archive

Archives Mensuelles: mai 2012

Selon le projet de loi 113 introduit en 2002, chaque usager a le droit d’être informé de tout accident survenu au cours de la prestation des services qu’il a reçus et susceptibles d’entraîner des conséquences sur son état de santé ou son bien-être. Chaque établissement doit constituer un registre local de gestion des incidents et accidents.

Une bonne compréhension des obligations, des outils et de la démarche de gestion des incidents et des accidents s’impose en pratique pharmaceutique. Tout incident ou accident déclaré portant sur les médicaments, même s’il n’est pas imputable à une action du personnel du département de pharmacie, devrait faire l’objet d’une révision par l’équipe de pharmaciens. Sans vue d’ensemble, il est difficile d’apporter des améliorations au circuit du médicament afin de prévenir des erreurs de type systémique.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Québec Pharmacie. Cet article est publié avec l’autorisation de l’éditeur de Québec Pharmacie.

Publicités

Le méthylphénidate est un stimulant du système nerveux central  indiqué dans le traitement du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) chez l’enfant à partir de six ans et chez l’adulte.

Les hallucinations visuelles sont un effet indésirable rare (fréquence inférieure à 1 % dans les essais cliniques d’innocuité à long terme). Nous avons présenté un cas d’hallucinations visuelles associées à la forme galénique particulière de MPH (ConcertaMD), à la dose de 18 mg par jour en formulation à libération retardée chez un patient de cinq ans et neuf mois.

Vous pouvez consulter notre article publié dans le Québec Pharmacie. Cet article est publié avec l’autorisation de l’éditeur de Québec Pharmacie.

Il n’existe actuellement aucun seuil d’exposition sécuritaire aux médicaments dangereux. L’efficacité de deux méthodes de lavage a été testée après la contamination volontaire d’une surface au cyclophosphamide.

Le lavage dit « habituel » était composé d’une solution de chlorhexidine 0,05% suivi d’alcool éthylique 70% et cette technique était efficace à 99,3% pour nettoyer les traces de cyclophosphamide.

Le lavage avec SurfaceSafe® était composé d’un kit contenant un mélange d’hypochlorite de sodium 2% et d’une solution savonneuse, suivi de thiosulfate de sodium 1% et d’alcool benzylique 0,9% et cette technique était efficace à 99,8%.

Les techniques testées se sont avérées efficaces à plus de 99%, mais il est difficile d’enlever toute trace de médicament dangereux d’une surface; les mesures de protection individuelles demeurent donc essentielles.

Vous pouvez consulter l’article publié dans Annals of Occupational Hygiene. Cet article a également été vulgarisé dans Objectif Prévention, une publication de l’ASSTSAS (Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires sociales).

L’amorçage des sacs de médicaments dangereux ainsi que la purge centralisée à la pharmacie de la tubulure peuvent contribuer à minimiser l’exposition professionnelle aux médicaments dangereux. L’impact de cette centralisation sur la charge de travail est méconnu. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’impact de la purge centralisée des tubulures sur le temps associé à la préparation d’une dose de médicament dangereux à l’unité de soins d’hématologie-oncologie.

Le temps médian [intervalle] de préparation d’un sac de médicament non purgé (n=30) était de 98[80-167] secondes et le temps médian de préparation d’un sac purgé par la pharmacie (n=30) s’élevait à 295[207-520] secondes (Kruskal-Wallis p<0,0001). Le temps médian requis pour la purge de la tubulure d’un sac par le personnel infirmier à l’étage (n=20) était de 60[50-95] secondes.

La centralisation de l’amorçage et de la purge de sacs de médicaments dangereux à la pharmacie triple le temps médian requis par le personnel de la pharmacie. D’autres études sont nécessaires afin de confirmer la réduction des risques d’exposition liés à cette centralisation.

Vous pouvez consulter notre affiche qui a été présentée au congrès de la CSHP – Professional Practice Conference (PPC) à Toronto du 4 au 8 février 2012. Le résumé est publié dans le Journal canadien de la pharmacie hospitalière, accessible sur Pubmed Central.

Un exercice de simulation a été développé afin d’évaluer comment les décisions de priorisation sont prises par les gestionnaires de pharmacie dans un contexte de ressources limitées. Nous avons rapporté précédemment les résultats de la simulation se déroulant auprès de chefs de département de pharmacie québécois.

Nous avons également réalisé une simulation auprès de chefs canadiens. L’objectif principal était d’évaluer la cohérence des décisions de hiérarchisation entre les gestionnaires de pharmacie. L’objectif secondaire était d’identifier et d’attribuer un rang à des facteurs selon leur importance dans les décisions de hiérarchisation individuelles et par équipe.

La majorité des équipes ont priorisé plus des deux tiers des 32 activités pharmaceutiques. À l’inverse, seulement deux équipes ont choisi de prioriser un nombre moins élevé d’activités, mais d’offrir une couverture plus complète aux activités priorisées. D’autre part, il est intéressant de constater que les participants ont attribué un rang d’importance plus élevé à la « perception d’un impact favorable de l’activité » plutôt qu’à la « présence de données probantes supportant cette activité » dans leur prise de décision pour cette simulation.

Vous pouvez consulter notre affiche et notre présentation orale qui ont été présentées au congrès de la CSHP – Professional Practice Conference (PPC) à Toronto du 4 au 8 février 2012. Le résumé est publié dans le Journal canadien de la pharmacie hospitalière, accessible sur Pubmed Central.