Rôle et retombées du pharmacien en diabète : perception des étudiants de 1ère année en pharmacie

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que l’hyperglycémie est le troisième facteur de risque de mortalité prématurée et anticipe que le diabète sera en cinquième position des causes de décès au niveau mondial en 2030. Au Québec, l’arrivée de la Loi 41 permet au pharmacien d’ajuster les doses de médicaments pour une condition chronique, diabète inclue, pour l’atteinte des cibles. Or, cet acte n’est pas encore utilisé à plein potentiel par les pharmaciens et représente une infime portion des activités réalisées.

Dans le cadre des travaux de l’URPP nous avons réalisé une étude descriptive de type pré-post dans le but de mesurer l’impact d’une intervention ponctuelle sur les rôles et retombées du pharmacien communautaire en diabète auprès des étudiants de 1e année du Pharm. D. de l’Université de Montréal.

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre de la 7e éditions du Rendez-vous de la recherche pharmaceutique, 6 décembre 2018, Faculté de pharmacie, Montréal, Qc, Canada.

Poster un commentaire

Classé dans Article original, Descriptive, Pédagogie en santé, URPP

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.