archive

Archives Mensuelles: décembre 2013

La distribution d’échantillons de médicaments est permise aux professionnels de la santé. Néanmoins, cette pratique fait l’objet de d’objections. Trois audits ont été réalisés dans notre centre depuis 2007. En 2012, 91 000 doses d’échantillons de médicaments ont été comptés dans les cliniques externes.

Le résumé se trouve ci-dessous :

Rationale: In Canada, the Food and Drug Act allow the distribution of drug samples to physicians, dentists and pharmacists. Most provincial regulatory authorities do not proscribe their distribution in healthcare settings. Drug sample use may bypass the optimal drug-use process in hospitals and retail pharmacies.

Objectives: The objective of this study is to compare the number of drug samples available in outpatient clinics in a teaching hospital in 2007, 2009 and 2012.

Study design and methods: This is a cross-sectional observational study. In our hospital, drug samples were not allowed in patient wards but were tolerated in outpatient clinics. Drug samples were collected by pharmacy staff through unannounced visits. The total number of doses of drug samples was calculated in 2007, 2009 and 2012.  A ratio of dose of drug samples per patient visit was also calculated.

Results: A total of number of 78955, 75487 and 91000 doses of drug samples were documented, respectively, in 2007, 2009 and 2012. The ratio of dose of drug samples per patient-visit was respectively of 0.40, 0.38 and 0.41. Only 19% of doses documented were listed on the hospital drug formulary and 4% of doses were expired. Despite the implementation of a web intranet form to declare drug samples given by industry sales representatives, most drug samples doses were not declared.

Conclusion: The number of drug samples documented in our outpatient clinics has stayed stable for five years. While it appears possible to proscribe their distribution locally in outpatient clinics, it is difficult to do so when regulatory authorities do not proscribe their distribution for a province. We believe drug samples do not contribute to better patient care and should only be dispensed by retail pharmacy through a structured approach with a documentation of doses dispensed in the patient record.

Vous pouvez consulter l’article publié dans le Journal canadien de la pharmacie hospitalière, accessible sur PubMedCentral.

Vous pouvez également consulter l’affiche présentée au congrès Professional Practice Conference (PPC) de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux les 2-6 février 2013, Toronto, Canada. Le résumé est publié dans le Journal canadien de la pharmacie hospitalière, accessible sur PubMedCentral.

Publicités

Parmi les travaux du Comité de surveillance des antimicrobiens (CRUAM) réalisés dans le cadre du Programme national de surveillance des antimicrobiens, nous avons évalué les ratios des doses définies journalières et de jours de traitement par 1000 jours-présence en 2000-01, 2005-06 et 2010-11.

Le résumé se trouve ci-dessous :

Justification : L’usage des antibiotiques fait l’objet d’une surveillance accrue. Dans le cadre de nos activités de parrainage des antimicrobiens, nous nous sommes intéressés à la quantification de leur utilisation.

Objectifs : Calculer et discuter les ratios de doses définies journalières (DDJ) et de jours de traitements (JT) par 1000 jours-patients (1000JP) en pédiatrie.

Méthodologie et démarche de l’étude : Une étude rétrospective, transversale, descriptive réalisée au sein d’un centre hospitalier mère-enfant canadien.  L’étude porte sur les exercices financiers 2000-2001, 2005-2006 et 2010-2011 concernant 51 antibiotiques. Sont exclus les antifongiques. Les données ont été extraites du dossier pharmacologique informatisé, couplé aux données relatives aux admissions, départs et transferts de patients. Nous avons calculé des ratios de DDJ selon le barème de l’Organisation mondiale de la santé. Bien que les JT soient préférés en pédiatrie, nous avons exploré les deux ratios par 1000 JP.

Résultats : Le nombre total de DDJ/1000JP est passé de 402,76 en 2001-2002, à 456,17 en 2005-2006 et 549,56 en 2010-2011. Le nombre total de JT/1000JP est passé de 464,97 en 2000-2001, à 517,44 en 2005-2006 et 657,49 en 2010-2011. Onze antibiotiques ont connu une baisse de leur DDJ/1000JP de 2000-2001 à 2010-2011 [valeur de 2010-2011 représente de 7 à 2000% de la valeur de 2000-2001] et 9 antibiotiques ont connu une baisse de leur JT/1000 JP de 2000-2001 à 2010-2011 [la valeur de 2010-2011 représente de 7 à 1000% de la valeur de 2000-2001].

Conclusion : Il existe peu de données quantitatives sur l’utilisation des antibiotiques en pédiatrie. Les programmes de parrainage des antimicrobiens et les autorités gouvernementales exigent des mesures de quantification afin de comparer les profils d’utilisation entre hôpitaux. Il s’agit de la première étude canadienne à décrire sur trois exercices financiers répartis sur 10 années la consommation d’antibiotiques en pédiatrie.

Vous pouvez consulter l’affiche présentée au congrès Professional Practice Conference (PPC) de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux les 2-6 février 2013, Toronto, Canada. Le résumé est publié dans le Journal canadien de la pharmacie hospitalière, accessible sur PubMedCentral.

