archive

Archives Mensuelles: octobre 2017

Dans le cadre de la défense de thèse pour le diplôme d’état de Docteur en pharmacie, madame Apolline Adé a présenté son mémoire du diplôme d’études spécialisées de pharmacie hospitalière le mercredi 25 octobre 2017 à Paris.   Ses travaux portaient sur « l’application des connaissances en pharmacie: revue de littérature, cas pratiques et perspectives ».  Aussi appelé Knowledge translation, cette discipline est essentielle à l’exercice de la pharmacie, à l’optimisation des soins et services pharmaceutiques, à l’enseignement, à la recherche et au bon usage des médicaments.

À noter que les travaux d’Apolline ont permis la mise en place de résumés visuels qui seront utilisés de temps à autres pour présenter les fruits de l’URPP.  Une contribution visuelle et synthétique qui sera utile à l’application des connaissances provenant de nos travaux !

Ont participé à cette défense, Olivier Bourdon, président du jury, Françoise Brion, Pascal Paubel et Patrick Hindlet, membres du jury et Jean-François Bussières, directeur de thèse.  L’équipe de l’URPP était présent en visioconférence.

Bravo à Apolline pour cette belle année au sein de l’URPP.

Apolline Adé lors du Serment d’Hippocrate au terme de sa présentation.  Paris, 25 octobre 2017.

Publicités

Les différentes crises sanitaires ont façonné les systèmes de pharmacovigilance dans le monde et notamment au Canada. Depuis l’épisode dramatique de la thalidomide, d’autres épisodes sanitaires ont été observés rappelant que ces systèmes peuvent encore présenter des défaillances.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une étude afin d’identifier et d’analyser les causes de défaillance qui ont pu conduire à des retraits tardifs de médicaments du marché au Canada, ainsi que les récentes avancées réalisées dans le domaine de la pharmacovigilance au Canada.

MEDIATORNous avons recensé cinq similitudes à partir des trois exemples marquants de retraits tardifs du marché soit la thalidomide qui constitue notre cas index, le rofecoxib et le benfluore et avons identifié 42 causes de défaillance ayant pu conduire à un retrait tardif du marché dans le passé.

Le système de pharmacovigilance canadien a subi de nombreuses réformes permettant de minimiser le risque de survenue d’un nouveau scandale sanitaire au Canada. Notre étude permet de faire un état des lieux du système de pharmacovigilance canadien actuel et de mettre en exergue les insuffisances sur lesquelles des efforts devront être portés.

On peut consulter notre article publié dans le Journal de Pharmacie Clinique.

Dans le cadre du Séminaire Vision Santé 2017 de Proxim tenu a Québec ce dimanche 22 octobre 2017, il me fait plaisir de vous présenter les opportunités et les menaces associées a l’utilisation des médias sociaux en pharmacie.

Cliquer sur ce lien pour participer au court sondage en ligne.

Au terme de cette présentation, partagez nos 25 vignettes en ligne qui pourront alimenter les discussions au sein de vos équipes professionnelles.

Le circuit du médicament en établissement de santé est complexe et comporte au moins 54 étapes. Les risques inhérents à toutes ces étapes profitent d’une norme sur la gestion des
médicaments proposée par Agrément Canada depuis 2008 et mise à jour récemment. Outre cette norme, le cadre législatif et normatif au niveau fédéral et provincial applicable à chaque province canadienne contribue à l’encadrement du circuit.
TOURNEE2Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons développé un outil d’évaluation pratique comportant 25 critères de conformité relatifs à l’entreposage des médicaments, à la disponibilité et l’utilisation de la documentation pertinente, à la propreté et au suivi de la chaîne thermique afin d’évaluer la conformité de nos pratiques au CHU Sainte-Justine.

Les résultats des audits montrent une réduction de conformité globale, celle-ci passant de 72 % en 2012 à 65 % en 2013. En outre, on note des réductions absolues d’au moins 10 % pour 11 des 25 critères. Plusieurs facteurs peuvent contribuer à expliquer cette conformité limitée pour plusieurs critères et cette réduction de conformité de 2012 à 2013.

Nous invitons à consulter notre article publié dans Le Pharmacien Hospitalier et Clinicien pour connaître les résultats détaillés des audits menés en 2012 et 2013.

La prématurité, cause importante de morbidité et mortalité, a augmenté au cours des dernières décennies. La nifédipine, un bloqueur calcique commercialisé initialement pour ses propriétés NIFEDIPINE1hypotensives, est aussi actuellement utilisée pour retarder l’accouchement lors d’un travail prématuré, bien que cette utilisation ne fasse pas partie des indications reconnues.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons mené une étude rétrospective évaluative descriptive analysant les dossiers des femmes traitées par nifédipine selon le protocole de tocolyse du CHU Sainte-Justine (Montréal,Canada) entre le 1er janvier 2004 et le 1er mars 2007  afin de décrire les effets indésirables notamment cardiorespiratoires et hémodynamiques de la tocolyse par nifédipine sur la mère et son foetus.

  • Des effets indésirables ont été retrouvés chez 61 % des 213 femmes traitées avec nifédipine et des effets indésirables cardiorespiratoires chez 32,4 % des femmes.
  • Des effets indésirables cardiorespiratoires graves ont été notés chez 8,9 % des femmes, incluant 6 cas d’oedème aigu du poumon ou de surcharge pulmonaire.
  • Des effets indésirables autres que cardiorespiratoires ont été observés chez 46,9 % des femmes.

La nifédipine est un tocolytique dont l’utilisation peut être associée à des effets indésirables cardiorespiratoires justifiant une surveillance étroite.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction accessible sur PubMed.

7La sensibilisation aux risques pour la santé des médicaments dangereux et la nécessité de protéger les travailleurs de la santé ont augmenté depuis la publication de l’alerte de l’Institut national pour la sécurité et la santé (NIOS ) en 2004 portant sur le sujet.expoprof23

Les pharmaciens, techniciens en pharmacie et autres acteurs impliqués dans le processus d’utilisation des médicaments doivent être conscients des risques potentiels associés aux médicaments dangereux et connaître les mesures préventives et correctives afin de réduire leur risque d’exposition. Un récent sondage auprès des pharmaciens communautaires à travers le Canada a souligné que la majorité des répondants n’utilisent pas de mesure de protection lors de la manipulation des médicaments anticancéreux par voie orale ; par exemple, seulement 6,8 % ( 24/352 ) utilisaient des gants et 27,3% ( 96/352 ) utilisaient un plateau de comptage séparé.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons publié un article mettant en évidence les lignes directrices publiées sur le sujet et décrivant les procédures que le personnel de la expoprof23-1pharmacie devrait suivre pour aider le personnel de la pharmacie à manipuler la chimiothérapie par voie orale et autres médicaments dangereux de façon sécuritaire et minimiser les risques. L’article aborde également la contamination de l’environnement par les médicaments dangereux dans les pharmacies communautaires, comment réduire le risque et comment surveiller la contamination. La manipulation sécuritaire de la chimiothérapie par voie orale par les patients est également brièvement mentionnée.

Nous croyons que les pharmaciens ont la responsabilité d’informer et de protéger leur travailleurs ainsi que de surveiller leur contamination locale.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Journal of Pharmacy Practice.

Dans le cadre des 20ème journées europeénnnes du GERPAC, l’équipe de l’URPP est heureuse de présenter les résultats de son étude multicentrique sur la surveillance environnementale de 10 médicaments dangereux au sein de 83 établissements de santé au Canada. Nous remercions l’équipe du GERPAC de son invitation. C’est un plaisir de contribuer à cet événement qui souligne son 20ème anniversaire en 2017 !  Bonne fête GERPAC.

Ce projet a été réalisé avec la collaboration de Laure Chauchat, assistante de recherche à l’URPP, Cynthia Tanguay, coordonnatrice de l’URPP, France Labrèche de l’IRSST et de Nicolas Caron et Sébastien Gagné de l’INSPQ.

On peut visionner notre présentation en ligne sur Youtube