archive

Archives Mensuelles: septembre 2011

Dans l’optique d’améliorer l’utilisation du bilan comparatif des médicaments (BCM), nous avons introduit l’obligation de transmettre le BCM par télécopie au département de pharmacie.

Durant la période d’étude (6 décembre 2010 au 6 février 2011), un BCM a été transmis pour une moyenne de 28% des admissions, selon les unités de soins, de 0% (soins intensifs) à 55% (psychiatrie) des admissions. Une révision du modèle du BCM a été réalisée en janvier 2011 et incluait notamment la présence de cases à cocher pour les sources de l’histoire médicamenteuse, ainsi que des espaces désignés pour inscrire le nom du médicament, la dose, la voie, l’horaire d’administration et le moment de la dernière prise. Ces améliorations ont contribué à une augmentation de la conformité de plusieurs éléments, notamment : personne ressource consultée (19% c. 52%), voie d’administration du médicament (15% c. 62%), date/heure de la dernière prise (2% c. 39%).

Vous pouvez consulter notre affiche qui a été présentée au colloque annuel du réseau québécois de recherche sur l’usage des médicaments (RQRUM) les 1 et 2 juin 2011 à Montréal, Québec. Le résumé est publié dans le Journal of Population Therapeutics and Clinical Pharmacology.

Depuis juillet 2011, nous publions en temps réel sur l’intranet du département de pharmacie du CHU Sainte-Justine (accessible à tous les professionnels de la santé), un état des BCM complétés et transmis. À titre d’exemple, l’intranet du 29 septembre affichait une proportion de 58,8% de BCM transmis (cliquez ici pour un exemple).  Compte tenu qu’il s’agit d’une pratique organisationnelle requise (POR) selon Agrément Canada, nous sommes optimistes d’atteindre plus de 80% de conformité dans les prochaines semaines.  Il s’agit à notre connaissance de la première initiative permettant la vérification du taux de conformité en temps réel de façon continue.

Publicités

Nous avons réalisée une étude pilote à l’urgence pédiatrique du CHU Sainte-Justine afin d’évaluer :

1- La conformité de l’information contenue dans les bilan comparatifs des médicaments (BCM) remplis par les parents

2- L’intérêt des parents pour cette démarche

Sur 156 BCM complétés en novembre 2010, la proportion de critères conformes varie de 1% à 87% pour la feuille et de 14 à 78 % pour le contenu des ordonnances de médicaments.

Sur les 140 questionnaires administrés, les répondants considèrent dans une proportion de 83% très important/important de compléter un BCM à l’arrivée et les parents ont eu recours à leur mémoire (75%), les contenants de médicaments/étiquettes (10%) ou autres (15%) pour compléter le BCM.

Il est difficile d’obtenir des BCM conformes. Toutefois, la participation des parents est souhaitable et réalisable.

Vous pouvez consulter notre affiche qui a été présentée à la conférence nationale 2011 de l’Association des pharmaciens du Canada, qui a eu lieu du 28-31 mai 2011 à Montréal, Québec.

Le bruit peut interrompre le déroulement du travail et être associé à des erreurs de dispensation de médicaments. Compte tenu du peu d’études sur le bruit en pharmacie et de l’implantation de nouvelles technologies, nous avons réalisé une étude pilote sur le bruit ambiant dans la pharmacie du CHU Sainte-Justine.

Le niveau de bruit moyen (dB(A)) était plus élevé durant le jour (59,4 ± 5,3) que durant le soir (52,8 ± 8,2) [p < 0.001]. Certaines zones de travail étaient beaucoup plus bruyantes que d’autres, ce qui est expliqué par la présence d’équipement mécanique (hotte, appareils de dispensation automatique, ventilation positive), ainsi que par le nombre d’employés présents simultanément. La salle de fabrication stérile était la plus bruyante, de jour (bruit ambiant moyen de 70,4db(A)) comme de soir (69,9).

Les équipes de gestion de pharmacies ne doivent pas attendre avant d’intégrer l’aspect “bruit” dans leurs plans avant l’achat ou l’installation d’équipement robotisé, afin de créer ou de maintenir un environnement auditif de meilleure qualité.

Vous pouvez consulter notre affiche qui a été présentée au congrès de l’International Commission on the Biological Effects of Noise (ICBEN) – 10th International Congress on Noise as a Public Health Problem, qui a eu lieu du 24-28 juillet 2011 à Londres, ainsi que l’article publié dans le compte-rendu de la conférence. Le programme de ce congrès est disponible ici.

La préparation de l’alimentation parentérale (AP) dans la plupart des grands centres hospitaliers nord-américains est réalisée en pharmacie à l’aide de pompes volumétriques automatisées, à partir de solutions concentrées de chaque ingrédient.  En pédiatrie, ces systèmes sont d’une importance capitale en raison de la grande variabilité des besoins des patients.

Entre le 19 mai 2007 et le 25 juin 2010, 33 544 ordonnances d’AP ont été préparées dans notre centre, (29,8 ordonnances par jour), ce qui représente une charge de travail considérable.  Près de 60%  de ces préparations étaient destinés à la néonatologie.  Le coût moyen des ingrédients pour une ordonnance d’AP a augmenté durant la période d’étude, de 23,27$ en 2007 à 37,78$ en 2010.  L’augmentation des coûts était principalement attribuable à une augmentation du prix des solutions concentrées d’ingrédients.

Vous pouvez consulter notre affiche qui a été présentée au colloque annuel du réseau québécois de recherche sur l’usage des médicaments (RQRUM) les 1 et 2 juin 2011 à Montréal, Québec. Le résumé est publié dans le Journal of Population Therapeutics and Clinical Pharmacology.

Nous avons recensé tous les effets indésirables médicamenteux (EIM) au CHU Sainte-Justine, de 1989 à 2010. Au CHU Sainte-Justine, 3650 patients ont subi un ou plusieurs EIM sur cette période pour un total de 4740 EIM. On dénombre en moyenne 225,7±65,1 EIM /année pour une incidence moyenne de 1,66%±0,40% EIM/admission. Les médicaments les plus impliquées dans la survenue des EIM sont les antibiotiques et les anticancéreux.

Vous pouvez consulter notre affiche qui a été présentée au colloque annuel du réseau québécois de recherche sur l’usage des médicaments (RQRUM) les 1 et 2 juin 2011 à Montréal, Québec. Le résumé est publié dans le Journal of Population Therapeutics and Clinical Pharmacology.

Vous pouvez également consulter la présentation orale donnée à la conférence nationale annuelle de l’Association des pharmaciens du Canada (APhC), les 28-31 mai 2011 à Montréal, Québec.