Le 3 octobre dernier, nous vous avions partagé la présentation donnée à la conférence du Groupe d’évaluation et de recherche sur la protection en atmosphère contrôle (GERPAC). L’objectif de ce projet était de présenter une revue de la littérature sur la surveillance urinaire de médicaments dangereux, ainsi que les enjeux et perspectives d’un programme de surveillance biologique québécois. L’article et une affiche de ce projet sont maintenant disponibles.

Le résumé se trouve ci-dessous :

Après quelques années de surveillance environnementale au Québec et de nombreuses publications sur le sujet, l’Unité de recherche en pratique pharmaceutique (URPP) pense qu’il est opportun d’offrir à moyen terme un programme de surveillance biologique comprenant la recherche de présence de médicaments dangereux dans l’urine des travailleurs québécois de la santé, exposés ou non à ces médicaments dangereux. Dans la perspective de la mise en place de ce programme, une revue documentaire s’est imposée. L’objectif de cet article est de présenter une revue de la littérature sur la surveillance urinaire de médicaments dangereux, ainsi que les enjeux et perspectives d’un programme de surveillance biologique québécois.

Revue de la littérature sur la surveillance urinaire de médicaments dangereux

Revue de la littérature sur la surveillance urinaire de médicaments dangereux

Sur les 109 articles recensés, 60 ont été retenus pour analyse. De ceux-ci, 17 articles ont été exclus. En somme, 43 articles ont été inclus dans la revue de la littérature. Les auteurs rapportent la présence de cyclophosphamide, d’ifosfamide, d’anthracyclines, de méthotrexate, de 5-fluorouracil, de paclitaxel, de gemcitabine ou de platines dans l’urine des travailleurs exposés. Entre autres, la proportion de travailleurs ayant des échantillons urinaires positifs au cyclophosphamide tend à diminuer au fil du temps ou suivant des interventions visant la réduction de la contamination. Néanmoins, des précautions demeurent de mise pour les travailleurs. En collaboration avec l’Unité de recherche en pratique pharmaceutique et l’Institut national de santé publique du Québec, cette revue de la littérature ouvre la voie à un projet pilote de surveillance biologique de traces de médicaments dangereux dans les échantillons urinaires de travailleurs du réseau de la santé au Québec.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Bulletin d’information toxicologique de l’Institut national de santé publique du Québec et du Centre antipoison du Québec.

Vous pouvez également consulter notre affiche présentée au Colloque annuel de l’association des étudiantes et des étudiants en santé publique de l’Université de Montréal (AEESPUM), le 13 février 2013 à Montréal, Canada.

Ema Ferreira et Caroline Morin, pharmaciennes au département de pharmacie et à l’Unité de recherche en pratique pharmaceutique, au CHU Sainte-Justine, étaient présentes à l’édition 2013 du Salon du Livre de Montréal, pour la présentation de la 2ème édition de leur ouvrage « Grossess

Présentes sur la photo, de gauche à droite, Caroline Morin et Ema Ferreira. Absente de la photo, Brigitte Martin.

Présentes sur la photo, de gauche à droite, Caroline Morin et Ema Ferreira.
Absente de la photo, Brigitte Martin.

e et allaitement – guide thérapeutique ». Était absente lors de la prise de photos, Brigitte Martin, pharmacienne de notre équipe et co-rédactrice de cet ouvrage largement utilisé dans la francophonie.

Bravo à toute l’équipe de rédaction!

Le 5 décembre 2013 a lieu le Rendez-vous de la recherche pharmaceutique à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal.

Des membres de l'URPP au Rendez-vous de la recherche pharmaceutique à l'Université de Montréal. DE gauche à droite : Alexia Janes, Aurélie Guérin, Cécile Bérard, Lena Cerruti, Carolina Marino-Martinez, Freia Stockel, Justine Guillot, François Rinaldi et Claire Bianchi.

Des membres de l’URPP au Rendez-vous de la recherche pharmaceutique à l’Université de Montréal. De gauche à droite : Alexia Janes, Aurélie Guérin, Cécile Bérard, Lena Cerruti, Carolina Marino-Martinez, Freia Stockel, Justine Guillot, François Rinaldi et Claire Bianchi.

Pour cette occasion, l’URPP était présente et présentait six affiches sur des sujets variés.

Une première affiche met en contexte le projet IMPACT PHARMACIE, qui a pour objectif de recenser la littérature sur la description et les retombées du rôle du pharmacien. Une deuxième affiche présente la méthodologie utilisée pour ce projet.

Deux affiches présentent les résultats de deux thèmes réalisés dans le cadre du projet IMPACT PHARMACIE, soit la pédiatrie et la gériatrie. L’affiche sur la gériatrie a été présentée au Symposium annuel de l’European Society of Clinical Pharmacy à Prague, les 16-18 octobre 2013.

Le petit Guide en infertilité présenté dans le blogue du 17 octobre dernier a également été présenté lors de cette soirée.

Finalement, nous avons présenté les résultats de notre étude dont l’objectif était de quantifier l’usage des antibiotiques dans un centre hospitalier mère-enfant canadien. Depuis l’année 2000-2001, nous avons noté une augmentation des doses définies journalières par 1000 jours-patients d’un facteur 1.67, et une augmentation des jours de traitements par 1000 jours-patients d’un facteur 1.73. Cette affiche avait également été présentée au Colloque Annuel 2013 du Regroupement québécois de recherche sur l’usage des médicaments les 17-18 septembre 2013 à Montréal.