Les appels téléphoniques, une source de distraction?

Nous avons réalisé plusieurs études pour identifier les sources de stimuli reçus par les pharmaciens et les interruptions de la concentration qui en découle. Nous avons réalisé une étude afin de décrire les appels téléphoniques reçus dans notre centre sur un total de 64 périodes d’observation de 8 heures.

Un total de 542 appels téléphoniques ont été recensés, ce qui correspondait à 1,1 appel par heure. Ce nombre plus limité d’appels s’explique par le fait qu’un premier filtre d’appels est réalisé par les assistants techniques.

La majorité des appels provenaient des infirmières de notre centre qui désiraient obtenir de l’information sur un patient et son médicament. Nous croyons que la présence de pharmaciens décentralisés sur les étages et la disponibilité de plusieurs réponses sur notre Intranet contribuent à limiter les appels externes.

La majorité des appels externes provenaient de pharmaciens communautaires ou de médecins qui désiraient obtenir des renseignements sur un médicament pédiatrique ou une préparation magistrale. Plusieurs des appels externes des professionnels de la santé sont redirigés vers notre centre d’information de médicaments en grossesse et en allaitement (Centre IMAGe).

Vous pouvez consulter notre article publié dans Le Pharmacien Hospitalier et Clinicien.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :