Archives de Tag: incidents et accidents

Médicaments en possession des patients: état des lieux

Tous les médicaments ne pouvant être au formulaire d’un hôpital, il faut recourir de façon exceptionnelle aux médicaments personnels, ou « en possession » des patients pour pouvoir assurer la continuité de leur traitement.POSSESSION1

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réévalué la pratique entourant la gestion des médicaments personnels des patients hospitalisés au CHU Sainte-Justine.

Une moyenne de 58 ± 54 recours aux médicaments en possession des patients ont eu lieu par année. Les incidents/accidents liés aux médicaments en possession représentent 0,21% des événements liés à la médication.

L’étude a permis de revoir la politique et procédure de l’établissement entourant la gestion de ces médicaments.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès annuel de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES) le 14 avril 2016 à Trois-Rivières, QC, Canada.

On peut consulter notre article publié dans le Pharmactuel disponible en ligne.

Commentaires fermés sur Médicaments en possession des patients: état des lieux

Classé dans Article original, Bon usage des médicaments, Descriptive, Effets indésirables, Présentations, Soins pharmaceutiques, URPP

Erreurs médicamenteuses associées aux anti-infectueux

Au Canada, la gestion des anti-infectueux est une pratique organisationnelle requise depuis quelques années et fait l’objet d’une évaluation ciblée lors des visites périodiques d’agrément des établissements de santé de chaque province.DDD12

Dans le cadre de nos activités de gestion des anti-infectueux, nous nous sommes intéressés à la prévalence des incidents et accidents liés à leur utilisation.

Durant les 12 mois d’étude, 301 incidents et accidents ont été recensés, dont 95% n’ont pas eu de conséquences pour les patients. Les événements les plus fréquents sont la non-administration de la dose et l’administration d’une dose incorrecte.

On peut consulter notre article publié dans les Archives de Pédiatrie.

Commentaires fermés sur Erreurs médicamenteuses associées aux anti-infectueux

Classé dans Article original, Bon usage des médicaments, Descriptive, Erreurs, Publications Pubmed, Soins pharmaceutiques, URPP

Incidents et accidents avec l’insuline : comment les éviter?

Le 10 octobre 2013, nous vous avions partagé l’affiche présentée au Congrès de l’Association française des gestionnaires de risques sanitaires (AFGRIS), le 10 octobre 2013, Paris, France. L’objectif de ce projet était de décrire les incidents et accidents médicamenteux relatifs à l’insuline et de discuter de mesures préventives et correctrices.

Mesures correctrices identifiées pour l'utilisation sécuritaire de l'insuline en établissement de santé

Mesures correctrices identifiées pour l’utilisation sécuritaire de l’insuline en établissement de santé

Dans notre centre, nous avons identifié 12 actions à mettre en place pour encadrer une utilisation sécuritaire de l’insuline, incluant des audits de terrain, une révision des ordonnances et procédures, la centralisation de certaines préparations à la pharmacie et l’élimination de certaines préparations unidoses.

Nous sommes maintenant heureux de vous partager l’article qui a été publié récemment.

Vous pouvez consulter notre article publié dans Le pharmacien hospitalier et clinicien.

1 commentaire

Classé dans Autres marqueurs, Bon usage des médicaments, Circuit du médicament, Descriptive, Observations, URPP

Insuline en établissement de santé : modes de défaillance

L’insuline est un médicament à risque élevé d’erreurs médicamenteuses. Elle fait fait partie du top 10 des médicaments impliqués dans les incidents et accidents hospitaliers.

Nous avons réalisé une étude descriptive afin d’identifier les modes de défaillance liés à l’utilisation de l’insuline en établissement de santé.

Un total de 75 modes de défaillance a été identifié. L’identification de ces modes de défaillance peut soutenir une démarche de rédaction de critères de bon usage de l’insuline en soins de santé. L’insuline fait partie des médicaments à risque élevé d’incidents et accidents et les cliniciens doivent être conscients des modes de défaillance liés à son utilisation.

Modes de défaillance liés à l'utilisation de l'insuline en établissement de santé

Modes de défaillance liés à l’utilisation de l’insuline en établissement de santé

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Pharmactuel. Vous pouvez également consulter notre présentation faite au Colloque Sécurité des soins, présenté les 2-3 mai 2013, à Montréal.

