Archives de Tag: pharmacien

Les appels téléphoniques, une source de distraction?

Nous avons réalisé plusieurs études pour identifier les sources de stimuli reçus par les pharmaciens et les interruptions de la concentration qui en découle. Nous avons réalisé une étude afin de décrire les appels téléphoniques reçus dans notre centre sur un total de 64 périodes d’observation de 8 heures.

Un total de 542 appels téléphoniques ont été recensés, ce qui correspondait à 1,1 appel par heure. Ce nombre plus limité d’appels s’explique par le fait qu’un premier filtre d’appels est réalisé par les assistants techniques.

La majorité des appels provenaient des infirmières de notre centre qui désiraient obtenir de l’information sur un patient et son médicament. Nous croyons que la présence de pharmaciens décentralisés sur les étages et la disponibilité de plusieurs réponses sur notre Intranet contribuent à limiter les appels externes.

La majorité des appels externes provenaient de pharmaciens communautaires ou de médecins qui désiraient obtenir des renseignements sur un médicament pédiatrique ou une préparation magistrale. Plusieurs des appels externes des professionnels de la santé sont redirigés vers notre centre d’information de médicaments en grossesse et en allaitement (Centre IMAGe).

Vous pouvez consulter notre article publié dans Le Pharmacien Hospitalier et Clinicien.

Commentaires fermés sur Les appels téléphoniques, une source de distraction?

Classé dans Article original, Autres marqueurs, Circuit du médicament, Descriptive, Santé et sécurité au travail, Soins pharmaceutiques, Technologies

Connaissances, croyances et attitudes des pharmaciens communautaires québécois par rapport à l’immunisation

Plusieurs associations recommandent l’administration des vaccins par les pharmaciens afin d’en faciliter l’accès et d’augmenter les taux de vaccination.

Affiche présentée à la Conférence canadienne sur l'immunisation/ Canadian Immunization Conference  2014, les 2-4 décembre 2014 à Ottawa, Canada.

Affiche présentée à la Conférence canadienne sur l’immunisation/ Canadian Immunization Conference 2014, les 2-4 décembre 2014 à Ottawa, Canada.

Nous avons effectué un sondage auprès de 115 pharmaciens communautaires du Québec. La moitié (52%) des répondants étaient d’avis que les pharmaciens devraient pouvoir y prescrire et administrer des vaccins. Les barrières principales à la vaccination par les pharmaciens étaient le manque de temps (90%) et de formation (92%). Ainsi, ces résultats peuvent soutenir de nouvelles discussion sur le rôle des pharmaciens en soutien à l’immunisation au Québec et au Canada.

Le résumé se trouve ci-dessous :

Background: Many immunization–preventable diseases still cause major morbidity and mortality in Canada. Immunization rates in Québec are suboptimal, especially among adults. In order to widen vaccines’ availability and facilitate their uptake, several associations and government agencies recommend that vaccines be administered by pharmacists.

Objectives: To describe the pharmacists’ knowledge, beliefs, and attitudes towards immunization and determine what barriers to pharmacist–led immunization are perceived by Québec’s pharmacists.

Methods: Our study was a descriptive survey of pharmacists working in a community setting in Québec. Community pharmacists were randomly chosen among a list of Québec’s pharmacies and were contacted by phone from January 17 to 25, 2013. Participating pharmacists were given a web link to our questionnaire (created with the website http://www.surveymonkey.com). A reminder e–mail was sent 5–7 days after the first contact. We contacted 201 community pharmacists during the study period, and 115 answered the survey, generating a 57 % response rate. No statistical analysis was used, as this was a descriptive study.

Results: A vast majority of respondents answered that vaccines have more benefits than adverse effects. Approximately half (52 %) answered that pharmacists should be able to prescribe and administer vaccines, pending a legislative change. Those pharmacists were more interested in administering travel (92 %), flu (88 %), and pandemic (85 %) vaccines than regularly scheduled vaccines for adults (65 %) or children (18 %). Principal barriers to pharmacist–led immunization were lack of time (90 %) and training (92 %), whereas increased immunization training (95 %) and adequate remuneration (92 %) were the most common factors that would help its implementation.

Conclusions: Our findings should push for a renewed discussion of the role of pharmacists as immunization agents in Canadian provinces where pharmacists do not have a right to administer vaccines.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée à la Conférence canadienne sur l’immunisation/ Canadian Immunization Conference  2014, les 2-4 décembre 2014 à Ottawa, Canada.

 

Commentaires fermés sur Connaissances, croyances et attitudes des pharmaciens communautaires québécois par rapport à l’immunisation

Classé dans Autres marqueurs, Satisfaction, Soins pharmaceutiques, Sondage

Critiques d’articles présentant le rôle et les retombées du pharmacien – suite

En suivi au blogue d’il y a deux semaines, nous vous partageons avec plaisir nos quatre derniers articles parus dans la chronique D’une page à l’autre de Québec Pharmacie. Ces articles portent sur la charge de travail des pharmaciens communautaires, les soins pharmaceutiques aux patients atteints de VIH, les alertes électroniques pour la sécurité des prescriptions et les bilans comparatifs de médicaments à l’admission. Ces quatres articles sont publiés avec l’autorisation de l’éditeur de Québec Pharmacie.

