archive

Archives de Tag: accidents/incidents

NUMERISATION4Les rapports semestriels publiés jusqu’à maintenant signalent un nombre très élevé d’omissions d’administration d’un médicament. Comment peut-on mesurer ces omissions? Ce peut être parmi les déclarations d’incidents/accidents, par observation directe ou alors par des audits de la documentation. Il peut être ardu de déterminer s’il s’agit réellement d’une omission d’administration ou s’il s’agit d’une omission de documentation.

Afin de diminuer le nombre d’omission, il faut repenser la façon dont on prescrit les médicaments p.r.n. (au besoin) ainsi que la façon dont on documente la non administration d’un médicament p.r.n. afin de quantifier le problème précisément et ainsi pouvoir mesurer l’impact de nos interventions.

Vous pouvez consulter la présentation donnée par Denis Lebel au 6e congrès mondial des infirmières et infirmiers francophones à Montréal, le 2 juin 2015.

Publicités

Alors que les erreurs liées à l’administration des médicaments représentaient 39% des incidents/accidents de notre centre en 2010/2011, il est important de bien identifier ces risques.

Une étude observationnelle a été réalisée en 2011. D’abord, le circuit des médicaments a été bien décrit et les processus ont été illustrés à l’aide d’un schéma. Un audit a ensuite été mené. Une rencontre multidisciplinaire a été réalisée pour explorer les solutions possibles. La méthode d’Hanlon a été utilisée pour prioriser les interventions en fonction de quatre critères, soit la taille et la gravité du problème identifié, ainsi que l’efficacité et la faisabilité de l’intervention suggérée.

À l’issue de cette étude, cinq priorités ont été identifiées; les actions correctrices ciblaient avant tout les chariots de médicaments.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Journal canadien de la pharmacie hospitalière, accessible sur PubMedCentral.

Nous avons réalisé une revue rétrospective des accidents et incidents (A/I) déclarés entre octobre et novembre 2010, soit avant l’implantation de pompes intelligente. Les A/I étaient liés aux médicaments dans 81% des cas. Les principales classes concernées étaient les solutés (33%), les anti-infectieux (20%), l’alimentation parentérale (11%) et les opiacés (9%). L’A/I le plus fréquent était la non-administration d’un médicament (14,3%). Près d’un tiers (29%) des A/I ont été considérés comme détectables par une pompe intelligente, en raison de l’utilisation d’une bibliothèque et d’alarmes.

Une analyse des A/I post-implantation sera réalisée afin de mesurer l’impact des pompes intelligentes.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au congrès de l’Association de pharmaciens d’établissement de santé du Québec, les 1-3 juin 2012 à Rivière-du-Loup.