archive

Archives de Tag: étudiants en pharmacie

Les médias sociaux sont largement utilisés dans notre société et les professionnels de la santé ne font pas exception. L’utilisation des médias sociaux et des technologies d’informations dans le domaine de la santé peut représenter une opportunité, mais aussi une menace.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé 25 courtes capsules vidéo sur les relations et responsabilités professionnels à l’ère des  réseaux sociaux et des technologies de l’information. Ces vidéos ont ensuite été utilisées à des fins pédagogiques. Après avoir visionné ces capsules, les étudiants en pharmacie et les pharmaciens étaient invités à répondre à un court questionnaire afin d’évaluer leur perception et leur appréciation.

facebook6

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du Canadian Pharmacy Education and Research Conference du 3 au 5 juin 2017, Québec, Canada.

Publicités

De nombreux pharmaciens se disent exposés à des enjeux éthiques dans leur pratique. Cependant, l’éthique en pharmacie demeure un domaine sous-étudié. Dans le cadre du doctorat professionnel en pharmacie de la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal, les étudiants sont exposés à des enseignements sur l’éthique tout au long de leur formation.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une enquête descriptive auprès des étudiants de 3e année du PharmD. à l’Université de Montréal. Une liste de 43 énoncés relatifs à l’éthique pharmaceutique a été dressée. Nous avons ensuite évalué le degré d’accord des étudiants avec ces énoncés. Les résultats de l’enquête de 2016 a été comparé à ceux de 2012.

Sur une période de 5 ans, le degré d’accord des étudiants en pharmacie a changé de plus de 10% sur seulement quatre énoncés.

Pour connaitre les résultats, on peut consulter notre article publié dans le Pharmactuel.

L’exercice de la pharmacie est guidé par le Code de déontologie. L’éthique fait donc partie intégrante de la pratique pharmaceutique. Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons évalué la position de la communauté pharmaceutique québécoise sur des énoncés portant sur l’éthique pharmaceutique via un questionnaire.ethique2

347 étudiants et 398 pharmaciens ont répondus à l’enquête. Une différence statistiquement significative du niveau d’accord a été trouvée pour 28 des 43 énoncés.

Dans le blogue du 25 août 2016, nous vous avions présenté notre affiche.

Vous pouvez maintenant consulter notre article publié dans les annales Pharmaceutiques Françaises disponible en ligne.

L’exercice de la pharmacie ne peut se faire sans la connaissance du cadre juridique et normatif applicable. Nous avons développé un sondage en ligne auprès des étudiants en pharmacie et des pharmaciens exerçant au Québec afin d’évaluer l’exposition et la perceptions de ceux-ci sur la législation et sur les décisions juridiques entourant la pharmacie.

Dans le cadre de ce projet, nous avons créé le blogue lsspharmacie.wordpress.com. Nous vous invitons à vous y abonner afin dSTUDIUM4e rester à l’affût des décisions juridiques impliquant les pharmaciens!

Nous vous avions présenté notre affiche à ce sujet dans le blogue du 24 mars 2016.

On peut maintenant consulter notre article dans le Pharmacien Hospitalier et Clinicien

Au cours des dernières décennies, la pratique pharmaceutique a considérablement évolué. Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons organisé un atelier lors du 38e congrès de l’Association européenne des étudiants en pharmacie (EPSA) à Toulouse le 16 avril 2015. Nous avons demandé aux étudiants en pharmacie d’évaluer, via un questionnaire, la probabilité d’occurrence de 48 enjeux auxquels la profession pourra être confrontée dans le futur.Enjeux1

La survenue de seulement six des 48 items a été considéré comme étant très probable ou probable par les étudiants.

Nous vous avions partagé l’affiche de l’étude réalisée en 2015 dans le blogue du 4 août 2016.

On peut maintenant consulter notre article publié dans les Actualités pharmaceutiques disponible en ligne.

La validation des ordonnances fait partie des activités essentielles et fondamentales du pharmacien. Plusieurs standards de pratique définissent les éléments nécessaires à la validation d’ordonnances, mais aucune ne précise l’ordre optimal de ces éléments.

Une simulation de validation d’ordonnances, divisée en trois parties, a été réalisée afin de sensibiliser les résidents en pharmacie à cette activité et d’évaluer l’importance relative accordée à 22 éléments de validation définis dans les standards de pratique de l’OPQ. La première partie ciblait les éléments nécessaires à la validation d’ordonnance selon deux scénarios (en présence ou en absence d’un pharmacien présent dans les unités de soins). La seconde partie correspond à une activité de validation d’ordonnances et la dernière est un questionnaire permettant de mieux comprendre la façon dont les résidents percevaient la validation d’ordonnance.

Afin de poursuivre la recherche, une partie de la simulation a été proposé à une cohorte de chefs et d’adjoints de département de pharmacie.

En l’absence d’un pharmacien dans les unités de soins, au moins 75% des participants considèrent que 16 des 22 éléments sont nécessaire à la validation d’ordonnance. En présence du pharmacien, 75% des participants considèrent 12 des 22 éléments comme étant nécessaires.

Les résidents en pharmacie ont également répondu que leur formation académique à la validation d’ordonnances est insuffisante.

Une séquence optimale des éléments de validation a été proposée par l’équipe de recherche. Celle-ci diffère de l’ordre qui a été établi par les chefs de département.

VALIDATION2

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès Professional Practice Conference de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux (SCPH/CSHP) du 4 au 8 février 2017 à Toronto, Ontario, Canada.

On peut consulter notre article publié dans le Pharmactuel disponible en ligne.

 

La semaine dernière, nous vous avons partagé les résultats d’un sondage réalisé afin de connaître la perception de la pharmacovigilance des pharmaciens hospitaliers et résidents en pharmacie québécois. Nous avons également voulu comparer la perception des résidents en pharmacie hospitalière québécois à celle des résidents belges, français et suisses.

La place accordée à l’enseignement de la pharmacovigilance était considérée suffisante par 71% des québécois, 56% des suisses, 51% des belges et 28% des français. Il est intéressant de noter que 67% des suisses, 21% des français, 7% des belges et 3% des québécois avaient fait un stage en lien direct avec la pharmacovigilance.

Les répondants ont affirmé avoir déclaré au moins 14% des effets indésirables observés. Les obstacles principaux à la déclaration était la difficulté d’associer l’effet constaté à la maladie ou au médicament (75%), le recul insuffisant (49%) et la crainte de surcharge de travail (47%).

PHARMACOVIG6Vous pouvez consulter notre affiche présentée au Colloque annuel du Regroupement québécois de recherche sur l’usage des médicaments, les 22-23 septembre 2014 à Orford, Québec. Le résumé est publié dans le Journal of Population Therapeutics and Clinical Pharmacology.