Archives de Catégorie: Effets indésirables

Loi de Vanessa : collaboration archives-pharmacie au CHU Sainte-Justine

À la lumière de la loi de Vanessa, le service des archives médicales et l’équipe pharmacien du CHU de Sainte-Justine ont développé une collaboration permettant la codification des effets indésirables médicamenteux (EIMs).

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une étude descriptive rétrospective dans le but de valider la codification des EIMs effectuée par l’équipe des archives. Pour ce faire, un nouveau processus de validation des EIMs par l’équipe de pharmacie a été mis en place.

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec – Grand Forum 2019, le 28 et 29 mars 2019 Québec, Qc, Canada.

Commentaires fermés sur Loi de Vanessa : collaboration archives-pharmacie au CHU Sainte-Justine

Classé dans Descriptive, Effets indésirables, Soins pharmaceutiques, URPP

Hypersensibilité sévère au dexlansoprazole : rapport de cas et revue de littérature

Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPPs) continuent d’être l’un des médicaments les plus prescrits dans le monde. L’an 2010 marque la commercialisation au Canada du dexlansoprazole, un IPPs de seconde génération.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons rapporté le cas d’une patiente souffrante d’hypersensibilité au dexlansoprazole. Nous avons également effectué une revue de la littérature dans le but d’identifier d’autres rapports de cas présentant des réactions d’hypersensibilité au dexlansoprazole.

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre du 50th Professional Practice Conference – Canadian Society of Hospital Pharmacists le 2 au 5 février 2019, Toronto, ON, Canada.

Commentaires fermés sur Hypersensibilité sévère au dexlansoprazole : rapport de cas et revue de littérature

Classé dans Cas, Effets indésirables, Revue de littérature, URPP

Antinéoplasiques : contamination de la surface externe de la fiole dès le processus de production

Les professionnels travaillant dans le domaine de l’oncologie risquent quotidiennement d’être contaminés par un médicament antinéoplasique. Le simple fait de tenir une fiole de médicaments antinéoplasiques contribue à ce risque. En effet, le contenue d’une fiole de médicaments antinéoplasiques peut contaminer l’extérieur de cette même fiole ou des fioles environnantes, et ainsi exposé l’employé au médicament. Cette exposition peut mener à certains effets indésirables.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une étude transversale dans le but de déterminer l’ampleur de la contamination des fioles de médicaments antinéoplasiques provenant du marché canadien.

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre de la 8ème Colloque du Réseau Québécois de recherche sur les médicaments le 19 et 20 octobre 2018.

On peut aussi consulter notre article publié dans le Journal of Oncology Pharmacy Practice.

Commentaires fermés sur Antinéoplasiques : contamination de la surface externe de la fiole dès le processus de production

Classé dans Circuit du médicament, Effets indésirables, Santé et sécurité au travail, Transversale

Identification des effets indésirables médicamenteux : comment améliorer leur détection, leur signalement et leur codage?

Les effets indésirables médicamenteux (EIMs) perturbent l’adhésion thérapeutique et devraient être prévenus ou du moins contrôlés par les cliniciens. Il faut craindre davantage la survenue des EIMs chez les enfants en raison de la faible documentation dans la littérature sur cette patientèle. Depuis 2006, le CHU Sainte-Justine a implanté plusieurs mesures permettant l’amélioration de la détection, du signalement et le codage des EIMs.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une étude descriptive rétrospective dans le but d’/de :

  1. Identifié les divergences entre les EIMs codés par les archivistes médicaux et ceux détectés par l’équipe de pharmacovigilance sur une période de sept mois (1 avril au 31 octobre 2017) au CHU Sainte-Justine;
  2. Valider la qualité des données collectées par les archivistes médicaux;
  3. Proposer des améliorations aux méthodes de détections des EIMs par les archivistes médicaux et l’équipe de pharmacovigilance pour satisfaire les nouvelles exigences et réglementations de la Loi de Vanessa.

Ainsi, au total 343 EIMs ont été identifiés, 322 ont été codé par des archivistes médicaux et 21 ont été détectés par les par les pharmaciens. Seulement 1.5% des EIMs ont été identifiés par les deux équipes. Trois actions correctives ont été retenues.

On peut consulter notre article publié dans les Archives de pédiatrie.

Commentaires fermés sur Identification des effets indésirables médicamenteux : comment améliorer leur détection, leur signalement et leur codage?

Classé dans Bon usage des médicaments, Descriptive, Effets indésirables, Soins pharmaceutiques, URPP

Abréviations inopportunes utilisées en hôpital

Tout établissement de santé doit se soumettre aux Pratiques Organisationnelles Requises (POR) émises par Agrément Canada. Parmi ces POR figure une liste d’abréviations qui ne doivent pas être utilisées. Ces abréviations sont associées à des évènements indésirables.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une étude descriptive rétrospective dans le CHU Sainte-Justine dans le but de déterminer la conformité des ordonnances de médicaments à cette POR.

Pour voir les résultats on peut consulter notre affiche dans le cadre du congrès Hopipharm 2019 le 15 et 17 mai 2019, Marseille, France.

Commentaires fermés sur Abréviations inopportunes utilisées en hôpital

Classé dans Circuit du médicament, Descriptive, Effets indésirables, Soins pharmaceutiques, URPP

Baisse de l’acuité visuelle secondaire à un traitement psychostimulant : cas pédiatrique

Le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/TDAH) est un trouble neurobiologique chronique courant ayant un impact majeur sur le devenir scolaire et social des enfants atteints. Les psychostimulants se trouvent à être la première ligne de traitement pour ce trouble.

Des effets secondaires ophtalmologiques sont décrits dans la monographie comme la sécheresse oculaire, la mydriase et des perturbations de l’accommodation. Ces effets secondaires sont toutefois rarement observés en pratique et très peu rapportés dans la littérature, notamment en pédiatrie.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous présentons le cas inhabituel d’un patient pédiatrique qui a manifesté une diminution significative de l’acuité visuelle après l’initiation d’un traitement par psychostimulant.

Le cas rapporté décrit deux cas de perte d’acuité visuelle chez un enfant atteint de colobomes avec deux psychostimulants différents.

PSYCHOSTIMULANT1

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès Hopipharm 2018 du 16 au18 mai 2018 à Bordeaux, France.

Commentaires fermés sur Baisse de l’acuité visuelle secondaire à un traitement psychostimulant : cas pédiatrique

Classé dans Cas, Effets indésirables, URPP

Nutrition parentérale dans un hôpital mère-enfant

La nutrition parentérale est grandement utilisée dans les hôpitaux chez les patients qui ont une contre-indication à l’alimentation entérale. Chez les enfants, plusieurs facteurs font varier les besoins nutritionnels et doivent être considérés lors de la prescription de  la nutrition parentérale, dont le poids, l’âge et la prématurité.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons réalisé une analyse critique du processus de la nutrition parentérale au CHU Sainte Justine afin de déterminer les effets indésirables potentiellement liés à ce processus et ceux qui doivent être priorisés afin de développer des mesures correctives.

ameliore1

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès de l’ASPEN, Nutrition and science & Practice Conference, du 25 au 28 janvier 2018 à Las Vegas aux États-Unis.

On peut maintenant consulter notre article dans le Nutrition in clinical practice.

Commentaires fermés sur Nutrition parentérale dans un hôpital mère-enfant

Classé dans Effets indésirables, Observations, URPP

Détection et codification des effets indésirables médicamenteux

Il existe une sous-déclaration des effets indésirables médicamenteux. Les établissements de santé doivent donc optimiser ces déclarations.

Afin d’améliorer le système de pharmacovigilance local de notre établissement, un service de pharmacovigilance a été créé en 2006 et plusieurs mesures ont été mises en place progressivement.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons comparé l’incidence annuelle moyenne des effets indésirables médicamenteux du 1er avril 1989 au 31 mars 2010 (période 1) et du 1er avril 2010 au 31 mars 2015 (période 2). Nous avons également déterminé les classes thérapeutiques de médicaments associées aux effets indésirables en fonction de l’âge ainsi que la proportion des effets indésirables médicamenteux déclarés à Santé Canada.

Nous avons trouvé que le nombre moyens d’effets indésirables médicamenteux par année avait été de 225,7 au cours de la période 1 et de 429,6 au cours de la période 2. L’incidence annuelle moyenne des effets indésirables avait été de 1,64% au cours de la période 1 contre 3,17% au cours de la période 2. De plus, seulement 37% des effets indésirables ont été déclarés durant la période 1 contre 41% au cours de la période 2.

On peut consulter notre article publié dans les Archives de Pédiatrie.

EIM3

Commentaires fermés sur Détection et codification des effets indésirables médicamenteux

Classé dans Descriptive, Effets indésirables, URPP

La perception de la pharmacovigilance des résidents en pharmacie en Belgique, en France, au Canada et en Suisse

La pharmacovigilance est la science de l’observation et de la surveillance des effets indésirables médicamenteux. Nous avons évalué la perception de la pharmacovigilance chez les résidents en pharmacie provenant de la Belgique, France, Suisse et du Canada.

Seuls les résidents de France ne pensent pas avoir eu une formation adéquate sur la pharmacovigilance. Dans tous les cas, l’obstacle principale à la déclaration des effets indésirables était la difficulté d’associer l’effet constaté à la maladie ou au médicament.

Nous vous avions présenté notre affiche dans le blogue du 13 août 2015.

On peut maintenant consulté notre article dans le Journal of Population Therapeutics and Clinical Pharmacology PHARMACOVIG6

 

Commentaires fermés sur La perception de la pharmacovigilance des résidents en pharmacie en Belgique, en France, au Canada et en Suisse

Classé dans Article original, Descriptive, Effets indésirables, Publications Pubmed, Transversale, URPP

Canadian Pharmacogenomics Network for Drug Safety : Participation du CHU Sainte-Justine

Le Canadian Pharmacogenomics Network for Drug Safety (CPNDS) est un réseau de surveillance active des effets indésirables médicamenteux mis en place en 2005 par l’équipe de Bruce Carleton et coll. de l’Université de Colombie Britanique.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons décrit la participation du CHU Sainte-Justine (CHUSJ) et les perspectives de recherche du CPNDS du 1er mai 2006 au 31 décembre 2015.

La participation du CHUSJ au réseau de surveillance du CPNDS est utile à la promotion des activités de pharmacovigilance de l’hôpital. Les professionnels de la santé sont sensibilisés à l’importance de la déclaration des effets indésirables médicamenteux.

On peut consulter notre affiche présentée dans le cadre du congrès annuel du Réseau Québécois de recherche sur les médicaments, le 7 juin 2016 à Montréal, QC, Canada.

CPNDS3

Commentaires fermés sur Canadian Pharmacogenomics Network for Drug Safety : Participation du CHU Sainte-Justine

Classé dans Descriptive, Effets indésirables, Présentations, URPP