Pour rester informé des nouveaux articles portant sur l’évaluation du rôle et des retombées du pharmacien, n’oubliez pas de vous abonnez au blogue http://impactpharmacie.wordpress.com/.

 

Commentaires fermés sur Critiques d’articles présentant le rôle et les retombées du pharmacien – suite

Classé dans Critique d'article, Effets indésirables, Erreurs, Morbidité, Soins pharmaceutiques, URPP

Critiques d’articles présentant le rôle et les retombées du pharmacien

L’URPP participe régulièrement à la chronique D’une page à l’autre de Québec Pharmacie. Parmi les derniers articles parus, notons ceux portant sur l’utilisation des prescripteurs électroniques, l’utilisation d’alertes informatiques chez les patients insuffisants rénaux, l’histoire médicamenteuse et l’utilisation des antimicrobiens. Ces quatres articles sont publiés avec l’autorisation de l’éditeur de Québec Pharmacie. Quatre autres critiques d’articles seront disponibles dans le prochain blogue qui sera publié dans deux semaines.

De plus, depuis quelques semaines, un nouveau blogue a été créé, soit http://impactpharmacie.wordpress.com/

À chaque semaine, un article portant sur l’évaluation du rôle et des retombées du pharmacien est évalué. Ce nouveau blogue a été développé dans le cadre du projet Impact Pharmacie. Nous vous invitons à vous y abonner pour rester informés des publications sur ce sujet.

Commentaires fermés sur Critiques d’articles présentant le rôle et les retombées du pharmacien

Classé dans Critique d'article, Effets indésirables, Erreurs, Morbidité, Soins pharmaceutiques, URPP

Mise à jour des soins pharmaceutiques pédiatriques en clinique de VIH-SIDA

Nous avons développé une démarche de mise à jour des secteurs de soins pharmaceutiques dans notre centre. Cette démarche standardisée prévoit une revue de la littérature de l’impact du pharmacien dans ce secteur, une cotation des preuves trouvées dans la littérature et une revue des activités de notre centre. À l’issue de cette démarche, des actions sont envisagées. Nous avons appliqué cette démarche de mise à jour au secteur de clinique de VIH-SIDA.

Le résumé de l’affiche se trouve ci-dessous :

Justification : Depuis deux décennies, les pharmaciens hospitaliers exercent majoritairement de façon décentralisée dans les programmes de soins. On reconnait les difficultés inhérentes à la hiérarchisation de ces programmes et des activités pharmaceutiques lorsque les ressources disponibles sont insuffisantes.

Objectif : Mettre à jour le niveau de pratique utilisé en soins pharmaceutiques pédiatriques en clinique de VIH-SIDA.

Méthodologie et démarche : Il s’agit d’une étude descriptive avec revue documentaire menée dans un centre hospitalier universitaire mère-enfant canadien. À partir des meilleures preuves, l’impact du pharmacien en soins VIH-SIDA a été coté selon sept indicateurs de résultats (c.-à-d. mortalité, morbidité, coût, erreurs, effets indésirables, observance et satisfaction). La revue des activités pharmaceutiques en vigueur a servi de base à des discussions sur la mise à jour du secteur.

Résultats : Un total de 52 articles pertinents ont été identifiés et 30 ont été utilisés afin de coter l’impact selon les sept indicateurs. Une revue de l’activité pharmaceutique en 2011-2012, a permis de recenser la réponse à 155 demandes d’information et 199 interventions (43% ajustement de la pharmacothérapie, 28% continuité de soins, 16% bilan comparatif, 13% autre) pour l’équivalent de 170 heures-travaillées (c.-à-d. couverture clinique de 1-2 jours-semaine) et une cohorte active de près de 70 patients. La mise à jour envisagée du secteur de pratique inclut l’aménagement d’un espace, la documentation écrite des interventions, l’intégration de la fonction à l’équipe de pédiatrie avec jumelage avec un 2ème pharmacien, la rédaction de protocoles et de feuilles d’ordonnances pré-rédigées, la déclaration proactive d’effets indésirables, la création d’un club de lecture, l’implication dans les écoles, etc.

Conclusion : Il existe peu de données sur la hiérarchisation des programmes de soins et des activités pharmaceutiques. Cette étude décrit une démarche de mise à jour en clinique de VIH-SIDA en pédiatrie.

Vous pouvez consulter l’affiche présentée au congrès Professional Practice Conference (PPC) de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux les 2-6 février 2013, Toronto, Canada. Le résumé est publié dans le Journal canadien de la pharmacie hospitalière, accessible sur PubMedCentral.