Commentaires fermés sur Insuline en établissement de santé : modes de défaillance

Classé dans Circuit du médicament, Coûts, Descriptive, Effets indésirables, Erreurs, Opinion d'expert, URPP

Revue des erreurs médicamenteuses avec l’insuline

Dans son bulletin de février 2006, l’Institute for Safe Medication Practices (ISMP) Canada rapportait que l’insuline était le médicament le « plus fréquemment déclaré et associé à des préjudices suite à un accident lié à la médication ». De nombreuses publications font état des risques associés à l’utilisation de l’insuline en établissement de santé, par exemple ce rappel de l’ISMP publié en début d’année. Nous avons revu ce type d’erreurs dans notre centre et avons identifié des actions correctrices à poser.

Le résumé de l’affiche se trouve ci-dessous :

Introduction : L’insuline est utilisée dans le traitement du diabète depuis près d’un siècle. Avec autant de recul clinique, l’informatisation du circuit du médicament,  la création d’outils d’aide à la décision et la robotisation, il est étonnant de constater qu’elle fait toujours partie des médicaments à risque élevé d’incidents et d’accidents.

Matériel et méthodes : Il s’agit d’une étude descriptive rétrospective. L’objectif principal est de décrire les incidents et accidents médicamenteux relatifs à l’insuline et de discuter de mesures préventives et correctrices. L’étude est réalisée dans un Centre hospitalier universitaire mère-enfant,

Résultats : Un total de 94 incidents et accidents portant sur l’insuline a été identifié à partir du registre des incidents et accidents du 9 novembre 2010 au 8 novembre 2012.  Les événements relatifs à l’insuline représentaient 1,5% (94/6242) de l’ensemble des événements comportant au moins un médicament. Près de 95 % (89/94) des événements étaient des accidents, mais aucun des accidents ne comportait de conséquences permanentes pour le patient.

Conclusion : Dans le cadre de notre réflexion sur les meilleures pratiques du circuit du médicament et de l’analyse de ces incidents/accidents, nous avons identifié 12 actions préliminaires nécessaires afin de mieux encadrer l’utilisation de l’insuline au sein de notre établissement.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au Congrès de l’Association française des gestionnaires de risques sanitaires (AFGRIS), le 10 octobre 2013, Paris, France.

Commentaires fermés sur Revue des erreurs médicamenteuses avec l’insuline

Classé dans Circuit du médicament, Descriptive, Erreurs, URPP

Gestion des risques médicamenteux en établissement de santé

Suivant les changements législatifs découlant du projet de loi 113 au début des années 2000, il est devenu obligatoire d’encadrer la déclaration des incidents et des accidents. Nous avons fait un retour sur les dix dernières années de gestion des risques au Département de pharmacie du CHU Sainte-Justine.

Le résumé de l’affiche se trouve ci-dessous :

Introduction

Les pharmaciens s’intéressent à la gestion des risques médicamenteux depuis au moins trois décennies dans le réseau de la santé. Cette préoccupation a contribué à la mise en place de programmes de pharmacovigilance, à la prise en charge de l’ensemble du circuit du médicament, à la décentralisation des pharmaciens dans les programmes de soins et à la mise en place de programmes de gestion de risques.  Dans la foulée de ces tendances, le Québec a procédé à des changements législatifs importants au début des années 2000, encadrant la déclaration des incidents et accidents (I/A) dans un registre local, imposant la mise en place de comité de gestion de risques au niveau central et dans les départements cliniques ainsi que des processus de reddition de comptes. Après dix années de recul, il est opportun de faire le point sur la gestion des risques médicamenteux en établissement de santé.

Objectifs

Décrire l’organisation et l’activité de gestion des risques dans un département de pharmacie d’un centre hospitalier universitaire (CHU) québécois.

Méthode

Étude descriptive rétrospective. L’objectif principal était de décrire l’organisation et l’activité de gestion de risques au sein du CHU Sainte-Justine, un CHU mère-enfant de 500 lits. L’étude portait sur les exercices financiers 2010-2011 et  2011-2012. Afin de décrire l’organisation et l’activité de gestion des risques, nous avons consulté les rapports annuels du département, les journaux de bord quotidien des pharmaciens, les rapports du comité de gestion des risques et les archives du département de pharmacie. Aucune analyse statistique n’a été réalisée.

