Archives de Tag: centre hospitalier universitaire

Contamination de surface par des antinéoplasiques dans deux unités d’hospitalisation en oncologie: une étude pilote

La préparation et l’administration de médicaments dangereux sont associées à la présence de traces sur les surfaces dans les établissements de santé. 

L’objectif était de décrire la présence de traces de médicaments dangereux dans une unité de soins de deux centres hospitaliers universitaires.

Nous avons identifié 36 sites de prélèvement différents permettant d’explorer la présence de traces de médicaments dangereux dans 6 zones distinctes d’une unité de soin. La présence de médicaments dangereux a été détectée par chromatographie en phase liquide à ultra performance couplée à un spectromètre de masse en tandem (UPLC-MS-MS).

Un total de 144 sites de mesure a été échantillonné. Dans l’ensemble, 40% (58/144) des prélèvements étaient positifs pour au moins un médicament dangereux.  Dans la plupart des cas, les échantillons positifs comprenaient des traces de médicaments dangereux administrés dans la chambre du patient ciblée.

Les surfaces des unités de soins échantillonnées étaient contaminées par des médicaments dangereux. Les programmes de surveillance environnementale des hôpitaux devraient englober les unités de soins hospitaliers.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Journal Pharmaceutical Technology in Hospital Pharmacy et notre affiche présentée à la 9ème édition du Colloque du RQRM, Orford, Québec, Canada, 13-14 novembre 2019.

Commentaires fermés sur Contamination de surface par des antinéoplasiques dans deux unités d’hospitalisation en oncologie: une étude pilote

Classé dans Descriptive, Santé et sécurité au travail, Santé et sécurité au travail, URPP

Incidents et accidents d’origine médicamenteuse dans un centre hospitalier universitaire

Nous avons réalisé une étude rétrospective sur les incidents/accidents (I/A) déclarés dans un Centre hospitalier universitaire mère enfant de 2004 à 2010. Sur les 11 731 I/A déclarés, 42% étaient d’origine médicamenteuse. En moyenne, 4,87±2,47 I/A d’origine médicamenteuse étaient déclarés par jour, pour la période étude. Ce nombre est demeuré constant de 2004 à 2010. La majorité des I/A étaient à l’étape d’administration des médicaments (66%). Près d’un quart (22%) des I/A d’origine médicamenteuse étaient des médicaments non-administrés à l’heure prévue.

Nous avons également comparé les résultats pour les périodes avant et après l’implantation de chariots de médicaments et de cabinets automatisés décentralisés. Nous n’avons retrouvé aucune différence au niveau de l’incidence, la nature, les causes et la gravité des I/A avant et après l’implantation de ces deux technologies. Les données d’I/A déclarés ne permettent donc actuellement pas de mesurer les effets de ces deux technologies. Cette réflexion s’inscrit dans la publication périodique par le Ministère de la santé et des services sociaux des rapports semestriels et des incidents et accidents survenus lors de la prestation de soins et services de santé au Québec.

Vous pouvez consulter noter article publié dans Risques & Qualité. Vous pouvez également consulter notre affiche présentée au Colloque sécurité des soins au Québec, les 26-27 avril 2012, à Montréal.

Commentaires fermés sur Incidents et accidents d’origine médicamenteuse dans un centre hospitalier universitaire

Classé dans Cohorte, Descriptive, Erreurs, URPP