Sommes-nous exposés aux gaz anesthésiques pour inhalation?

Saviez-vous que certains professionnels de la santé sont exposé à des gaz anesthésiques pour inhalation dans le cadre de leur travail, par exemple à l’isoflurane, au sévoflurane ou au desflurane? Cette exposition professionnelle n’est pas sans risque pour les travailleurs.

En suivi à notre premier article décrivant les caractéristiques de ces gaz et des limites d’exposition, nous avons évalué la littérature rapportant les niveaux mesurés dans les hôpitaux et nous présentons également des valeurs mesurées dans des centres québécois. De plus, nous avons revu les recommandations existantes pour assurer une utilisation sécuritaire.

Les risques d’exposition du personnel peuvent varier durant l’opération, notamment en raison du débit plus élevé au moment de l’induction de l’anesthésie. Il ne faut pas oublier que les risques sont également présents dans la salle de réveil, en raison des gaz expirés par les patients, plusieurs heures après une opération. La ventilation des pièces et l’entretien de l’équipement sont primordiaux pour un environnement de travail sécuritaire.

Du sévoflurane était exhalé par des patients plus de 5 heures après la fin de l'opération

Du sévoflurane était exhalé par des patients plus de 5 heures après la fin de l’opération

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Bulletin d’information toxicologique de l’Institut national de santé publique du Québec. Vous pouvez également consulter notre affiche présentée au Midyear Clinical Meeting de l’American Society of Health-System Pharmacists, les 8-12 décembre 2013, à Orlando, États-Unis.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :