Archives mensuelles : août 2015

Utilisation du bilan comparatif des médicaments en chirurgie ambulatoire pédiatrique

La démarche de bilan comparatif des médicaments (BCM) est une pratique organisationnelle requise d’Agrément Canada.

Le bilan comparatif des médicaments est un examen systématique et détaillé de tous les médicaments que prend un patient. Il permet d’assurer une évaluation et une consignation attentives des ajouts, changements ou interruptions de médicaments.
Source : https://accreditation.ca/sites/default/files/med-rec-fr.pdf

Une étude a été réalisée lors de deux semaines en octobre 2014 sur notre unité de chirurgie ambulatoire pédiatrique. La majorité des dossiers revus comportait un bilan comparatif des médicaments (BCM) (97%). Dans cet échantillon, peu de BCM ont été remplis par les parents, mais ceux-ci semblaient plus complet.

Vous pouvez consulter notre article publié dans Le Journal canadien de la pharmacie hospitalière, accessible sur PubMedCentral.

Embed from Getty Images
Publicités

La version française du rapport sur la pharmacie hospitalière canadienne 2013-2014 est disponible

Rapport sur la pharmacie hospitalière canadienne 2013-2014

Rapport sur la pharmacie hospitalière canadienne 2013-2014

Tel qu’annoncé dans un blogue précédent, il nous fait plaisir de confirmer que la version française du Rapport sur les pharmacies hospitalières canadiennes 2013-2014 est disponible en ligne. La version française est réalisée avec le soutien de Tessier Traduction depuis de nombreuses années. Rappelons que l’équipe de l’URPP collabore à ce comité éditorial depuis 1996.

Le rapport des objectifs de la CSHP 2015 est également disponible.

Alors que les intervenants du réseau de la santé, notamment les pharmaciens et assistants-techniques en pharmacie, sont confrontés à de nombreux changements organisationnels, les résultats de cette enquête apportent un éclairage et un recul intéressant.

Est-ce que la perception de la pharmacovigilance est différente entre les résidents en pharmacie du Québec, de la Belgique, de la France et de la Suisse?

La semaine dernière, nous vous avons partagé les résultats d’un sondage réalisé afin de connaître la perception de la pharmacovigilance des pharmaciens hospitaliers et résidents en pharmacie québécois. Nous avons également voulu comparer la perception des résidents en pharmacie hospitalière québécois à celle des résidents belges, français et suisses.

La place accordée à l’enseignement de la pharmacovigilance était considérée suffisante par 71% des québécois, 56% des suisses, 51% des belges et 28% des français. Il est intéressant de noter que 67% des suisses, 21% des français, 7% des belges et 3% des québécois avaient fait un stage en lien direct avec la pharmacovigilance.

Les répondants ont affirmé avoir déclaré au moins 14% des effets indésirables observés. Les obstacles principaux à la déclaration était la difficulté d’associer l’effet constaté à la maladie ou au médicament (75%), le recul insuffisant (49%) et la crainte de surcharge de travail (47%).

PHARMACOVIG6Vous pouvez consulter notre affiche présentée au Colloque annuel du Regroupement québécois de recherche sur l’usage des médicaments, les 22-23 septembre 2014 à Orford, Québec. Le résumé est publié dans le Journal of Population Therapeutics and Clinical Pharmacology.

La pédiatrie, toujours exclue de l’innovation pharmaceutique?

LIVRET1Il nous fait plaisir de vous partager un projet que nos collègues de l’hôpital universitaire Robert-Debré ont réalisé avec notre équipe. Nous avons voulu évaluer les nouveaux médicaments pédiatriques mis sur le marché et voir si cela différait entre la France et le Canada.

Le résumé se trouve ci-dessous :

Objectifs
L’évolution des stratégies thérapeutiques chez l’enfant dépend de la sortie commerciale de médicaments avec une indication et une forme pédiatrique. Les nouveautés thérapeutiques diffèrent parfois entre les pays, notamment concernaautort la pédiatrie. L’objectif de cette étude était de comparer l’accès aux nouveaux médicaments pour les enfants entre la France (FR) et le Canada (CA).

Matériels et méthodes
Étude rétrospective comparant les médicaments nouvellement commercialisés sur les marchés français et canadien du 1er janvier au 31 décembre 2009. Les données ont été colligées grâce à des sources indépendantes (la Haute autorité de santé [HAS], Thériaque®, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé [ANSM] pour la FR et le conseil d’examen du prix des médicaments brevetés [CEPMB], la base de données sur les produits pharmaceutiques [BDPP] pour le CA).

Résultats
Respectivement 37 et 30 nouveaux médicaments ont été commercialisés en 2009 pour la FR et le CA. Ces médicaments avaient une indication pédiatrique pour 38 % (n = 14) et 27 % (n = 8) d’entre eux respectivement. Pour 91 % (FR) et 95 % (CA) des molécules non indiquées en pédiatrie, aucune étude clinique n’avait été développée dans ce but. La totalité des molécules à indication pédiatrique présentait une posologie en fonction de l’âge ou du poids de l’enfant, mais deux médicaments n’avaient pas de forme galénique adaptable à l’enfant. Parmi ces nouveaux médicaments, 57 % étaient d’abord apparus sur le marché français avec un délai médian de 8,5 mois pour la sortie sur le marché canadien.

Conclusions
Cette étude souligne le manque de médicaments pédiatriques contribuant aux nombreuses prescriptions chez l’enfant de médicaments hors autorisation de mise sur le marché (AMM), sans posologie et forme pharmaceutique adaptées.

Vous pouvez consulter notre article publié dans les Archives de Pédiatrie, accessible sur PubMed.

Qu’est-ce que les pharmaciens hospitaliers et les résidents en pharmacie pensent de la pharmacovigilance?

La sous-déclaration des effets indésirables des médicaments est une problématique connue. Nous avons réalisé un sondage auprès des pharmaciens d’hôpitaux et des résidents en pharmacie hospitalière québécois afin de connaître leur perception de la pharmacovigilance.

Environ la moitié des résidents qui ont répondu au sondage considéraient que la pharmacovigilance était un sujet suffisamment enseigné durant leur diplôme en pharmacie (55%).

La majorité des répondants étaient exposés à plus de cinq effets indésirables par année, mais la majorité en rapportait entre un et quatre par année. La principale raison expliquant qu’un effet indésirable n’était pas rapporté était la charge de travail (69%), suivi de la difficulté à attribuer un effet à un médicament (40%) ou à l’inexpérience (39%).

La majorité des répondants étaient exposés à plus de cinq effets indésirables par année, mais la majorité en rapportait entre un et quatre par année.

La majorité des répondants étaient exposés à plus de cinq effets indésirables par année, mais la majorité en rapportait entre un et quatre par année.

Néanmoins, les répondants considéraient que la pharmacovigilance faisait parti de leur travail (98%) et contribuait au développement des connaissances scientifiques (98%) et à l’amélioration des soins aux patients (96%).

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au 2014 Midyear Clinical Meeting de l’American Society of Health-System Pharmacists, les 7-11 décembre 2014 à Anaheim, Californie.

Réalisation d’audits annuels du circuit du médicament

Afin d’assurer un circuit du médicament conforme aux standards, nous avons établi une série de critères qui sont évalués lors d’un audit annuel dans notre établissement, depuis 2012.

En 2014, nous avons observé une amélioration des critères suivants :

  • présence d’un contenant pour le retours de médicaments
  • présence d’un contenant pour les déchets
  • propreté des chariots
  • présence de la documentation appropriée sur les cabinets
  • présence d’une feuille d’ordonnance pré-rédigée de réanimation

La conformité est demeurée faible pour certains critères, notamment au niveau de l’absence de médicaments périmés et du suivi de la température des réfrigérateurs.

TOURNEE3

L’audit 2015 est en cours, résultats à suivre!

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au 2014 Midyear Clinical Meeting de l’American Society of Health-System Pharmacists, les 7-11 décembre 2014 à Anaheim, Californie.