HLA CONFIDENTIEL: la publication d’un cas-patient

Vous êtes sur le point de visionner une vignette portant sur l’utilisation des médias sociaux et technologies de l’information en santé.  Avez-vous songé aux opportunités et menaces associés à cette situation ?

Cette vignette met en scène un résident et son patron qui discutent le cas d’un enfant présentant un rare polymorphisme et discutent d’une possible publication du cas dans la littérature scientifique. La mère du patient, présente lors de la tournée, entend cette discussion et se questionne sur les risques de bris de confidentialité pour son fils.

Opportunités :

– Il est utile et fréquent de publier des rapports de cas pour des événements rares en science

– La publication de rapports de cas permet un avancement des connaissances et peut contribuer à améliorer la prise en charge de ces patients ; elle contribue non seulement au partage scientifique mais peut permettre à d’autres collègues de se prononcer et de réagir à l’échelle de la planète

Menaces :

– Est-il possible de publier un cas rare sans causer un bris de confidentialité ? Un cas rare n’est-il pas généralement connu d’un grand nombre de cliniciens d’un établissement de santé donné ?

– Un parent doit-il consentir ? L’enfant doit-il consentir également ? L’enfant peut-il remettre en question ce consentement ultérieurement, quand il sera plus vieux ? Les consentements doivent-ils être écrits ? Consignés au dossier du patient ? Obtenus avant l’intention d’écrire ou encore de la publication elle-même ?

Vos impressions ?

Répondez à notre court sondage en ligne pour évaluer la portée des médias sociaux et de ces vignettes

Bonne discussion !

Publicités