Incidence des effets indésirables médicamenteux dans un centre hospitalier universitaire mère-enfant de 1989 à 2015

La prescription de médicaments hors avis de conformité est très fréquente en pédiatrie et expose les enfants à des risques accrus de survenue d’effets indésirables médicamenteux (EIM) parfois graves. De plus, la sous-notification des EIM est un problème reconnu en pharmacovigilance.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une étude descriptive rétrospective afin d’évaluer l’incidence annuelle des EIM codés par les archivistes médicales entre 1989 et 2015 ainsi que l’évolution des variables associées aux EIM (type d’EIM, indice de mortalité, de gravité, niveau d’intensité relative des ressources utilisées (NIRRU)) entre 1989 et 2015.

  • L’incidence annuelle moyenne des EIM est passée de 1,64% ± 0,41% pour la période 1989-2010 à 2,30% ± 0,28% pour la période 2010-2015. Cette augmentation est probablement liée à une volonté des cliniciens et des archivistes de mieux documenter la nature des épisodes de soins.
  • Les indices de gravité moyen et de mortalité moyen sont restés relativement inchangés de 1989 à 2015.
  • Le taux de déclaration d’EIM à Santé Canada demeure inchangé, variant de 37% des EIM codés entre 1989 et 2010 à 41% entre 2010 et 2015.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au congrès Professional Practice Conference de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux (SCPH/CSHP) du 30 janvier au 3 février 2016 à Toronto, Ontario, Canada.

eim3

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :