Archives mensuelles : août 2014

Contenu scientifique de Québec Pharmacie 1963-1980

Nous avons publié « Contenu scientifique de Québec Pharmacie de 1963 à 1980″ dans les Annales de l’Unité de recherche en pratique pharmaceutique

Nous vous invitons à consulter le blogue Histoire de la pharmacie au Québec afin de consulter la première partie de l’analyse du contenu scientifique de Québec Pharmacie, soit de 1963 à 1980.  

Première chronique Pharmacopendium publiée en mai 1963 dans le Québec Pharmacie

Première chronique Pharmacopendium publiée en mai 1963 dans le Québec Pharmacie

Publicités

Développement d’un cours pour les résidents en pédiatrie

Des résidents en pharmacie ont élaboré des cours en pharmacologie à l’intention des résidents en pédiatrie.

Dans un blogue précédent, nous vous avons partagé l’affiche présentée au congrès de l’Association canadienne des centres de santé pédiatriques. Nous vous invitons maintenant à consulter l’article issu de ce projet.

Thèmes identifiés pour le cours offert aux résidents en pédiatrie

Thèmes identifiés pour le cours offert aux résidents en pédiatrie

Vous pouvez consulter notre article, publié dans le Pharmactuel.

Revue d’utilisation du sildénafil en pédiatrie

Le sildénafil est utilisé en pédiatrie pour traiter l’hypertension artérielle pulmonaire. Le 30 août 2012, la Food and Drug Administration émettait un avis contre l’utilisation du sildénafil en pédiatrie, en raison d’une hausse du risque de mortalité proportionnelle aux doses de sildénafil utilisées. Cet avis a été clarifié en mars 2014.

Avis de la Food and Drug Administration

Avis de la Food and Drug Administration

Les objectifs de cette étude étaient de comparer les doses prescrites de sildénafil chez nos patients vivants et décédés et de comparer le taux de décès en fonction des doses, de l’âge des patients et des renseignements cliniques.

Une étude observationnelle et descriptive de tous les patients ayant reçu une prescription de sildénafil entre le 11 juillet 2007 et le 18 septembre 2012 a été réalisée au CHU Sainte-Justine.

Entre le 11 juillet 2007 et le 18 septembre 2012, 129 patients ont reçu une prescription de sildénafil (n=99 patients vivants au moment de l’étude et n=30 décédés au moment de l’étude).  Les doses de sildénafil utilisées chez nos patients vivants et décédés n’étaient pas significativement différentes. Pour des doses <2 mg/kg/jour, le taux de décès était de 30%. Pour des doses de 2 à < 4 mg/kg/jour, le taux de décès était de 17%. Pour des doses de 4 à < 8 mg/kg/jour, le taux de décès était de 30%. Pour des doses ≥ 8 mg/kg/jour, aucun décès n’a été constaté.

Cette étude est rassurante quant à l’utilisation de sildénafil en pédiatrie, car la mortalité ne semblait pas reliée à la dose de sildénafil prescrite.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au colloque annuel du RQRUM les 17-18 septembre 2013 à Montréal, Qc, Canada.

Auteure du blogue : Jennifer Corny, candidate au D.Pharm et assistante de recherche à l’URPP.

Étude descriptive et transversale sur la sédation et l’analgésie aux soins intensifs pédiatriques

La sédation et l’analgésie sont au cœur de la prise en charge des patients intubés aux soins intensifs. Le but de cette étude était d’obtenir un portrait de l’utilisation des sédatifs et analgésiques aux soins intensifs du CHU Sainte-Justine et de savoir quels étaient les déterminants associés à un changement pharmacothérapeutique chez ces patients.

Une revue rétrospective de dossiers des patients de 0 à 18 ans admis à l’unité entre le 1er novembre 2011 et le 1er novembre 2012 a été réalisée. Uniquement des patients ayant été intubés au moins 24h et ayant reçu une perfusion d’opioïde au cours de l’intubation ont été inclus.

Schéma de l'étude

Schéma de l’étude

En 11 semaines de collecte de données, 35 patients ont été inclus et 951 changements pharmacothérapeutiques ont été recueillis. La suite de la collecte et l’analyse de ces données permettront de tracer un portrait global de l’utilisation des agents sédatifs/analgésiques, de répondre aux questionnements des intervenants de l’unité et potentiellement d’influencer comment sont effectués ces changements.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au congrès de l’APES les 24-26 avril 2013 à Québec, Qc, Canada.

Auteure du blogue : Jennifer Corny, candidate au D.Pharm et assistante de recherche à l’URPP

Canadian Pharmacogenomics Network for Drug Safety (CPNDS) : participation du CHU Sainte-Justine dans ce projet canadien

Depuis 2006, le service de pharmacovigilance du CHU Sainte-Justine participe au réseau Canadian Pharmacogenomics Network for drug Safety (CPNDS), un réseau de surveillance active de l’utilisation des médicaments incluant la surveillance d’apparition d’effets indésirables médicamenteux.

Le réseau CPNDS regroupe 13 hôpitaux pédiatriques et 7 hôpitaux adultes.

Le réseau CPNDS regroupe 13 hôpitaux pédiatriques et 7 hôpitaux adultes.

Le réseau CPNDS regroupe 13 hôpitaux pédiatriques et 7 hôpitaux adultes. Parmi les 11 publications du réseau, on retrouve deux articles identifiant un lien entre un polymorphisme génétique et l’apparition d’un effet indésirable médicamenteux : SLC28A et UGT1A6 et cardiotoxicité induite par les anthracyclines, et TPMT et COMT et ototoxicité induite par la cisplatin.

 

 

Le service de pharmacovigilance de Sainte-Justine a recensé 8013 médicaments administrés sans apparition d’effet indésirable médicamenteux (16% du réseau) et 793 médicaments administrés avec apparition d’un effet indésirable médicamenteux (14% du réseau).

La participation du CHU Sainte-Justine au réseau CPNDS est très importante et très utile au maintien de la surveillance des médicaments et au transfert des connaissances.

Vous pouvez consulter notre affiche présentée au colloque RISQ+H les 2-3 mai 2013 à Montréal, Qc, Canada.

Auteure du blogue : Jennifer Corny, candidate au D.Pharm et assistante de recherche à l’URPP.