Archives mensuelles : juillet 2013

Approche par consensus pour la priorisation des programmes de soins

Le 27 octobre 2011, nous vous avions partagé l’affiche présentée congrès de clôture des fêtes du cinquantenaire de l’A.P.E.S. L’objectif de ce projet était d’élaborer une approche par consensus pour attribuer un rang de priorisation de la pratique pharmaceutique aux programmes de soins selon les résultats de santé, de coûts et de soins sécuritaires. L’article est maintenant publié.

Le résumé de notre projet se trouve ci-bas :

Objectives To establish a consensual and coherent ranking of healthcare programmes that involve the presence of ward-based and clinic-based clinical pharmacists, based on health outcome, health costs and safe delivery of care.

Methods This descriptive study was derived from a structured dialogue (Delphi technique) among directors of pharmacy department. We established a quantitative profile of healthcare programmes at five sites that involved the provision of ward-based and clinic-based pharmaceutical care. A summary table of evidence established a unique quality rating per inpatient (clinic-based) or outpatient (wardbased) healthcare programme. Each director rated the perceived impact of pharmaceutical care per inpatient or outpatient healthcare programme on three fields: health outcome, health costs and safe delivery of care. They agreed by consensus on the final ranking of healthcare programmes.

Key findings A ranking was assigned for each of the 18 healthcare programmes for outpatient care and the 17 healthcare programmes for inpatient care involving the presence of pharmacists, based on health outcome, health costs and safe delivery of care. There was a good correlation between ranking based on data from a 2007–2008 Canadian report on hospital pharmacy practice and the ranking proposed by directors of pharmacy department.

Conclusions Given the often limited human and financial resources, managers should consider the best evidence available on a profession’s impact to plan healthcare services within an organization. Data are few on ranking healthcare programmes in order to prioritize which healthcare programme would mostly benefit from the delivery of pharmaceutical care by ward-based and clinic-based pharmacists.

Vous pouvez consulter notre article publié dans l’International Journal of Pharmacy Practice.

Publicités

Vision stratégique de la pharmacie hospitalière : quelles différences entre le Canada et l’Espagne?

La Société canadienne de la pharmacie hospitalière (SCPH) a un plan stratégique pour 2015, contenant 35 objectifs. La SEFH (Sociedad Espagnola de Farmacia Hospitalia) a également un plan stratégique pour 2020, comportant 28 objectifs.

Quinze initiatives ont pu être pairées entre les deux sociétés, notamment une vision similaire pour la pratique basée sur les données probantes, la réconciliation médicamenteuse et l’utilisation de code-barres. En plus, la SEFH avait des objectifs en ce qui a trait à la traçabilité, les accréditations externes et la recherche clinique, entre autre. La SCPH avait également des objectifs en ce qui a trait à la révision des ordonnances à la salle d’urgence, et sur la continuité des soins, par exemple.

Vous pouvez consulter l’affiche présentée au congrès de la SEFH (Sociedad Espagnola de Farmacia Hospitalia) en octobre 2012, Bilbao, Espagne.

Connaissez-vous la pratique pharmaceutique hospitalière espagnole?

Les sondages de la SEFH (Sociedad Espagnola de Farmacia Hospitalia) et de la pharmacie hospitalière canadienne permettent de comparer certaines statistiques de la pratique pharmaceutique hospitalière en Espagne et au Canada. Par exemple, il y a présence d’au moins un pharmacien hospitalier décentralisé dans 89% des cas au Canada, et dans 11% des cas en Espagne. Il existe un système de prescription informatisée dans 8% des cas au Canada, et dans 31% des cas en Espagne.

Vous pouvez consulter l’affiche présentée au congrès de la SEFH (Sociedad Espagnola de Farmacia Hospitalia) en octobre 2012, Bilbao, Espagne.

Avez-vous consulté la dernière mise à jour de la liste des médicaments dangereux du NIOSH?

Le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) a lancé une première alerte pour la prévention de l’exposition professionnelle aux médicaments dangereux en 2004. Cette alerte comportait une liste de 136 médicaments définis comme dangereux. Une première mise à jour en 2010 a ajouté 21 médicaments. La mise à jour publiée en 2012 contient maintenant 167 médicaments dangereux qui doivent être manipulés avec précautions par les professionnels de la santé.

Notre article décrit le processus de mise à jour du NIOSH et les impacts sur la pratique pharmaceutique. En effet, l’ajout de ces médicaments à la liste pose différents défis à la pratique pharmaceutique en ce qui a trait à la ségrégation des stocks, à leur manipulation et à la gestion des déchets.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Bulletin d’information toxicologique de l’Institut national de santé publique du Québec.