Résultats

De 2010 à 2012, nous avons recensé en moyenne 5316±436  évènements déclarés par année (min = 5008, max = 5625), soit 47% d’incidents et 53% d’accidents. Les I/A relatifs à la médication représentaient en moyenne 1927±0 I/A par année (min = 1927, max = 1927) et les I/A en lien avec le département de pharmacie représentaient en moyenne 115±45 I/A par année soit 77 % d’incidents et 23 % d’accidents. Une majorité des I/A médicamenteux est imputée à l’activité infirmière. Une moyenne de 26±4,2 enquêtes approfondies par année ont été menées sur certaines I/A.

L’activité départementale de gestion de risque comprend la nomination d’un gestionnaire de risque pharmacien qui participe au comité central de gestion de risque, la participation de plusieurs pharmaciens à des comités de gestion de risques dans les programmes de soins, la mise en place d’une section de l’intranet regroupant l’ensemble des communications et documents pertinents. Dans le cadre des activités de l’Unité de recherche en pratique pharmaceutique du département de pharmacie du CHU Sainte-Justine, de nombreux projets de recherche évaluative ont contribué à des évaluations de pratiques, au développement de nouvelles pratiques et technologies et à des actions correctrices. De plus, le thème de la gestion des risques fait partie de toutes les réunions administratives du département.

Discussion/Conclusion

Cette étude décrit la gestion des risques au sein d’un établissement de santé. De l’analyse prospective des rapports d’I/A portés à l’attention du pharmacien gestionnaire de risques à ses débuts, la gestion des risques est désormais multidimensionnelle et comporte des activités de prévention, de formation, d’évaluation ainsi que des actions visant l’optimisation du circuit du médicament.  Le risque est omniprésent dans le circuit du médicament et tous les pharmaciens d’une équipe doivent contribuer à le réduire. Compte tenu de la sous-déclaration des I/A, il est important de mettre en place des mécanismes d’évaluation et de contrôles additionnels.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au Congrès de l’Association française des gestionnaires de risques sanitaires (AFGRIS), le 10 octobre 2013, Paris, France.

Commentaires fermés sur Gestion des risques médicamenteux en établissement de santé

Classé dans Circuit du médicament, Descriptive, Erreurs, URPP

Incidents et accidents d’origine médicamenteuse dans un centre hospitalier universitaire

Nous avons réalisé une étude rétrospective sur les incidents/accidents (I/A) déclarés dans un Centre hospitalier universitaire mère enfant de 2004 à 2010. Sur les 11 731 I/A déclarés, 42% étaient d’origine médicamenteuse. En moyenne, 4,87±2,47 I/A d’origine médicamenteuse étaient déclarés par jour, pour la période étude. Ce nombre est demeuré constant de 2004 à 2010. La majorité des I/A étaient à l’étape d’administration des médicaments (66%). Près d’un quart (22%) des I/A d’origine médicamenteuse étaient des médicaments non-administrés à l’heure prévue.

Nous avons également comparé les résultats pour les périodes avant et après l’implantation de chariots de médicaments et de cabinets automatisés décentralisés. Nous n’avons retrouvé aucune différence au niveau de l’incidence, la nature, les causes et la gravité des I/A avant et après l’implantation de ces deux technologies. Les données d’I/A déclarés ne permettent donc actuellement pas de mesurer les effets de ces deux technologies. Cette réflexion s’inscrit dans la publication périodique par le Ministère de la santé et des services sociaux des rapports semestriels et des incidents et accidents survenus lors de la prestation de soins et services de santé au Québec.

Vous pouvez consulter noter article publié dans Risques & Qualité. Vous pouvez également consulter notre affiche présentée au Colloque sécurité des soins au Québec, les 26-27 avril 2012, à Montréal.

Commentaires fermés sur Incidents et accidents d’origine médicamenteuse dans un centre hospitalier universitaire

Classé dans Cohorte, Descriptive, Erreurs, URPP