Commentaires fermés sur Mise à jour des soins pharmaceutiques pédiatriques en clinique de VIH-SIDA

Classé dans Avant/après, Coûts, Descriptive, Effets indésirables, Erreurs, Morbidité, Mortalité, Observance, Soins pharmaceutiques, URPP

Approche par consensus pour la priorisation des programmes de soins

Le 27 octobre 2011, nous vous avions partagé l’affiche présentée congrès de clôture des fêtes du cinquantenaire de l’A.P.E.S. L’objectif de ce projet était d’élaborer une approche par consensus pour attribuer un rang de priorisation de la pratique pharmaceutique aux programmes de soins selon les résultats de santé, de coûts et de soins sécuritaires. L’article est maintenant publié.

Le résumé de notre projet se trouve ci-bas :

Objectives To establish a consensual and coherent ranking of healthcare programmes that involve the presence of ward-based and clinic-based clinical pharmacists, based on health outcome, health costs and safe delivery of care.

Methods This descriptive study was derived from a structured dialogue (Delphi technique) among directors of pharmacy department. We established a quantitative profile of healthcare programmes at five sites that involved the provision of ward-based and clinic-based pharmaceutical care. A summary table of evidence established a unique quality rating per inpatient (clinic-based) or outpatient (wardbased) healthcare programme. Each director rated the perceived impact of pharmaceutical care per inpatient or outpatient healthcare programme on three fields: health outcome, health costs and safe delivery of care. They agreed by consensus on the final ranking of healthcare programmes.

Key findings A ranking was assigned for each of the 18 healthcare programmes for outpatient care and the 17 healthcare programmes for inpatient care involving the presence of pharmacists, based on health outcome, health costs and safe delivery of care. There was a good correlation between ranking based on data from a 2007–2008 Canadian report on hospital pharmacy practice and the ranking proposed by directors of pharmacy department.

Conclusions Given the often limited human and financial resources, managers should consider the best evidence available on a profession’s impact to plan healthcare services within an organization. Data are few on ranking healthcare programmes in order to prioritize which healthcare programme would mostly benefit from the delivery of pharmaceutical care by ward-based and clinic-based pharmacists.

Vous pouvez consulter notre article publié dans l’International Journal of Pharmacy Practice.

Commentaires fermés sur Approche par consensus pour la priorisation des programmes de soins

Classé dans Autres marqueurs, Groupe de discussion, Soins pharmaceutiques, URPP

Quels programmes de soins prioriser pour la présence de pharmaciens?

Dans un contexte de hausse de la demande en soins et de pénurie de personnel, le choix de prioriser un programme de soins pour la présence de pharmaciens est loin d’être simple. Nous avons réalisé plusieurs simulations afin de comprendre comment les choix sont faits, notamment afin d’observer l’impact des données probantes sur la hiérarchisation effectuée par des étudiants en pharmacien du Québec et de la France.

Le résumé de notre projet se trouve ci-bas :

Résumé

Introduction

Les décideurs du domaine de la santé doivent être en mesure d’établir des priorités et de justifier leurs décisions, mais peu de données existent sur le processus de hiérarchisation des programmes de soins devant bénéficier de la présence de pharmaciens décentralisés.

Patients et méthodes

L’objectif principal était d’établir la hiérarchisation des programmes de soins selon l’impact perçu de la présence du pharmacien décentralisé en clinique externe et pour des patients hospitalisés. L’objectif secondaire était de comparer la hiérarchisation de ces programmes entre deux cohortes d’étudiants en pharmacie québécois et une cohorte d’étudiants français. Deux approches de hiérarchisation ont été développées (impact selon trois indicateurs et impact global).

Résultats

La majorité des programmes de soins ayant un score de données probantes élevé (5/6 programmes en externe et 5/8 pour les patients hospitalisés) étaient classés prioritaires par au moins deux cohortes d’étudiants sur trois. Il existait une différence significative quant au rang médian attribué par les trois cohortes pour 8/17(47 %) des programmes de soins externe et pour 10/18 (56 %) des programmes de soins pour les patients hospitalisés.

Discussion

Un rang plus élevé était accordé aux programmes de soins lorsque que la qualité des données probantes était élevée. La différence des secteurs pris en charge entre la France et le Québec (ex. stérilisation et dispositifs médicaux en France) a également influencé l’importance accordée à chaque programme de soins.

Conclusions

Cette étude présente deux approches pour la hiérarchisation des programmes de soins d’après la perspective d’étudiants en pharmacie, en France et au Québec.

Vous pouvez consulter l’article publié dans les Annales Pharmaceutiques Françaises, accessible sur PubMed.

Commentaires fermés sur Quels programmes de soins prioriser pour la présence de pharmaciens?

Classé dans Descriptive, Groupe de discussion, Soins pharmaceutiques, URPP