’ASHP et il nous fait plaisir de partager l’affiche qui peut être consultée ici. Nous constatons que la majorité des surfaces demeurent contaminées au cyclophosphamide, mais que la concentration mesurée est basse et diminue au fil des années. Les surfaces les plus contaminées demeurent la grille de la hotte, le plancher devant la hotte et les bras des fauteuils où les patients reçoivent de la chimiothérapie.

Le recrutement pour l’année 2018 débute, vous êtes invités à nous contacter si vous êtes intéressés à participer.

Publications reliées :

Étude 2008-2010 : The Canadian Journal of Hospital Pharmacy  / Affiche présentée au congrès CSHP’s 43rd Professional Practice Conference (PPC) 2012, 4-8 février 2012, Toronto, Canada
Étude 2012 : International Archives of Occupational and Environmental Health / Affiche présentée au congrès CSHP’s 44th Professional Practice Conference (PPC) 2012, 2-6 février 2013, Toronto, Canada
Étude 2013 : Journal of Occupational and Environmental Hygiene / Affiche présentée au congrès 2013 Midyear Clinical Meeting de l’ASHP, Orlando 8-12 décembre 2013
Étude 2014 : The Canadian Journal of Hospital Pharmacy / Affiche présentée au congrès 2014 Midyear Clinical Meeting de l’ASHP, Anaheim 7-11 décembre 2014.
Étude 2015 : Journal of oncology pharmacy practiceAffiche présentée au congrès CSHP’s 47th Professional Practice Conference (PPC) 2016, 30 janvier – 3 février 2016, Toronto, Canada.
Étude 2016 : Journal of Occupational and Environmental Hygiene /  Affiche présentée au congrès EAHP Congress, 22-24 mars 2017, Cannes, France.
Étude 2017 : Publication à venir. / Affiche présentée au congrès ASHP Midyear Clinical Meeting, 4-7 Décembre 217, Orlando, USA.
Étude 2018 : Recrutement en cours.


We have completed our largest environmental surveillance study to date! In 2017, 83 hospitals across Canada participated. 953 samples were analyzed for the presence of 10 antineoplastic drugs: cyclophosphamide, ifosfamide, methotrexate, cytarabine, gemcitabine, 5-fluorouracile, irinotecan, docétaxel, paclitaxel and vinorelbine. New this year: participants can access their results through a website that allows them to see their historical results and also to compare with the rest of Canada. There is no safe exposure limit for antineoplastic drugs; our study helps participating centers identify which sampling site should be targeted (those with concentrations measured above the 75th or 90th percentile that was calculated from Canadian results).

The results were presented at the ASHP Midyear Clinical Meeting and we are happy to share the poster that can be consulted here. The majority of surfaces were contaminated with cyclophosphamide, but the concentration measured was low and is reduced over the years. The surfaces that were the most contaminated were the front grille of the hood, the floor in front of the hood and the arm rests of the chairs were chemotherapy is administered.

Recruitment for 2018 starts, you are welcome to contact us if you are interested.

Linked publications:

2008-2010 studyThe Canadian Journal of Hospital Pharmacy  / Poster presented at CSHP’s 43rd Professional Practice Conference (PPC), February 4-8 2012, Toronto, Canada
2012 studyInternational Archives of Occupational and Environmental Health / Poster presented at CSHP’s 44th Professional Practice Conference (PPC), February 2-6 2013, Toronto, Canada
2013 studyJournal of Occupational and Environmental Hygiene / Poster presented at ASHP Midyear Clinical Meeting, Orlando December 8-12 2013
2014 studyThe Canadian Journal of Hospital Pharmacy / Poster presented at ASHP Midyear Clinical Meeting, Anaheim December 7-11 2014.
2015 study: Journal of oncology pharmacy practicePoster presented at HP’s 47th Professional Practice Conference (PPC), January 30 – February 3 2016, Toronto, Canada.
2016 studyJournal of Occupational and Environmental Hygiene /  Poster presented at EAHP Congress, March 22-24 2017, Cannes, France.
2017 study: Publication to come. / Poster presented at ASHP Midyear Clinical Meeting, December 4-7 217, Orlando, USA.
2018 study: Ongoing recruitment.

 

chambre1_

Le circuit du médicament dans le milieu hospitalier est complexe, ce qui engendre une augmentation du risque d’événements indésirables. Ceux-ci peuvent-être à l’origine de conséquences graves. C’est pourquoi il est important que le personnel soignant soit sensibilisé à ces risques.

Nous avons réalisé une simulation de 30 situations différentes dans lesquels le personnel de l’hôpital, dont des infirmières, médecins et pharmaciens devaient détecter la présence d’erreurs. Les participants ont également répondu a un questionnaire de satisfaction.

La proportion de bonnes réponses était de 67,5 ± 13,3 %. La majorité des participants  ont considéré que la simulation était efficace pour identifier les mauvaises pratiques (97,8%) et pertinente pour leur pratique (95,6%). 84,4% ont répondu qu’ils avaient l’intention de changer leur pratique suite à la simulation.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès Professional Practice Conference de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux (SCPH/CSHP) du 30 janvier au 3 février 2016 à Toronto, Ontario, Canada.

On peut consulter notre article publié dans le Journal of Evaluation in Clinical Practice accessible en ligne.

 

Le circuit du médicament est complexe et comporte plus d’une cinquantaine étapes. Compte tenu de cette complexité, il est possible d’informatiser une partie de ces étapes notamment d’implanter un formulaire électronique d’administration des médicaments (FADMe).

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons mené une étude afin de décrire les phases du développement et de l’implantation d’un FADMe.

Six principes directeurs ont été identifiés. En ce qui concerne la phase de développement, un FADM2articletotal de 150 heures de pharmaciens et 150 heures de soins infirmiers ont été nécessaires à l’optimisation du formulaire électronique. Durant la phase pilote préparatoire, des infirmières volontaires ont été invitées à identifier les problèmes rencontrés. Au cours de la phase pilote, un programme de formation a été mis en place. L’étude pilote a démontré que le formulaire d’administration des médicaments électronique a été implanté avec succès dans notre hôpital universitaire.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Pharmaceutical Technology in Hospital Pharmacy journal.

Le circuit du médicament en établissement de santé est complexe et comporte au moins 54 étapes. Les risques inhérents à toutes ces étapes profitent d’une norme sur la gestion des
médicaments proposée par Agrément Canada depuis 2008 et mise à jour récemment. Outre cette norme, le cadre législatif et normatif au niveau fédéral et provincial applicable à chaque province canadienne contribue à l’encadrement du circuit.
TOURNEE2Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons développé un outil d’évaluation pratique comportant 25 critères de conformité relatifs à l’entreposage des médicaments, à la disponibilité et l’utilisation de la documentation pertinente, à la propreté et au suivi de la chaîne thermique afin d’évaluer la conformité de nos pratiques au CHU Sainte-Justine.

Les résultats des audits montrent une réduction de conformité globale, celle-ci passant de 72 % en 2012 à 65 % en 2013. En outre, on note des réductions absolues d’au moins 10 % pour 11 des 25 critères. Plusieurs facteurs peuvent contribuer à expliquer cette conformité limitée pour plusieurs critères et cette réduction de conformité de 2012 à 2013.

Nous invitons à consulter notre article publié dans Le Pharmacien Hospitalier et Clinicien pour connaître les résultats détaillés des audits menés en 2012 et 2013.