Est-ce que la perception de la pharmacovigilance est différente entre les résidents en pharmacie du Québec, de la Belgique, de la France et de la Suisse?

La semaine dernière, nous vous avons partagé les résultats d’un sondage réalisé afin de connaître la perception de la pharmacovigilance des pharmaciens hospitaliers et résidents en pharmacie québécois. Nous avons également voulu comparer la perception des résidents en pharmacie hospitalière québécois à celle des résidents belges, français et suisses.

La place accordée à l’enseignement de la pharmacovigilance était considérée suffisante par 71% des québécois, 56% des suisses, 51% des belges et 28% des français. Il est intéressant de noter que 67% des suisses, 21% des français, 7% des belges et 3% des québécois avaient fait un stage en lien direct avec la pharmacovigilance.

Les répondants ont affirmé avoir déclaré au moins 14% des effets indésirables observés. Les obstacles principaux à la déclaration était la difficulté d’associer l’effet constaté à la maladie ou au médicament (75%), le recul insuffisant (49%) et la crainte de surcharge de travail (47%).

PHARMACOVIG6Vous pouvez consulter notre affiche présentée au Colloque annuel du Regroupement québécois de recherche sur l’usage des médicaments, les 22-23 septembre 2014 à Orford, Québec. Le résumé est publié dans le Journal of Population Therapeutics and Clinical Pharmacology.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :