Archives mensuelles : novembre 2016

Enjeux en pharmacie: la perspective de résidents en pharmacie québécois

La pratique de la pharmacie a considérablement évolué au cours des dernières décennies. Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avions précédemment effectué une revue de littérature afin d’identifier les prochains défis auxquels la profession pourra être confrontée dans le futur. Au total, 48 enjeux avaient été identifiés. Nous avions ensuite demandé à des étudiants en pharmacie européens d’évaluer la probabilité d’occurrence de ces enjeux d’ici 2025 à l’aide d’un questionnaire.

Dans le cadre d’un nouveau projet, nous avons cette fois soumis ce même questionnaire à 61 résidents en pharmacie québécois afin d’évaluer leur perception de ces enjeux.

Les résidents en pharmacie constituent la relève pour la profession. Ainsi, il nous apparaît important de prendre en considération leur perception dans la discussion des défis et enjeux de l’avenir de la pratique.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au congrès Professional Practice Conference de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux (SCPH/CSHP) du 30 janvier au 3 février 2016 à Toronto, Ontario, Canada.

enjeux2

Publicités

Bonne fête URPP – 14ème anniversaire

En ce 22 novembre 2016, c’est l’occasion de souligner le 14ème anniversaire de l’Unité de recherche en pratique pharmaceutique.  Établie au CHU Sainte-Justine, elle contribue à l’évaluation et la recherche sur les pratiques pharmaceutiques depuis 2002, bien qu’elle ait été mise en place informellement en 1996.

On peut consulter en ligne un article synthèse qui met en valeur les travaux de tous les étudiants, pharmaciens et autres collaborateurs au cours des 12 derniers mois.  Cet article mets en valeur les 125 communications affichées et écrites qui ont été publiées au cours de la dernière année.

De plus, on peut regarder la vidéo souvenir diffusée en ligne sur Youtube

Enfin, on retrouve ci-dessous une photo de toute l’équipe prise le 16 novembre 2016 dans le nouveau bâtiment des unités spécialisées du CHU Sainte-Justine dont l’ouverture est prévue le 8 décembre 2016.

2016_urpp_automne

De gauche à droite, Céline Porteils, Éléonore Ferrand, Laure Chauchat, Karl Dufresne, Lucie Painchart, Apolline Adé, Denis Lebel, Suzanne Atkinson, Michael Jaatoul, Éléonore Hoslcher, Marine Aussedat, Margaux Vallée, Soraya Mamoun, Jean-François Bussières … au CHU Sainte-Justine.

Merci à tous ceux qui collaborent et suivent nos travaux. Bonne fête URPP.

Incidence des effets indésirables médicamenteux dans un centre hospitalier universitaire mère-enfant de 1989 à 2015

La prescription de médicaments hors avis de conformité est très fréquente en pédiatrie et expose les enfants à des risques accrus de survenue d’effets indésirables médicamenteux (EIM) parfois graves. De plus, la sous-notification des EIM est un problème reconnu en pharmacovigilance.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une étude descriptive rétrospective afin d’évaluer l’incidence annuelle des EIM codés par les archivistes médicales entre 1989 et 2015 ainsi que l’évolution des variables associées aux EIM (type d’EIM, indice de mortalité, de gravité, niveau d’intensité relative des ressources utilisées (NIRRU)) entre 1989 et 2015.

  • L’incidence annuelle moyenne des EIM est passée de 1,64% ± 0,41% pour la période 1989-2010 à 2,30% ± 0,28% pour la période 2010-2015. Cette augmentation est probablement liée à une volonté des cliniciens et des archivistes de mieux documenter la nature des épisodes de soins.
  • Les indices de gravité moyen et de mortalité moyen sont restés relativement inchangés de 1989 à 2015.
  • Le taux de déclaration d’EIM à Santé Canada demeure inchangé, variant de 37% des EIM codés entre 1989 et 2010 à 41% entre 2010 et 2015.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au congrès Professional Practice Conference de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux (SCPH/CSHP) du 30 janvier au 3 février 2016 à Toronto, Ontario, Canada.

eim3

Implantation d’un logiciel de gestion de la conformité en établissement de santé

La pharmacie est une profession très réglementée. Il existe plusieurs centaines de critères de conformité issus du cadre juridique et normatif. Auditer les pratiques et assurer un suivi des écarts auprès de toutes les parties prenantes afin de réduire les risques d’accidents est un défi quotidien.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons mené une étude transversale afin de décrire l’implantation d’un logiciel de gestion de la conformité (Omni-Assistant®, Omnitech Innovations Inc., Canada) dans un département de pharmacie hospitalier. Ce type d’outil apparait utile et nécessaire à l’identification et à la prise en charge efficace des écarts de pratique. Jusqu’à maintenant, l’outil s’avère prometteur pour centraliser la gestion des écarts pour une majorité des éléments de la pratique pharmaceutique. Toutefois, des modifications doivent être apportées par le fournisseur à la base de données, à la navigation en poste fixe et en tablette afin d’en optimiser la navigation et l’utilisation.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au congrès Professional Practice Conference de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux (SCPH/CSHP) du 30 janvier au 3 février 2016 à Toronto, Ontario, Canada.

OA1

L’URPP présente à l’International Symposium of Infusion Technologies

Dans le cadre du 1er International Symposium of Infusion Technologies, l’équipe de l’URPP était heureuse d’être associé à cet événement, à l’invitation de Pascal Odou du Groupe de recherche sur les formes injectables et les technologies associées (GRITA) de l’Université de Lille, France. Nous avons présenté la conférence d’ouverture du Symposium en visioconférence et en direct de Montréal ce mercredi 9 novembre 2016.

Notre présentation visait à évoquer les 12 travaux d’Infusorix (p.ex. imprécision liées à de petites doses prélevées en seringue, incompatibilités médicamenteuses dans certains lots de seringues, limites des pompes intelligentes et des circuits fermés, exigences de la traçabilité, etc.), une analogie aux 12 travaux d’Astérix, afin de mettre en évidence des défis et des enjeux reliés à l’administration des médicaments par voie parentérale au sein de notre établissement de santé.  Cette collaboration s’inscrit notamment dans le cadre des échanges France-Québec auxquels l’équipe de l’URPP participe depuis près de 20 ans.

Bon colloque à tous les participants !  Notons que l’événement se déroule en anglais compte tenu de la présence de participants de différents pays.

JF Bussières présente à la journée de formation de l’APES

Dans le cadre de la journée de formation « La sécurité en oncologie: l’affaire de tous ! », JF Bussières a présenté les résultats de l’étude EXPOPROF30 réalisée auprès de 66 hôpitaux canadiens en 2016.  Cette étude a été réalisée avec la collaboration de Christel Roland, assistante de recherche à l’URPP et Nicolas Caron, responsable de la division clinique des médicaments de l’Institut National de Santé Publique (INSPQ). Cette étude de surveillance environnementale assure le suivi de la contamination de surface, selon une approche standardisée, incluant 12 points de mesure par établissement de santé (6 points à la pharmacie, 6 points en clinique externe) depuis plusieurs années.

Bien que les données détaillées seront présentées lors d’une communication affichée en début 2017 et qu’un article sera également publiée dans un journal scientifique, nous retenons les éléments suivants:

  • Il existe des traces de médicaments dangereux en pharmacie et en clinique externe ; il est raisonnable de penser que ces traces ne peuvent être éliminées complètement d’où l’importance d’utiliser des aménagements adéquats, de porter des équipements de protection et de demeurer vigilant
  • L’étude permet de décrire la contamination de surface de médicaments dangereux au Canada ;  bien que des analyses catégorielles par variable (p.ex. effet du lavage des contenants de médicaments à la réception) ne sont pas associés à une réduction de la contamination compte tenu de la taille échantillonnale ou d’interactions avec d’autres variables à l’étude, toutes les mesures de prévention évoquées dans les différents guides (p.ex. USP800, OPQ 2014.02, ASSTSAS) doivent être maintenues dans les milieux de pratique
  • L’étude inclut actuellement trois médicaments dangereux (cyclophosphamide, ifosfamide, méthotrexate) ; l’étude 2017 incluera de nouvelles substances incluant la gemcitabine, le 5-FU, la cytarabine, l’irinotécan et possiblement d’autres ;  nous contacterons les chefs de départements de pharmacie à l’échelle du pays au cours des prochaines semaines
  • L’équipe de l’URPP et l’équipe du département de pharmacie du CHUSJ s’intéressent depuis plusieurs décennies aux préparations et nous saluons l’initiative de l’APES, et en particulier le fait qu’elle ait permis de réaliser cette activité conjointement avec les équipes techniques des départements de pharmacie  : une initiative à répéter !
  • Notons que l’équipe de l’URPP participe au comité de révision du Guide de prévention de manipulation des médicaments dangereux de l’ASSTSAS publié en 2008 et dont la prochaine mise à jour est espérée en 2018.
  • Nous saluons la présence de Eric Kastango à cet événement et qui a brossé un excellent portait de l’évolution du cadre normatif USP avec le chapitre 800 
  • Enfin, rappelons quelques blogues de notre équipe, notamment celui du 22/9 dernier qui portait sur l’étiquetage des médicaments dangereux au Canada et celui du 26/1 rappelant les principaux résultats publiés découlant de nos études

urpp_toffee

Clin d’oeil photographique à une anecdote personnelle racontée lors de la présentation … illustrant le concept de traces ! 

Comparaison des informations disponibles dans le profil pharmaceutique d’un dossier de santé électronique et le meilleur schéma thérapeutique possible en milieu hospitalier

Le bilan comparatif des médicaments peut améliorer la santé des patients. Le Dossier santé Québec (DSQ) peut théoriquement être utilisé pour le réaliser. Cependant , la quantité et la qualité des informations disponibles dans ce dossier de santé électronique n’a pas été étudiée.

Dans le cadre des travaux de l’URPP, nous avons effectué une étude descriptive prospective afin de comparer la quantité et la qualité des informations collectées dans le meilleur schéma thérapeutique possible (MSTP) et le DSQ pour des patients au sein de notre hôpital universitaire mère-enfant.

Cette étude suggère que le DSQ peut fournir des informations de haute qualité pour soutenir le processus du bilan comparatif des médicaments. Cependant, il doit être utilisé comme seconde source pour optimiser le MSTP obtenu à partir d’ un entretien approfondi avec le patient ou sa bcm9famille.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au congrès Professional Practice Conference de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux (SCPH/CSHP) du 30 janvier au 3 février 2016 à Toronto, Ontario, Canada.