archive

Archives Mensuelles: octobre 2011

La pratique pharmaceutique hospitalière a beaucoup évolué au cours des dernières décennies, notamment grâce à l’émergence des soins pharmaceutiques, l’introduction de nouvelles technologies, l’évolution des programmes d’enseignement ou encore le développement de la recherche sur les pratiques pharmaceutiques. Notre objectif était d’établir une priorisation consensuelle des programmes de soins selon l’impact perçu de la présence de pharmaciens décentralisés.

Chaque chef a coté individuellement sa perception de l’impact des pharmaciens décentralisés pour chaque programme selon trois critères :

  • Santé
  • Sécurité
  • Coûts

À partir d’un score de qualité des données probantes et des cotations individuelles, les chefs ont établi après consensus un rang global final des programmes de soins (Technique Delphi). Cette étude pilote présente la hiérarchisation de 17 programmes de soins ambulatoires et 18 programmes d‘hospitalisation d’après l’impact perçu de la décentralisation de pharmaciens, après discussion entre chefs de département de pharmacie de cinq Centres Hospitaliers Universitaires.

Vous pouvez consulter notre affiche qui a été présentée au congrès de clôture des fêtes du cinquantenaire de l’A.P.E.S. le 20 octobre 2011 à Charlevoix, Québec.

Publicités

L’unité de recherche en pratique pharmaceutique (URPP) a mis en place à l’hiver 2011 un site public d’information sur les ruptures d’approvisionnement de médicaments. Ce site web gratuit affiche l’ensemble des ruptures par fabricant et propose une série de documents et renseignements pertinents.

Dans la presse canadienne du 16 octobre dernier, on fait mention du site vendredi PM et de l’objectif de diffuser davantage le site dans une initiative nationale (i.e. canadienne) visant à limiter l’impact des ruptures d’approvisionnement.  De plus, notez que le site vendredipm.ca sera prochainement bilingue dans une version fridaypm.ca et qu’il sera progressivement alimenté par les fabricants en temps réel, limitant les délais de publication.

Entre le 1er janvier 2010 et le 31 août 2011, de nombreuses nouvelles études sur la contamination environnementale aux médicaments dangereux ont été publiées. Nous recensons 12 études rapportant des mesures de contamination de surface au cyclophosphamide. Ces 12 études ont été réalisées par huit équipes de recherche distinctes, dans 69 établissements de santé, pour un total de 1 820 prélèvements. Les niveaux de contamination de cyclophosphamide les plus élevés sont régulièrement retrouvés sur la surface ou la grille de la hotte, mais des traces de cyclophosphamide sont retrouvées tant dans les zones de préparation (pharmacie) que dans les zones d’administration (unités de soins).

Une évaluation périodique de l’état de contamination à la pharmacie, dans les unités de soins et dans les cliniques externes apparaît nécessaire pour assurer un suivi de la situation et également à la suite de tout changement de pratique (p. ex., acquisition d’un nouvel équipement, mise en place de nouvelles procédures, nouveaux locaux) pour en mesurer l’impact. D’ici à ce qu’un niveau d’exposition acceptable ait été déterminé par les organismes de santé et sécurité au travail, une bonne méthode de travail incluant les équipements de protection personnels appropriés (p. ex., port d’un sarrau, de deux paires de gants stériles, de lunettes de sécurité, d’un masque, de couvre-chaussures, d’un chapeau) et des procédures de nettoyage adéquates demeurent essentielles.

Vous pouvez consulter notre article publié en ligne dans le Bulletin d’information toxicologique de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Sept stations CAD (cabinets automatisés décentralisés) ont été implantées en 2009-2010. La conformité de nos pratiques a été évaluée à partir des lignes directrices portant sur l’utilisation sécuritaire des CAD de l’Institute for Safe Medication Practice (ISMP) et de son outil d’auto-évaluation.

Le profil de conformité global est passé de 66% [35%-93%] à 74% [66%-100%] en trois mois. Notre analyse de conformité et notre implantation ont mis en évidence des faiblesses étonnantes sur le plan technologique et sur le plan organisationnel. Notre étude illustre la faisabilité et l’utilité de recourir à un cadre normatif externe en cours d’implantation afin de cibler les écarts et d’orienter nos actions, dans l’optique de réduire les erreurs médicamenteuses.

Vous pouvez consulter l’article accessible sur PubMed Central, publié dans le Journal canadien de la pharmacie hospitalière.

Avez-vous consulté les lignes directrices de l’Institute for safe medication practice sur l’utilisation sécuritaire de cabinets automatisés décentralisés?