Archives mensuelles : janvier 2012

Rôle du pharmacien dans la détection des interactions médicamenteuses importantes aux soins intensifs – critique

Nous avons réalisé une évaluation critique de l’article de Rivkin et Yin (2010).

L’objectif de cette étude était de démontrer l’impact d’un pharmacien décentralisé dans un service de soins intensifs  édicaux sur la prise en charge des interactions médicamenteuses.

Cette étude quasi expérimentale pré/post comparait un groupe sans pharmacien décentralisé (phase pré, mai-août 2008) à un groupe avec pharmacien décentralisé aux soins intensifs (phase post, 16 octobre au 18 décembre 2008). Au total, 129 patients en pré et 137 patients en post ont été inclus. La présence d’un pharmacien aux soins intensifs médicaux a diminué de 65 % le nombre d’interactions médicamenteuses importantes (p < 0,01).

Bien que les études expérimentales comparatives à répartition aléatoire soient préférables afin de démontrer l’impact d’une intervention professionnelle, les études pré/post permettent aussi d’évaluer la présence du pharmacien décentralisé. Toutefois, ce type de devis comporte davantage de biais (p. ex., biais de sélection, d’observation, d’intervention, etc). Cette étude a démontré à nouveau l’impact du pharmacien sur la détection et la gestion des interactions médicamenteuses aux soins intensifs médicaux.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Québec Pharmacie. Cet article est publié avec l’autorisation de l’éditeur de Québec Pharmacie.

Impact des cabinets automatisés décentralisés sur la diminution des erreurs de médication en soins intensifs – critique

Nous avons réalisé une évaluation critique de l’article de Chapuis et coll (2010). L’objectif principal de cette étude était d’évaluer l’impact de cabinets automatisés décentralisés (CAD) sur l’incidence des erreurs médicamenteuses. L’objectif secondaire était d’évaluer l’impact clinique des erreurs détectées et la satisfaction du personnel soignant quant à  l’utilisation de la nouvelle technologie.

Cette étude contrôlée et à répartition aléatoire, mais sans insu, a évalué l’impact d’un seul CAD dans une petite unité de soins intensifs et les résultats ne peuvent donc qu’être difficilement généralisés. Cet article est intéressant puis qu’il présente une réflexion structurée sur l’évaluation du CAD.

Bien que les auteurs concluent à la capacité du CAD de réduire les erreurs médicamenteuses, nous pensons que la réduction observée est limitée, spécifique à un seul des 12 modes de défaillance identifiés ainsi qu’aux erreurs de type entreposage, et non applicable aux erreurs entraînant des torts aux patients. On peut se demander si la réduction observée est réellement attribuable à la technologie étudiée ou plutôt à d’autres facteurs pouvant influer sur la survenue des erreurs médicamenteuses (p. ex., biais d’observation – à preuve, on note une réduction des erreurs d’entreposage de 34,9 % à 14,4 % entre les phases pré et post dans le groupe témoin, sans recours à la technologie).

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Québec Pharmacie. Cet article est publié avec l’autorisation de l’éditeur de Québec Pharmacie.

Perspectives sur l’attention, les interruptions et le bruit en pratique pharmaceutique

Le bruit fait partie des causes d’interruptions qui nuisent au maintien des capacités attentionnelles des professionnels de la santé, pouvant contribuer à la survenue d’événements indésirables. L’objectif de cette revue documentaire était de faire le point sur les notions d’attention, d’interruptions et de bruit en pratique pharmaceutique et de proposer des solutions.

En soins infirmiers, le taux d’interruptions moyen était de 6,7 par heure par infirmière tandis qu’il était en moyenne de 10,3 distractions et 6,9 interruptions par heure en médecine contre 3,8 distractions et 3,0 interruptions par demi-heure en pharmacie. Une quinzaine d’équipements utilisés en pharmacie dont le niveau de bruit contribue aux interruptions ont été recensés. Notre réflexion a permis d’identifier plusieurs mesures relativement simples pouvant contribuer à la réduction des interruptions en pharmacie.

Vous pouvez consulter la présentation orale donnée à la conférence nationale annuelle de l’Association des pharmaciens du Canada (APhC), les 28-31 mai 2011 à Montréal, Québec.

Clarté et évaluabilité de la norme sur la gestion des médicaments d’Agrément Canada et de The Joint Commission (USA)

Le 17 juin dernier, nous avons partagé l’affiche présentée au colloque annuel du réseau québécois de recherche sur l’usage des médicaments (RQRUM) les 1 et 2 juin 2011 à Montréal, Québec. Nous vous invitons maintenant à consulter l’article découlant de ce projet, dont l’objectif était de déterminer la clarté et l’évaluabilité (aussi appelée la mesurabilité) des critères des normes de gestion des médicaments édictés par Agrément Canada et par la Joint Commission des États-Unis.

Vous pouvez consulter l’article accessible sur PubMed Central, publié dans le Journal canadien de la pharmacie hospitalière.