Contamination de surface par des antinéoplasiques dans deux unités d’hospitalisation en oncologie: une étude pilote

La préparation et l’administration de médicaments dangereux sont associées à la présence de traces sur les surfaces dans les établissements de santé. 

L’objectif était de décrire la présence de traces de médicaments dangereux dans une unité de soins de deux centres hospitaliers universitaires.

Nous avons identifié 36 sites de prélèvement différents permettant d’explorer la présence de traces de médicaments dangereux dans 6 zones distinctes d’une unité de soin. La présence de médicaments dangereux a été détectée par chromatographie en phase liquide à ultra performance couplée à un spectromètre de masse en tandem (UPLC-MS-MS).

Un total de 144 sites de mesure a été échantillonné. Dans l’ensemble, 40% (58/144) des prélèvements étaient positifs pour au moins un médicament dangereux.  Dans la plupart des cas, les échantillons positifs comprenaient des traces de médicaments dangereux administrés dans la chambre du patient ciblée.

Les surfaces des unités de soins échantillonnées étaient contaminées par des médicaments dangereux. Les programmes de surveillance environnementale des hôpitaux devraient englober les unités de soins hospitaliers.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Journal Pharmaceutical Technology in Hospital Pharmacy et notre affiche présentée à la 9ème édition du Colloque du RQRM, Orford, Québec, Canada, 13-14 novembre 2019.

Commentaires fermés sur Contamination de surface par des antinéoplasiques dans deux unités d’hospitalisation en oncologie: une étude pilote

Classé dans Descriptive, Santé et sécurité au travail, Santé et sécurité au travail, URPP

Les commentaires sont fermés.